La firme Bennett Jones arrive à Montréal

Publié le 28/10/2023 à 18:00

La firme Bennett Jones arrive à Montréal

Publié le 28/10/2023 à 18:00

(Photo: 123RF)

DROIT DES AFFAIRES. La firme d’avocats Bennett Jones a poursuivi son expansion et a ouvert, en mai dernier, un premier bureau à Montréal. Elle souhaite y profiter du dynamisme de l’économie et y voit une occasion de bonifier ses services en transition énergétique. Les Affaires en a discuté avec le président et directeur de la firme albertaine, Hugh MacKinnon.


Qu’est-ce qui vous a motivé à ouvrir un nouveau bureau dans la métropole québécoise ?

Montréal est un endroit fort attirant en ce moment. L’économie québécoise est très dynamique et connaît une solide croissance. Son industrie traditionnelle est très intégrée à celle de l’Ontario et elle a développé des secteurs très intéressants, comme les nouvelles technologies, l’industrie pharmaceutique, les minéraux critiques et les batteries. Elle a aussi un bel accès à des énergies renouvelables.

 

Vous avez publiquement présenté la transition énergétique comme l’une des raisons pour vous installer à Montréal. Pourquoi ?

Il y a eu beaucoup d’investissements judicieux dans la transition énergétique au Québec et nous pouvons apprendre de cela. Il y a aussi beaucoup d’efforts mis sur la transition énergétique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) par les entreprises de pétrole et de gaz de l’Ouest. La Pathways Alliance [un groupe de producteurs de sables bitumineux canadiens qui visent la carboneutralité en 2050] est un exemple de la volonté du secteur pétrolier et gazier albertain de diminuer ses émissions de GES. On voit également au Canada un effort d’électrification, notamment dans des secteurs comme l’industrie minière, pour remplacer des équipements lourds qui fonctionnent au diesel par d’autres qui sont alimentés à l’électricité.

Si nous combinons les développements qui se font dans l’Ouest à ceux du Québec, nous avons beaucoup d’options pour aider nos clients à atteindre leurs objectifs de transition énergétique. Le monde reste très dépendant du pétrole et du gaz. Le Canada doit d’abord développer d’autres sources d’énergie avant d’abandonner les énergies fossiles, s’il ne veut pas se retrouver dans une situation similaire à celle de l’Europe, qui vit une flambée des prix et le retour d’énergies encore plus polluantes, comme le charbon. La gestion de la transition énergétique sera cruciale et nous souhaitons y contribuer.

 

Vous avez misé sur Pascale Dionne-Bourassa comme première associée du bureau de Montréal et vous lui avez confié la tâche de recruter la nouvelle équipe. Pourquoi ? Nous collaborions déjà avec elle depuis plusieurs années. Ceux qui la connaissent savent qu’elle est une véritable dynamo et une avocate de première classe. Elle irradie une énergie très positive, ce qui constitue un atout.

Nous avons aussi recruté Monique Mercier comme conseillère principale. Elle était vice-présidente exécutive et cheffe des services juridiques et de la gouvernance de Telus. Elle connaît très bien le marché de Montréal et a déjà commencé à nous faire profiter de ses perspectives. Jacinthe Landry s’ajoute également à l’équipe, en tant que directrice de l’administration. Elle a beaucoup d’expérience auprès des firmes d’avocats.

 

Quels sont vos objectifs de croissance pour le bureau de Montréal et comment contribuera-t-il à votre stratégie mondiale ?

Nous ne posons aucune limite à la croissance de ce bureau. Nous aimerions y compter une cinquantaine d’avocats assez rapidement, mais ce n’est pas un plafond. Lorsque nous arrivons dans un nouveau territoire, nous amenons quelque chose au marché, mais les avocats locaux nous apportent aussi beaucoup. Nous apprenons d’eux. Les avocats de Montréal nous offriront leur perspective du marché et leurs manières de faire, dont certaines se refléteront dans la pratique des autres bureaux de la firme. Montréal représente également une destination de choix pour les firmes européennes qui veulent entrer au Canada, ce dont nous espérons profiter.

 

Une longue histoire

Bennett Jones, basée à Calgary, a été fondée il y a 101 ans par Richard Bedford Bennett, avant qu’il ne devienne premier ministre du Canada. Après les premières découvertes de pétrole, en 1947, la société est devenue la principale firme d’avocats de l’industrie du pétrole et du gaz. Depuis, elle a diversifié ses activités.

 

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Les 25 plus grands cabinets juridiques du Québec 2024

Édition du 08 Mai 2024 | Les Affaires

GRANDS DU DROIT. La majorité des grands cabinets affichent une progression modérée de leur effectifs.

Les 25 plus grands cabinets juridiques du Québec 2024

Édition du 08 Mai 2024 | Les Affaires

GRANDS DU DROIT. La majorité des grands cabinets affichent une progression modérée de leur effectifs.

À la une

«Nvidia a encore défié la gravité»

Mis à jour à 18:17 | AFP

L’élan donné par l’IA générative ne se dément pas.

Bourse: Wall Street termine en baisse

Mis à jour à 18:57 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en baisse de plus de 120 points.

À surveiller: Saputo, Empire et CAE

Que faire avec les titres de Saputo, Empire et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes.