Dans les coulisses du Ritz-Carlton

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mars 2015

Dans les coulisses du Ritz-Carlton

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mars 2015

slide-image

L'entrée du Ritz-Carlton

L'entrée du Ritz-Carlton
slide-image

Nicolas Sicard, portier au Ritz-Carlton

Nicolas Sicard, portier au Ritz-Carlton
slide-image

La facade du Ritz-Carlton en 1955

La facade du Ritz-Carlton en 1955
slide-image

Andrew Torriani, hôtelier dans l’âme

Andrew Torriani, hôtelier dans l’âme
slide-image

Danny Dere

Outre la Maison Boulud, le Ritz-Carlton possède une cuisine-banquet où Danny Dere et une cinquantaine d’autres employés préparent les plats pour le service aux chambres ainsi que pour les événements.

Danny Dere
slide-image

La suite Royale

12: La suite Royale, aménagée au coût de 3 M$, compte 12 pièces qui s’étendent sur 4 700 pi2.

La suite Royale
slide-image

La suite Royale

La suite Royale
slide-image

Magda Sabella, l'ambassadrice des princes du Moyen-Orient

Magda Sabella, l'ambassadrice des princes du Moyen-Orient
slide-image

Le Ritz-Carlton

Le Ritz-Carlton
slide-image

Un bar unique en Amérique du Nord

Forte d’une expérience dans la promotion de concerts au Centre Bell et de l’industrie de la mode, Katia Piccolino a été embauchée comme directrice des relations publiques pour préparer le centenaire du Ritz-Carlton. Elle pose ici devant le bar Dom Pérignon, du Ritz-Carlton, qui sert de décor à plus d’un événement par mois. Aménagé dans la Cour des Palmiers du hall d’entrée, ce bar est unique en Amérique du Nord. Pour en trouver un semblable, il faut visiter les hôtels Bulgari de Tokyo-Osaka et de Milan. Une anecdote : c’est la mère d’Andrew Torriani, Geneviève, qui en a suggéré l’idée au directeur général de Moët Hennessy Canada, Stéphane de Meurville. En moins de six mois, le concept a pris forme. Le bar a été inauguré en septembre dernier. Le menu met évidemment en vedette du champagne Dom Pérignon rosé et brut, vendu à la flûte (100 $) ou à la bouteille (600 $). On y sert également des cocktails et d’autres boissons. Claudine Hébert

Un bar unique en Amérique du Nord
slide-image

Des banquets pour 300 personnes

À l’instar des usines de transformation alimentaire, la cuisine du Ritz-Carlton est certifiée HACCP, un système d’analyse rigoureux des risques et de maîtrise des points critiques pour assurer la salubrité des aliments, ce qui en fait l’une des cuisines hôtelières les plus avancées de Montréal. On peut notamment y préparer des plats entièrement cachères dans une cuisine distincte. Dirigée par le chef Johnny Porte, l’équipe de la cuisine-banquet compte une centaine d’employés. La cuisine, située dans le sous-sol de l’hôtel, prépare les plats pour le service aux chambres ainsi que pour les réunions, les événements et les mariages. L’hôtel dispose de salles totalisant 11 000 pi² pouvant accueillir jusqu’à 800 convives en formule cocktail et 300 en banquet. La cuisine dispose d’équipement à la fine pointe, telles des hottes autonettoyantes munies de détecteurs qui accélèrent automatiquement la ventilation. Les réfrigérateurs s’ouvrent sur deux faces : les livraisons entrent d’un côté et ressortent par l’autre, ce qui limite le risque de contamination des aliments. 

Des banquets pour 300 personnes
Par Claudine Hébert
Un statut particulier


Contrairement aux 85 autres Ritz-Carlton qui appartiennent à la chaîne, l'établissement montréalais est une franchise. En d'autres termes, l'hôtel, qui appartient aux familles montréalaises Torriani et Mirelis, est pleinement indépendant de la chaîne hôtelière mère en ce qui concerne ses actions, ses commandites et ses événements. Si vous portez attention au logo du Ritz-Carlton de Montréal, vous noterez d'ailleurs qu'il est différent de celui de la chaîne. Cela dit, le Ritz-Carlton de Montréal respecte les normes et les codes de la chaîne en matière d'image, de communication et de services.


Andrew Torriani, hôtelier dans l'âme


Ce n'est pas d'hier qu'Andrew Torriani, le dg du Ritz-Carlton, baigne dans le monde de l'hôtellerie de luxe, tout comme ses frères, Anthony, Jonathan et Richard, et sa soeur Catherine. Leur père, Marco, d'origine suisse, a dirigé de grands hôtels sur quatre continents pendant plus de 35 ans. Le Business Travel Magazine a d'ailleurs sacré Marco Torriani l'un des 10 meilleurs hôteliers du monde, à plusieurs reprises.


«Déjà à l'âge de 12 ans, je jouais les projectionnistes auprès des enfants de la clientèle dans un des complexes hôteliers que mon père a dirigés en Afrique du Sud», rapporte Andrew Torriani. Adolescent, il a travaillé comme commis débarrasseur et plongeur dans les villes où le paternel était nommé en poste. Il se rappelle notamment du Caf'Conc', au Château Champlain, où il officiait les week-ends pendant l'année scolaire, alors qu'il n'avait même pas l'âge légal de le fréquenter.


Après avoir été directeur des ressources humaines chez Air Canada de 1997 à 2006, Andrew Torriani se voit proposer en 2005, par les propriétaires du Ritz-Carlton de l'époque, le poste de directeur général à la condition qu'il soit aussi coactionnaire. «Avec mon père et mes frères, ainsi que le groupe Mirelis, nous avons plutôt proposé en 2006 de racheter l'hôtel au complet, et j'en suis devenu le directeur général, dit-il. C'est à ce moment que nous avons décidé de faire du Ritz-Carlton non seulement l'adresse hôtelière par excellence à Montréal, mais aussi la destination de premier choix au Canada.»


Quand les médias sociaux s'en mêlent


Lorsqu'on inaugure un hôtel dont les travaux de rénovation ont coûté plus de 100 millions de dollars, il est tout à fait légitime de se demander en tant que propriétaire dirigeant quels seront les premiers sujets qui feront jaser dans les réseaux sociaux. La réponse étonne la famille Torriani : ce sont les toilettes Toto. Ces appareils sanitaires très populaires au Japon sont installés dans toutes les chambres. Ils sont munis d'un siège chauffant, d'un détecteur automatique et d'une commande à distance, sans oublier le bidet, très apprécié par la clientèle. «Il ne se passe pas une journée sans qu'un client nous demande où trouver cet appareil sanitaire pour leur maison», soulève Katia Piccolino, directrice des relations publiques.


La plus grande suite en ville


Ne loue pas qui veut la suite Royale du Ritz-Carlton. «Je décide qui a le privilège d'y loger», soutient Andrew Torriani, directeur général de l'hôtel, très fier de son produit dont l'aménagement a coûté plus de 3 millions de dollars.


Avant les rénovations majeures, la suite Royale était louée moins d'une douzaine de fois par année. Aujourd'hui, elle affiche un taux d'occupation annuel qui frôle les 50 %. Une salle de bains des maîtres et une autre, secondaire, à même la suite des maîtres, une bibliothèque, une salle à manger ainsi qu'un grand salon avec foyer et vue sur le jardin comptent parmi les 12 pièces de la suite qui occupe 4 700 pi². Certains vestiges de l'hôtel original ont été conservés, notamment un bureau d'une valeur de 75 000 $.


Mentionnons que le titre de «Royale» lui sied très bien. La suite a en effet été inaugurée en octobre 2012 par Leurs Altesses Sérénissimes le prince Albert II et la princesse Charlène de Monaco. D'où son deuxième nom, la suite Grimaldi, nom de famille du prince monégasque.


Prévoyez de 6 500 $ à 7 000 $ pour y passer la nuit, selon la haute saison, et ajoutez 3 000 $ lors de la semaine du Grand Prix de Montréal.


Magda Sabella, l'ambassadrice des princes du Moyen-Orient


Être d'origine libanaise et parler arabe constitue un atout pour attirer la clientèle du Moyen-Orient. Parlez-en à Magda Sabella, la directrice des ventes, qui sert aussi d'ambassadrice auprès des princes du désert et de leur famille. C'est elle qui prend soin de cette clientèle particulière. «Le petit mot de bienvenue écrit en arabe, l'accueil à la réception peu importe l'heure de leur arrivée, une visite chez Adonis pour faire le plein de dattes et autres aliments appréciés par ces clients... Je laisse même mon numéro de téléphone personnel pour qu'ils puissent me joindre en tout temps», dit Mme Sabella. Pour l'anecdote : récemment, une princesse orientale qui réside à New York a fait un aller-retour à Montréal avec 15 de ses amies. Elles voulaient vivre l'expérience de marcher dans la neige... Elles sont arrivées en matinée, ont dîné, se sont reposées dans leurs suites à l'hôtel avant de reprendre leur vol en soirée.


Cliquez ici pour consulter le dossier «Luxe»

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Toujours plus de maisons écoulées à plus d'1 million $

12/12/2017 | Joanie Fontaine

BLOGUE. Le marché de la propriété de luxe est en croissance au Québec et les acheteurs étrangers en sont friands.

60% des condos du Ritz toujours invendus

Édition du 17 Janvier 2015 | Dominique Froment

Le promoteur possède toujours 27 des 45 appartements. Et quatre des six penthouses n'ont pas encore trouvé preneurs.

OPINION

À la une

Immobilier: les Chinois supplantent les Français et les Américains

20/03/2019 | Martin Jolicoeur

En forte croissance, les investisseurs chinois dépassent maintenant les Francais et les Américains à Montréal.

À la une: Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Édition du 23 Mars 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Les ventes de maisons de luxe ont grimpé à Montréal, selon Sotheby's

À Calgary, Vancouver et dans le grand Toronto, le nombre de vente a plutôt chuté.