Quand l'inflation menace les énergies vertes

Publié le 02/06/2022 à 09:18

Quand l'inflation menace les énergies vertes

Publié le 02/06/2022 à 09:18

Par AFP

Le coût d'investissement pour construire de nouvelles capacités solaires et éoliennes terrestres a cru de 15 à 25% entre 2020 et 2022. (Photo: 123RF)

Paris — La flambée des prix, à commencer par celle de métaux stratégiques, est telle qu'elle pourrait bien gêner l'essor des énergies renouvelables, jusqu'ici portées par des gains de compétitivité exponentiels, alertent des experts, qui appellent à réagir.

Plombé par le renchérissement du fret et de matières premières vitales, le coût d'investissement pour construire de nouvelles capacités solaires et éoliennes terrestres a cru de 15 à 25% entre 2020 et 2022, soldant une décennie de baisse, a calculé l'Agence internationale de l'énergie.

L'électricité d'origine renouvelable reste compétitive face aux autres énergies, ajoute l'AIE, mais le maintien attendu sur au moins 2022 et 2023 de coûts d'installation plus élevés qu'avant la COVID pourrait compliquer son accélération.

En un an, le prix du cobalt a plus que doublé, quand, de janvier 2021 à mars 2022, le nickel gagnait 94%, l'aluminium 76%, le cuivre 34%… Le lithium a même crû de 738% sur cette période (contre +13% de moyenne annuelle ces dix dernières années).

Ainsi le prix des modules photovoltaïques, divisé par quatre en cinq ans, a-t-il augmenté de 16% l'an dernier. Le coût de l'éolien a pris 9%: l'offshore en particulier subit le surcoût des métaux rares et du cuivre, qui affecte aussi câblages et raccordements. Quant aux batteries lithium-ion des voitures électriques, la part des alliages de cathodes est passée de 3% du coût total en 2015 à plus de 20%, note l'AIE…

«Le lithium s'est envolé, car la demande a doublé en 2021 et l'offre n'a pu suivre. C'est un petit marché, et une moindre hausse de la demande fait bouger massivement les prix», explique à l'AFP Tae-Yoon Kim, analyste pour l'AIE.

Résultat, «les minerais critiques menacent une baisse des coûts qui durait depuis au moins 10 ans dans les technologies renouvelables», souligne M. Kim, avec «des conséquences majeures sur les besoins de financement de la transition énergétique dans le monde».

 

«Trou d'air»

En France, la filière sonne l'alarme. Dans le solaire, des projets équivalant au total à 2,1 GW de production électrique, soit l'essentiel, qui théoriquement étaient prêts pour 2022, sont arrêtés en raison de surcoûts (métaux, transports, acier, taux d'intérêt et même flambée des marges des agrégateurs commercialisant le courant), a recensé le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Le constat vaut dans l'éolien, la petite hydroélectricité et même le biogaz.

En cause, des contrats signés avant le boom des coûts, contractualisant un prix de l'électricité à des niveaux ne couvrant plus les frais. Et pas question de se rattraper sur la hausse des prix de marché, puisque l'exploitant doit restituer à l'État la différence avec celui acté dans son contrat.

Alors que la France attend 3 GW de solaire additionnels par an, «on risque un trou d'air en perdant ces projets», dit Alexandre Roesch, délégué général du SER, qui demande une indexation, avec un prix garanti plus élevé, par exemple 70 euros/MWh, ce qui resterait bien inférieur aux prix actuels du marché à 150 ou 200 euros.

«Cela restera de toute façon profitable à la collectivité», dit-il.

Les énergies renouvelables restent compétitives, a fortiori en pleine flambée des énergies fossiles et face aux «prix moyens observés ces six derniers mois sur les marchés de gros de l'électricité», souligne aussi l'AIE.

Elle appelle cependant États et industriels à «agir sérieusement» pour «diversifier leur approvisionnement en matières premières», impératif mis en lumière par la crise avec la Russie — le deuxième producteur mondial d'aluminium, de cobalt et de platine.

«Il existe encore des marges pour réduire les coûts», dit M. Kim: «d'abord, investir dans de nouveaux projets miniers. Les prix se stabiliseront seulement quand une offre nouvelle sera disponible».

L'AIE préconise une mise à jour des connaissances géologiques, notamment dans les pays en développement. «Et il y a de la marge pour développer des projets aux États unis, Canada, Amérique latine…»: à partir de 2023, de nouveaux sites doivent commencer à produire du cobalt en République démocratique du Congo, du nickel en Indonésie et au Canada, du lithium en Australie, du cuivre en Amérique. «Mais il en faudra plus», note l'expert, qui ajoute que les industriels devront aussi innover pour réduire fortement leurs besoins en métal.

Sur le même sujet

Les fonds de pension vont de l’avant avec l’investissement durable, malgré la politisation

22/07/2022 | Morningstar

Les détenteurs d’actifs considèrent le facteur ESG comme «un élément de base des placements plutôt que comme un créneau»

CAE prévoit de futurs avions de formation électriques

Mis à jour le 19/07/2022 | La Presse Canadienne

L'entreprise souhaite convertir les deux tiers de sa flotte de 200 avions d'entraînement Piper.

À la une

Bourse: Wall Street ouvre en baisse, la parenthèse de mercredi se referme

Mis à jour il y a 32 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto plongeait de plus de 300 points, une heure après l'ouverture.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour à 07:57 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nouvelle baisse sur les marchés, la livre sous pression. Wall Street prévoit une baisse.

Gabriel Nadeau-Dubois promet d’accélérer la construction et la rénovation des écoles

Mis à jour il y a 46 minutes | La Presse Canadienne

Gabriel Nadeau-Dubois était de passage dans la circonscription de Maurice-Richard jeudi matin.