Quels incitatifs gouvernementaux au design industriel?

Publié le 18/09/2019 à 12:09

Quels incitatifs gouvernementaux au design industriel?

Publié le 18/09/2019 à 12:09

Caroline Gagnon

Caroline Gagnon, professeure agrégée à l’École de design de l’Université Laval et directrice du baccalauréat en design de produits. (Photo: courtoisie)

DESIGN INDUSTRIEL. Pour inciter les entreprises québécoises à avoir recours au design industriel afin d’améliorer leur compétitivité, le gouvernement provincial dispose d’un programme de crédit d’impôt. Ce dernier s’adresse aux entreprises qui possèdent un établissement au Québec et dont les revenus bruts annuels sont d’au moins 150 000$.

Ce crédit remboursable peut aller jusqu’à 24% des dépenses engagées. Que ce soit en salaires – lorsque les activités de design sont faites à l’interne, alors limité à 60 000$ par designer admissible –, ou en honoraires lorsqu’elles sont réalisées par un consultant à l’externe, jusqu’à 65% du montant total.

«Ça fait plus de 10 ans que je recommande ce programme à mes clients, et la moitié d’entre eux ne sont pas au courant de son existence, témoigne Daniel Tassé, président de Tak Design Industriel. En plus, le formulaire est simple, pas besoin de comptable pour le remplir.»

Les start-up en démarrage non éligibles

Ce programme est effectivement salué par les professionnels du design industriel. Même s’il comporte quelques lacunes, selon certains d’entre eux. Dont Caroline Gagnon, professeure agrégée à l’École de design de l’Université Laval et directrice du baccalauréat en design de produits, qui regrette qu’il ne soit «pas ouvert aux start-up qui n’atteignent pas le chiffre d’affaires minimal». «Je trouve déplorable qu’aucun programme ne facilite l’intégration du design au sein des start-up, alors que la performance du premier produit est sans contredit capitale pour elle», renchérit David Mitchell, vice-président de GENIAdesign.

Un enjeu que Mme Gagnon perçoit fréquemment au contact de jeunes entrepreneurs en design. «Le développement de produits demande des investissements de départ importants, rappelle-t-elle. Les manufactures ne vont pas toujours accepter de faire des petites quantités d’un nouveau produit.»

M. Mitchell pointe du doigt un autre aspect négatif. «Il faut prouver qu’il y a des déboursés. Ça coupe donc l’herbe sous le pied des entrepreneurs ou innovateurs qui investissent leur temps dans un projet quand ils n’ont pas de capital.»

Le président de Morelli Designers, Jonathan Côté, recommanderait pour sa part aux instances gouvernementales de reconnaître davantage le large spectre d’action du design industriel. «On l’associe souvent à des activités de développement ou de commercialisation, mais pas à des activités de validation ou de recherche sur le terrain», fait-il valoir. D’après M. Côté, une réflexion est toutefois en cours à ce sujet.

David Mitchell ajoute que le design industriel devrait aussi être plus facilement appuyé et intégré dans les programmes d’aide gouvernementale à l’innovation. «Malheureusement, on réduit encore trop souvent l’intervention design à l’habillage et au cosmétique alors qu’il doit être placé au cœur du processus de R et D.»

 

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La plupart des A220 de la compagnie Swiss remis en service

11:57 | AFP

« 17 avions de la série C/A220 ont déjà été inspectés (…) Les moteurs sont en parfait état ».

A220 de Swiss cloués au sol: des inspections sont recommandées

Swiss, Delta Air Lines, Air Baltic, Korean Air, EgyptAir et Air Tanzania ont reçu des A220.

Swiss cloue ses appareils A220 au sol

Le transporteur aérien Swiss a décidé de clouer ses 29 appareils A220 (ex-CSeries) en raison de problèmes de moteurs.