Urgences-Santé a revu son processus d’embauche

Publié le 06/12/2010 à 11:32

Urgences-Santé a revu son processus d’embauche

Publié le 06/12/2010 à 11:32

Par Claudine Hébert

Faute d’effectifs suffisants, les heures supplémentaires ont coûté cher à Urgences-Santé au cours des dix dernières années en termes d’argent et de mobilisation. Ce défi a été surmonté grâce à la révision complète des méthodes de sélection du personnel.

Plus de 110 000 heures supplémentaires - un sommet - ont été répertoriées au cours de l’année 2009-2010. « Mais cette situation est en voie de changer », déclare Mylène Côté-Turcotte, conseillère en gestion des ressources humaines, qui a incité Urgences-Santé à prendre les moyens pour remédier au problème.

Les mots « pénurie de main d’œuvre » ont d’ailleurs aujourd’hui disparu du vocabulaire de la plus importante entreprise d’ambulances au pays.

« Le principal facteur venu à la rescousse d’Urgences-Santé repose essentiellement sur l’allègement substantiel de son processus d’embauche, qui est passé de 12 à 4 semaines », indique Mme Côté-Turcotte.

Depuis l’instauration de ce nouveau processus en mai 2009, plus de 180 ambulanciers ont été embauchés. Soit huit fois plus de personnel paramédic qu’avait l’habitude d’engager Urgences-Santé pour une même période.

Des tests rigoureux

L’entreprise est reconnue pour présenter l’un des processus d’embauche les plus rigoureux au Québec. La révision des méthodes de sélection a permis à l’organisation de réunir l’ensemble de ses tests dans une même journée et de regrouper les entrevues en une seule semaine.

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour le 28/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.

À surveiller: MTY, Mdf commerce, et Goeasy

Que faire avec les titres de Groupe d’alimentation MTY, mdf commerce et goeasy?

Le BSFI modifie les règles sur les prêts immobiliers pour réduire le risque

Les consommateurs ne verront pas d’augmentation de leurs exigences de paiement mensuel à la suite de ce changement.