IPL conjugue écologie et économies

Publié le 06/12/2010 à 11:29, mis à jour le 01/02/2011 à 15:40

IPL conjugue écologie et économies

Publié le 06/12/2010 à 11:29, mis à jour le 01/02/2011 à 15:40

IPL investit dans le développement durable depuis une dizaine d’années et en profite pour réaliser des économies importantes.

IPL est d’abord une entreprise verte par les produits qu’elle manufacture : la firme de Saint-Damien est la seule au Canada qui fabrique des bacs roulants destinés aux matières recyclables.

« Nous vendons aussi des boîtes de livraison en plastique qui peuvent être réutilisées plusieurs fois, ce qui les rend plus écologiques que les boîtes de carton », dit Jean-Pierre Simard, directeur du marketing de la PME de quelque 900 employés basée dans Chaudière-Appalaches.

Mais IPL est aussi verte par la façon dont elle fabrique ses bacs, ses boîtes de livraison, ses seaux et ses emballages.

Le développement durable : un processus continu

Les premières initiatives de développement durable de la compagnie ont une dizaine d’années. La démarche est certes écologique, mais elle permet également à l’entreprise de réduire ses coûts.

Depuis le début des années 2000, IPL a notamment réduit sa consommation d’huile hydraulique et redessiné certains contenants pour qu’ils utilisent moins de plastique tout en restant aussi solides. De plus, elle a augmenté son approvisionnement en produits recyclés ou recyclables.

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour il y a 40 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Il y a 12 minutes | La Presse Canadienne

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.