Votre marketing numérique bientôt sur le bout de vos doigts

Publié le 21/07/2021 à 08:36

Votre marketing numérique bientôt sur le bout de vos doigts

Publié le 21/07/2021 à 08:36

Par Catherine Charron

(Photo: 123RF)

Une application québécoise se targue d’assister les PME dans la gestion de leur opération de marketing numérique à partir d’une simple touche sur l’écran d’un appareil mobile.

En analysant plus de mille paramètres grâce à l’intelligence artificielle , Empower veut les conseiller, les éduquer, lancer leurs campagnes promotionnelles, ou même envoyer leur infolettre, et ce, tout en demeurant abordable.

«L’interface rend plus ludique l’acte de faire de la communication et du marketing. Ça rend le tout plus digeste aux néophytes de la technologie», indique Daniel Forman, le PDG de la société qui a injecté près de 3 millions de dollars en trois ans dans cette solution.

Ayant d’abord fondé avec son acolyte Jack Elias une firme plus traditionnelle, il a observé que bien souvent, les PME ont de la difficulté à être réactives, ce qui ralentit le travail des spécialistes du marketing.

Maintenant, en un clic, la personne responsable peut activer toute une campagne, grâce à la vingtaine de cartes de suggestions qui lui seront proposées quotidiennement par l’application. Une nouvelle directrice de contenu a d’ailleurs joint l’équipe, afin de trouver un juste équilibre entre les différents types de cartes qui seront acheminés.

Jack Elias et Daniel Forman, les cofondateurs d'Empower (Photo: courtoisie)

Automatiser les opérations marketing courantes

L’objectif de la start-up est de miser sur le marketing de prédiction, et non plus de réaction, grâce à de meilleurs liens tissés entre les données récoltées par l’intelligence artificielle.

«Si on parle de réseaux sociaux, on utilise les calendriers de contenu. Ça devrait plutôt se faire au jour le jour, en fonction des données quotidiennes, et les priorités du client. On veut se rapprocher du temps réel, lui suggérer de parler d’un tel sujet, car en consultant son logiciel de comptabilité, on voit que les ventes sont à la baisse ou à la hausse, que son compétiteur a mis en ligne cette publication et qu’il fait soleil dehors, par exemple», illustre Daniel Forman.

La PME compte sur l’investissement de 3 millions de dollars remis conjointement par Investissement Québec, la BDC et PME MTL le 7 juillet dernier pour y arriver. Empower pourra ainsi augmenter la capacité de son intelligence artificielle et développer des algorithmes plus complexes, afin d’offrir des recommandations plus justes et d’accroître sa gammede services.

Car pour offrir «la meilleure technologie au meilleur prix» aux PME, l’application doit miser sur l’automatisation et éliminer le plus possible le travail humain, martèle Daniel Forman. Empower fait ainsi le pari de dire adieu aux biais humains, pour s’appuyer sur l’immense quantité de données que peut analyser en quelques secondes un ordinateur, en se basant sur une panoplie d’informations tirées de précédentes campagnes.

«Le marketing n’a pas vraiment ajusté ses coûts. Une compagnie doit encore payer 150-200 $ l’heure pour ces services. Une publication Facebook peut facilement coûter 300$», observe celui qui assure que d’ici un an ou deux, ses clients seront surpris de voir la quantité d’idées qui pourra être générée par l’intelligence artificielle.

De son côté, Empower s’est inspiré des jeux vidéo pour fixer ses tarifs. Chaque client doit payer une mensualité de 100$ afin que l’application, qui «connecte tous les services de niche en une seule plateforme» puisse utiliser un ensemble d’outil marketing, comme MailChimp et Dropbox. Ensuite, il devra acheter des forfaits de crédits, qui valent entre 500 à 10 000$.

«Une recommandation coûtera un nombre X de crédits, selon la complexité de l’opération. [… ] Des récompenses seront aussi remises aux clients qui répondent à nos questions, afin d’alimenter l’algorithme et faire des recommandations plus précises», explique Daniel Forman, qui souhaite baisser ses tarifs grâce à l’automatisation.

 

Une direction ambitieuse

Ce dernier précise qu’à terme, l’entièreté de la tâche ne pourra être réalisée par des robots, notamment pour faire des vérifications. «L’application a aussi été conçue pour que les clients puissent venir rencontrer nos stratèges s’ils le souhaitent, afin d’offrir un accompagnement complet, mais qui permet d’automatiser une partie de la communication».

Beaucoup de travail reste encore à faire pour parvenir à automatiser «98%» de leurs activités marketing, à l’instar des ouvertures de comptes qui doivent encore se faire grâce à leurs employés. Une étape cruciale pour l’entreprise qui souhaite venir en aide d’ici 2 ou 3 ans à plus de 100 000 clients basés dans une centaine de marchés, mais qui n’en compte présentement que 200 dans l’axe Toronto-Montréal.

Empower souhaite toutefois ouvrir de nouveaux bureaux, dont un à Vancouver au cours des prochains mois. «La plus grosse erreur qu’on pourrait faire, c’est de croître trop rapidement», fait observer le PDG de l’entreprise.

 

Sur le même sujet

Fuites de données: l'IA réduit les risques, selon Éric Caire

Éric Caire pense que l'intelligence artificielle renforce la sécurité des données personnelles des Québécois.

L'intelligence artificielle, c'est bon pour la planète!

07/06/2021 | Hugues Foltz

BLOGUE INVITÉ. L'IA peut nous aider à résoudre des enjeux liés à la santé de notre planète ou de notre société.

À la une

Le prix du bois d'oeuvre fait bondir les profits de Résolu

Il y a 47 minutes | La Presse Canadienne

«Nous croyons en la prospérité à long terme de notre secteur (des) produits du bois», a dit Rémi Lalonde.

Interruption de TVA Sports durant les séries: Québecor déboutée en cour

Le CRTC avait raison d'obliger Québecor à fournir le signal de TVA Sports aux abonnés de Bell, tranche le tribunal.

L'économie américaine a retrouvé son niveau d'avant-crise

Mis à jour il y a 26 minutes | AFP

Le produit intérieur brut (PIB) est en effet plus élevé qu’il ne l’était au quatrième trimestre 2019.