Start-up: recruter, déléguer et évoluer

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Start-up: recruter, déléguer et évoluer

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Janvier 2019

Les premières ventes ou rondes de financement, synonymes de développement de l'entreprise, précèdent généralement une étape stratégique : le recrutement. «Le but, c'est d'embaucher des personnes meilleures que soi. Moi, j'ai besoin d'admirer mes collègues», souligne Marc-Antoine Ducas, de Netlift. Dominic Gagnon, à l'origine de Connect&Go, confie même que certains de ses salariés peuvent gagner presque deux fois plus que lui.


Parmi la quinzaine d'employés de Unsplash, Stephanie Liverani, sa cofondatrice, révèle que se trouvent... sa mère et son frère. «Au début, vous avez besoin d'avoir une bonne communication et une grande confiance envers les personnes avec qui vous travaillez», justifie-t-elle.


«Au moment du démarrage, il faut tout faire. Dès la formation d'une équipe, il faut toutefois apprendre à déléguer, à partager sa vision et à jouer un rôle de mobilisateur. En bref, passer d'entrepreneur à leader», résume Liette Lamonde, directrice générale de la Fondation Montréal inc.


L'école de l'agilité


Cette évolution peut déstabiliser, explique concrètement Frédéric Lalonde, cofondateur de Hopper qui vient de passer le cap des 200 salariés. «Le talent et les aptitudes nécessaires sont complètement différents au fil du développement. C'est un peu comme si on te disait : "Tout ce que tu fais aujourd'hui, tu vas devoir progressivement l'abandonner au cours des deux prochaines années, et, à la place, il va falloir devenir bon dans des choses que tu ne faisais pas nécessairement auparavant."«


«Rares sont les entrepreneurs qui arrivent à passer d'inventeur à lanceur d'entreprise, puis à gestionnaire de croissance», synthétise Jean-François Ouellet, professeur à HEC Montréal.


«Faire tout ce parcours nécessite une certaine forme de maturité et de discipline», estime M. Lalonde. D'ailleurs, contrairement à une idée reçue, l'âge moyen du fondateur des nouvelles entreprises affichant le plus fort taux de croissance n'avoisine pas la vingtaine, mais plutôt... 45 ans, d'après plusieurs études.


Conséquence : certains n'hésitent pas à passer la main, rendu à un certain stade. C'est le cas, par exemple, de Julien Smith, qui a quitté récemment son poste de CEO de Breather pour ne garder que celui de président. Pour celui qui se définit plus comme un créateur qu'un gestionnaire, «il faut toujours se demander qui est la meilleure personne pour faire grandir la société.»


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «DÉFI START-UP - 4E ÉDITION»

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

DÉFI START-UP 7: Concours exclusif aux abonné.e.s

Édition du 09 Mars 2019 | Les Affaires

Les Affaires est de retour cette année avec la 4e édition du Défi Start-up 7, un événement pendant lequel les ...

Lighthouse Labs: la porte d'entrée dans la clique la plus branchée de Montréal

14/02/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. L’univers montréalais des startups, c’est un petit monde. Voici comment s’y trouver un boulot.

À la une

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.

Manufacturier 4.0: le retard du Québec menace les exportations

Deloitte propose diverses stratégies pour accélérer la transformation des entreprises en manufacturiers intelligents.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et la Chine.