On doit les McCroquettes à... ce diplômé d'Harvard

Publié le 10/05/2018 à 16:18

On doit les McCroquettes à... ce diplômé d'Harvard

Publié le 10/05/2018 à 16:18

Par lesaffaires.com

Ray Dalio, à gauche, en vacances au Brésil en 1976 (Business Insider https://read.bi/2KeClHt)

DÉFI-START UP 7 | INSPIRATION

Si McDonald's est parvenue à élargir son menu avec des morceaux de poulet enrobés de panure, c'est grâce à cet as de la macroéconomie fraîchement diplômé.

Il manque décidément de nombreuses pages à l’histoire des croquettes de poulet.

On a d’abord oublié que l’apparition de la viande transformée constituait une véritable révolution alimentaire qui, dans le cas du poulet, sortait tout droit d’un laboratoire universitaire new-yorkais.

Les Américains dévorent de nos jours près de 70 millions de livres de poulet par jour, soit près de 9 milliards d'oiseaux par année. Ce qui en fait le volatile préféré des États-Unis (littéralement), pour reprendre le sous-titre de l’auteure Emelyn Rude.

Pourtant, il aura fallu plus d’un demi-siècle pour guérir la «fatigue du poulet». En 1955, l'aviculture américaine avait passé le cap du milliard d'oiseaux et ne montrait aucun signe d’essoufflement. Jusqu’à ce que les consommateurs banalisent cette viande omniprésente, au regret des fermiers et du gouvernement.

C’est alors que, fin des années 1950, un enfant de la Grande dépression, Robert C. Baker, installe dans les sous-sol de l’université Cornell un labo avicole qui parviendra pour la première fois à modeler de la volaille hachée dans une panure capable de supporter congélation et friture : le «nugget».

Mais le brio d'une invention ne suffit pas à son adoption.

Ingrédient financier secret

Il faudra attendre une trentaine d'années encore pour voir les McCroquettes au menu des restaurants aux arches dorées. Une intervention se voudra surtout déterminante à en croire l'anecdote confiée par Ray Dalio lors d'une entrevue sur Freakonomics Radio.

Une fois son diplôme de l'école de gestion d'Harvard en poche au début des années 1970, Ray, déjà jeune as du trading de matières premières, évolue à Wall Street. Ses clients se comptent sur les deux doigts d'une main: un producteur de poulets et McDonald's.

À l'époque, la chaîne de restauration rapide veut introduire le poulet dans sa gamme de produits mais craint que le prix de la volaille ne s'envole en conséquence.

«Il y avait beaucoup de volatilité sur le marché et McDonald's avait peur de se retrouver forcée à augmenter ses prix», raconte Ray Dalio qui, depuis, a fondé l’un des plus imposants fonds spéculatif de la planète, Bridgewater.

Le problème était qu'aucun moyen n'existait encore pour que l'enseigne alimentaire puisse réduire ou compenser son exposition aux prix du poulet.

Ray Dalio conseille alors une stratégie d'investissement au producteur de poulet, soutenant que le poulet adulte est «simplement un poussin gavé de grains» et que les prix des graminés étaient les principaux éléments imprévisibles dont l'aviculteur devait se soucier.

En montrant à l'éleveur comment se positionner sur les futures du maïs et du soja, Ray Dalio lui permettait en fait d'offrir à McDonald's un prix fixe pour le poulet.

On connait la suite...

 

 

À la une

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»

Faites le choix d'améliorer la qualité de votre portefeuille

09/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi ne pas choisir nos investissements boursiers selon des critères de sélection?

Créer de la valeur grâce à la responsabilité sociale et environnementale

Mis à jour le 08/04/2021 | lesaffaires.com

LIVRE BLANC. Les pratiques responsables sont loin d’être uniquement l’apanage des grandes entreprises.