Luge Capital donne sa première enveloppe à la start-up Flinks

Publié le 04/07/2018 à 06:00

Luge Capital donne sa première enveloppe à la start-up Flinks

Publié le 04/07/2018 à 06:00

Par Catherine Charron

Les cofondateurs de Flinks, Frédérick Lavoie, chef des opérations, Yves-Gabriel Leboeuf, chef de la direction, et Julien Dubé-Cousineau, chef de la technologie (Flinks)

Le fonds de capital de risques destiné aux fintechs Luge Capital a trouvé son premier poulain sur lequel miser : la firme montréalaise spécialisée en agrégation de données financière et en vérification de comptes bancaires Flinks.

Cet investissement permettra à l’entreprise, qui est en démarrage depuis les 18 derniers mois, de commercialiser un outil qui évalue les habitudes financières d’un individu à l’aide de l’intelligence artificielle.

«Ça faisait un moment déjà que la firme était dans notre mire», soutient Karim Gillani, le directeur associé de Luge Capital. Il croit que Flinks «siège au cœur des services fintech avec leur produit crucial pour ce secteur », qui est en constante croissance dans les dernières années. Selon le dernier index EY sur le taux d’adoption des fintechs paru en 2017, celui-ci atteint 33 % parmi les 20 plus grandes économies du monde, alors qu’il frôlait les 16 % en 2015.

Cette nouvelle technologie permettra d’automatiser l’analyse « [des] comportements transactionnels des utilisateurs et la santé de leurs comptes financiers » apprend-on dans un communiqué paru le 4 juillet. C’est à partir de la compilation de ces données que la plateforme suggèrera aux institutions bancaires et aux prestataires de services financiers qui l’utilisent des plans d’épargne ou de cotisation qui conviennent à leurs clients respectifs.

L’enveloppe accumulée à la fin de cette première ronde de financement atteint 1,75 million de dollars. La Banque Nationale, de même qu’Innostart Capital, Panache, iNovia Capital et Conconi Growth y ont contribué.

 

À la une

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»

Faites le choix d'améliorer la qualité de votre portefeuille

09/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi ne pas choisir nos investissements boursiers selon des critères de sélection?

Créer de la valeur grâce à la responsabilité sociale et environnementale

Mis à jour le 08/04/2021 | lesaffaires.com

LIVRE BLANC. Les pratiques responsables sont loin d’être uniquement l’apanage des grandes entreprises.