Perturber l'industrie de la correction selon Harrii

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Perturber l'industrie de la correction selon Harrii

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Par Denis Lalonde

DÉFI START-UP 7 | La start-up Harrii a remporté le prix du public de la troisième édition du Défi Start-up 7 organisé par Les Affaires. Lors de ce défi, les entrepreneurs potentiels sont invités à démarrer leur start-up en sept jours avec un budget maximal de 700 dollars. À la fin de la semaine, les participants soumettent leur projet par vidéo, puis un jury composé de professionnels de l'entrepreneuriat sélectionne sept finalistes. Ces derniers étaient présents, le 5 avril à l'espace Montréal Cowork, pour faire une présentation de moins de trois minutes devant le jury et une centaine d'invités.


La start-up Harrii, dont le modèle d'affaires est de repenser la correction de fautes de grammaire et d'orthographe, est repartie du Défi Start-up 7 avec le prix du public.


« Harrii se veut une extension web qui permet de signaler des erreurs après la publication d'une nouvelle ou d'un texte », explique le fondateur de la société, Vivien Virgili. Ce dernier souhaite que son outil, un complément aux logiciels comme Antidote, devienne une technologie de rupture (disruptive) de la correction et de la révision sur le Web. « La prochaine étape pour la société est de bâtir un produit minimum viable pour montrer l'intérêt du public », dit le dirigeant de 32 ans, aussi responsable web et réseaux sociaux à l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ).


M. Virgili, qui se dit étonné par le nombre de fautes de français sur les sites web d'information francophones, désire cibler les médias « au sens large ». « Aujourd'hui, beaucoup de gens s'improvisent infopreneurs et créent leur propre canal de diffusion », dit-il.


Selon son modèle d'affaires, les sites d'information paieraient un montant forfaitaire d'une trentaine de dollars par mois pour installer Harrii sur leur portail. « S'il y a une coquille, les lecteurs vont devenir partie prenante de l'expérience en signalant gentiment les fautes. J'étudie aussi la possibilité de rétribuer les lecteurs qui signaleront des erreurs. »


 


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «DÉFI START-UP 7 - 3e ÉDITION»


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

DÉFI START-UP 7: Concours exclusif aux abonné.e.s

Édition du 09 Mars 2019 | Les Affaires

Les Affaires est de retour cette année avec la 4e édition du Défi Start-up 7, un événement pendant lequel les ...

Lighthouse Labs: la porte d'entrée dans la clique la plus branchée de Montréal

14/02/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. L’univers montréalais des startups, c’est un petit monde. Voici comment s’y trouver un boulot.

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?