Lancer une start-up en 7 jours avec 700 $


Édition du 05 Septembre 2015

Lancer une start-up en 7 jours avec 700 $


Édition du 05 Septembre 2015

[Photo : Shutterstock]

Retour au dossier Défi Start-up 7

Il n'a jamais été aussi facile et aussi peu coûteux de lancer une start-up qu'en 2015. Grâce à une multitude de services en ligne, le temps est révolu où des millions de dollars et des années étaient nécessaires pour passer de l'idée à la première vente. Dans un contexte où la plupart des start-up sont condamnées à périr, passer des années à peaufiner un plan d'affaires n'a plus de sens. C'est pourquoi nous avons concocté ce texte pratique qui devrait aider n'importe quel entrepreneur à lancer une start-up en une semaine. Notre journaliste Julien Brault ne s'est pas contenté d'en faire la rédaction. Il a aussi relevé le défi.

À lire aussi:
Le Défi Start-up 7 : un mouvement entrepreneurial et un guide pratique sur iPad

Lundi 27 juillet

jour 1

Choisissez une adresse physique

Les garages ont beau avoir donné naissance à plusieurs géants technos, le meilleur endroit pour lancer une start-up en 2015 est un espace de travail partagé. Ce type de lieu permet de côtoyer d'autres entrepreneurs technos et donne accès à des salles de conférences et à un réseau Wi-Fi. On peut également utiliser l'adresse postale de l'espace partagé. Ainsi, les entrepreneurs n'ont pas besoin de divulguer leur adresse personnelle dans leur infolettre ou sur leur site Web.

Mon expérience

Dès lundi matin, j'ai opté pour la maison Notman, à Montréal. Et ce, parce qu'elle offre un tarif à la semaine, mais surtout, parce qu'il s'agit de l'espace le plus près de chez moi. J'ai donc frappé à la porte de Noah Redler, directeur de campus de la Maison, vers 9 h, sans avoir pris rendez-vous. Cinq minutes plus tard, j'avais les clés de mon bureau, celles de la Maison Notman, et je pouvais commencer à travailler.

Coût

137,97 $/semaine

(Il reste 562,03 $)

Des outils

Trouvez l'idée

Tout le monde a de bonnes idées, mais peu de personnes ont la bonne idée qui résout le problème d'un public cible qu'on peut rejoindre à un prix raisonnable. Pour trouver de bonnes idées, penchez-vous donc dans un premier temps sur vos propres problèmes ou ceux de votre industrie.

Mon expérience

Une fois installé dans mon nouveau bureau, j'ai résumé, l'une à la suite de l'autre, neuf idées de start-up, dont certaines étaient issues de problèmes que j'avais déjà eus.

J'ai vite découvert lesquelles suscitaient l'intérêt, puisque je les avais soumises au vote sur les médias sociaux. Pour ce faire, j'ai utilisé Google Forms, un outil gratuit qui permet de créer des sondages en ligne. J'ai obtenu 792 réponses. Parmi les idées les plus populaires, j'en ai choisi trois pour lesquelles je pensais être en mesure de bâtir un produit viable en une semaine : un service de location de vélo pair à pair, un service d'évaluation d'idée de start-up et un club de lecture où les livres sont gratuits, pourvu qu'on les critique.

Coût

0 $

(Il reste 562,03 $)

Des outils

Créez votre nom de domaine

Lorsqu'on lance une start-up techno, le choix d'un nom et celui d'un nom de domaine sont généralement indissociables. Après tout, bâtir une marque autour d'un nom dont le .com appartient à quelqu'un d'autre pourrait finir par vous coûter cher. Il y a quelques exceptions toutefois. Si vous savez que vous ne ferez jamais d'affaires à l'extérieur du Canada, l'extension .ca est une option intéressante. De plus, si votre produit est une application mobile, le .com est moins indispensable.

Mon expérience

Le premier nom de domaine que j'ai trouvé est celui de mon club de lecture. Puisqu'un nom descriptif comme clubdulivregratuit.com aurait été ennuyeux, j'ai cherché un nom sans lien avec la nature du projet. Après avoir testé la disponibilité de quelques noms d'animaux mignons sans succès, j'ai eu l'idée de choisir un nom de plante qui pousse au Québec. C'est donc en consultant une liste de fruits et légumes du Québec que je suis tombé sur la rhubarbe. Rhubarbe.com n'était pas disponible, mais Rubarbe.com l'était. Je l'ai acheté sur Namecheap. Ensuite, je me suis aussi emparé de velofi.com (une contraction de vélo et Wi-Fi) pour le projet de service de location de vélos et de YourIdeaStinks.com pour le troisième projet.

Coût

43,28 $

(Il reste 518,75 $)

Des outils

Lancez votre landing page

Dans un monde où le nombre de produits et de services offerts en ligne est quasi infini, une landing page (page de renvoi) permet de vérifier s'il existe un marché pour votre produit. Il s'agit d'une page Web affichant un bref descriptif du produit à venir, sur laquelle les personnes souhaitant en savoir plus peuvent laisser leur adresse courriel.

Mon expérience

Pour concevoir mes landing pages, j'ai choisi le forfait à 69 $ US par mois de KickoffLabs. Le service est un peu plus cher que celui de la concurrence, mais offre des fonctionnalités qui justifient amplement son prix. La plus spectaculaire est la possibilité de créer, en quelques clics, différents systèmes de recommandation. Lorsqu'un utilisateur laissait son courriel sur la landing page de Rubarbe, il était redirigé vers une page de remerciement. Son rang dans la liste d'attente pour accéder à Rubarbe y était affiché. Sur cette page, on suggérait à l'internaute d'inviter ses amis par courriel et sur les médias sociaux pour se retrouver au sommet de la liste d'attente. Le plus beau, c'est que tout ce processus était géré automatiquement. En tout, ce système a généré 95 inscriptions en une semaine sur un total de 254, soit 37 % des inscriptions.

Coût

91,41 $/mois

(Il reste 427,34 $)

Des outils

À lire aussi:
Le Défi Start-up 7 : un mouvement entrepreneurial et un guide pratique sur iPad

À la une

Lithium en territoire cri: une mine qui divise et ravive de vieilles blessures

La région autour de Nemaska possèderait l‘un des plus grands gisements de spodumène au monde.

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

04/02/2023 | François Normand

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.