La cybersécurité, une opportunité ?

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

La cybersécurité, une opportunité ?

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

Par Alain McKenna

[Photo: 123RF]


Et si la cybersécurité n’était pas seulement un défi, mais représentait aussi... une opportunité ? Presque tous les aspects de nos vies modernes dépendent de la technologie de l’information. En positionnant le Québec et le Canada comme des leaders dans ce domaine, les chances de stimuler l’économie sont grandes.


C’est clairement le raisonnement derrière la création, cet automne, de CyberEco, un nouvel organisme regroupant notamment le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale, Deloitte et le Groupe RHEA, et dont le mandat est « d’établir au Québec un collectif de talent et d’expertise en cybersécurité ».


« L’imagination des fraudeurs et des pirates informatiques n’a pas de limites », explique Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins. « La cybersécurité est une sphère d’activité d’importance stratégique qui fait appel à notre capacité d’innovation. CyberEco va nous permettre de renforcer la prévention et la lutte contre la cybercriminalité. » 


Les organisations impliquées dans ce projet investiront ainsi du temps et de l’argent dans le développement de solutions s’adressant tant au public qu’au secteur des affaires. Déjà, une première application appelée Protection sera proposée aux consommateurs dès cet automne afin d’aider à partager les meilleures pratiques en matière de respect et de défense de la vie privée.


D’autres initiatives suivront. Les créateurs de CyberEco estiment que le marché de la cybersécurité atteindra 170 milliards $ US dans le monde en 2020. Au Canada seulement, ça peut représenter une industrie de 8000 professionnels au plus tard dans trois ans. Se présenter comme des leaders dans ce domaine se traduira par la création d’un nouvel axe de croissance pour les sociétés associées à CyberEco.


« Plusieurs secteurs d’activité économique vivent présentement une révolution numérique. Pour en tirer pleinement parti, les organisations doivent pouvoir s’appuyer sur des solutions de cybersécurité performantes », souligne Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale. 


De l’innovation en cybersécurité au Canada


Il n’y a pas que le secteur privé qui voit la cybersécurité comme un secteur économique prometteur. Plus tôt cet été, le gouvernement fédéral a présenté sa Stratégie nationale sur la cybersécurité, qui se décline en deux volets. D’abord, protéger les renseignements personnels des citoyens, des entreprises et de l’économie.


Ensuite, la stratégie est conçue de manière à favoriser l’innovation et la prospérité. En d’autres mots, elle devra mener à la création d’entreprises spécialisées dans ce secteur capables de faire affaire partout au Canada et ailleurs dans le monde. « Si les Canadiens sont habilités à améliorer leur cybersécurité et à s’adapter face à de nouvelles menaces, non seulement pourrons nous atteindre le plein potentiel de l’économie numérique et préserver la sécurité de nos données, mais nous pourrons aussi vendre ces compétences et ces innovations au marché énorme et croissant dans le reste du monde », déclarait Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, au moment de présenter sa stratégie.


Ottawa évalue à 1,7 milliard $ la taille de l’industrie canadienne de la cybersécurité, mais mise sur une croissance mondiale anticipée de 66% au cours des trois prochaines années pour élargir la place du Canada dans ce secteur. 


Une des façons envisagées par Ottawa pour stimuler la croissance est d’inclure des critères clairs de sécurité informatique dans les diverses initiatives numériques mises de l’avant par les différents paliers de gouvernement au pays. Le développement des villes intelligentes est un exemple de contexte dans lequel le secteur public peut épauler le privé pour mousser l’expertise locale.


« La Stratégie nationale de cybersécurité établit un point de mire clair sur la cybersécurité au sein du gouvernement », croit justement Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale. « En s’appuyant sur les compétences et le talent exceptionnels qui existent déjà au gouvernement, ainsi qu’en établissant des partenariats avec l’industrie, nous pourrons accroître la cybersécurité au Canada » et faire prospérer cette industrie émergente.


 


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «CYBERSÉCURITÉ 2018»

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. L'industrie alimentaire cherche à s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, de plus en plus...

Les marchés de proximité : une occasion à saisir

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. Les marchés de proximité sont en plein essor au Québec et offrent de belles occasions aux...

OPINION «Blockchain», l'avenir de la traçabilité?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Nouveau Guide alimentaire: quels impacts pour les producteurs?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
L'industrie agricole et agroalimentaire doit-elle s'inquiéter des tensions avec la Chine?
Édition du 06 Avril 2019 | Kévin Deniau

À la une

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.

Comment calculer la valeur intrinsèque d'une entreprise

BLOGUE INVITÉ. Si l’on applique la méthode scientifique, la formule pour calculer cette valeur est relativement simple.