Pfizer permettra à d'autres compagnies de fabriquer son médicament anti-COVID-19

Publié le 16/11/2021 à 09:00

Pfizer permettra à d'autres compagnies de fabriquer son médicament anti-COVID-19

Publié le 16/11/2021 à 09:00

Par La Presse Canadienne

Cette entente permettrait aux fabricants de médicaments génériques de produire le comprimé pour une utilisation dans 95 pays, représentant environ 53% de la population mondiale. (Photo: 123RF)

Londres — Le fabricant de médicaments Pfizer a signé un accord avec un groupe soutenu par l’ONU pour permettre à d’autres fabricants de fabriquer son médicament expérimental contre la COVID-19, une décision qui pourrait rendre le traitement accessible à plus de la moitié de la population mondiale.

Dans un communiqué publié mardi, Pfizer a annoncé qu’il accorderait une licence pour le comprimé antiviral au Medicines Patent Pool basé à Genève, ce qui permettrait aux fabricants de médicaments génériques de produire le comprimé pour une utilisation dans 95 pays, représentant environ 53% de la population mondiale.

L’accord exclut certains grands pays qui ont subi des épidémies de coronavirus dévastatrices. Par exemple, alors qu’une société pharmaceutique brésilienne pourrait obtenir une licence pour fabriquer le comprimé et l’exporter vers d’autres pays, le médicament ne pourrait pas être fabriqué de manière générique pour être utilisé au Brésil.

Des responsables de la santé ont tout de même déclaré que le fait que l’accord ait été conclu avant même que le médicament de Pfizer ne soit autorisé quelque part pourrait aider à mettre fin plus rapidement à la pandémie.

«Il est assez significatif que nous puissions donner accès à un médicament qui semble efficace et qui vient d’être développé à plus de 4 milliards de personnes», a déclaré Esteban Burrone, responsable de la politique du Medicines Patent Pool.

Il a estimé que d’autres fabricants de médicaments pourraient commencer à produire le comprimé en quelques mois.

Aux termes de l’accord, Pfizer ne percevra pas de redevances sur les ventes dans les pays à faible revenu et renoncera aux redevances sur les ventes dans tous les pays couverts par l’accord tant que la COVID-19 restera une urgence de santé publique.

Plus tôt ce mois-ci, Pfizer a déclaré que son comprimé réduisait le risque d’hospitalisation et de décès de près de 90% chez les personnes atteintes d’infections à coronavirus légères à modérées. Des experts indépendants ont recommandé d’arrêter l’étude de l’entreprise sur la base de ses résultats prometteurs.

Pfizer a dit qu’elle demanderait à la Food and Drug Administration des États-Unis et à d’autres régulateurs d’autoriser le médicament dès que possible.

Depuis que la pandémie a éclaté l’an dernier, les chercheurs du monde entier se sont précipités pour développer un médicament pour traiter la COVID-19 pouvant être pris à la maison facilement pour soulager les symptômes, accélérer le rétablissement et empêcher les gens d’aller à l’hôpital. À l’heure actuelle, la plupart des traitements contre la COVID-19 doivent être administrés par voie intraveineuse ou par injection.

La Grande-Bretagne a autorisé le comprimé anti-COVID-19 de Merck au début du mois, et elle est en attente d’approbation ailleurs. Dans un accord similaire avec le Medicines Patent Pool annoncé en octobre, Merck a accepté de laisser d’autres fabricants de médicaments offrir son comprimé, le molnupiravir, dans 105 pays plus pauvres.

Médecins sans frontières a déclaré qu’il était «découragé» que l’accord Pfizer ne rende pas le médicament disponible dans le monde entier, notant que l’entente annoncée mardi exclut des pays comme la Chine, l’Argentine et la Thaïlande.

«Le monde sait désormais que l’accès aux outils médicaux pour lutter contre la COVID-19 doit être garanti pour tout le monde, partout, si nous voulons vraiment contrôler cette pandémie», a dit Yuanqiong Hu, conseiller principal en politique juridique chez Médecins sans frontières.

Les décisions de Pfizer et Merck de partager leurs brevets de médicaments contrastent fortement avec le refus de Pfizer et d’autres fabricants de vaccins de publier leurs formules de vaccins pour une production plus large.

Moins de 1% des vaccins de Pfizer contre la COVID-19 sont allés dans des pays plus pauvres.

Sur le même sujet

Voici comment mieux communiquer avec vos employés

26/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. «J'ai vu certains changer de job parce que cette problématique n'a pas été bien abordée.»

Une étude établit des liens entre la pollution atmosphérique et sévérité de la COVID

Les particules fines, le dioxyde d’azote et l’ozone troposphérique irritent les poumons et la fonction pulmonaire.

À la une

Pour en finir avec le populisme économique

ANALYSE. Miner la confiance des Canadiens à l'égard de la Banque du Canada est un jeu dangereux et malhonnête.

Bourse: Wall Street termine la semaine en hausse pour la première fois en deux mois

Mis à jour le 27/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de plus de 200 points.

La Banque Nationale surpasse les attentes tandis que l'horizon économique s'assombrit

Les résultats du plus récent trimestre de la Banque Nationale montraient des hausses de revenus pour tous ses secteurs.