Les villes et municipalités du pays demandent l'aide d'Ottawa

Publié le 23/04/2020 à 15:39

Les villes et municipalités du pays demandent l'aide d'Ottawa

Publié le 23/04/2020 à 15:39

Par La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau (Photo: Getty images)

Deux organisations canadiennes ont imploré le gouvernement fédéral à verser une aide de plusieurs milliards de dollars aux villes et municipalités du pays, et ce aussi rapidement que possible.

Dans un communiqué de presse, la Fédération canadienne des municipalités (FCM) a estimé que, globalement, le déficit des municipalités atteindra au minimum de 10 à 15 milliards de dollars à court terme, en raison des pertes financières provoquées par la COVID-19, jugées irrécupérables.

Ce chiffre, précise la FCM, englobe les pertes en impôts fonciers, en factures de services publics et en frais d’utilisateur. Il inclut aussi les pertes liées aux droits de passage pour les villes ayant un réseau de transport collectif, qui sont à elles seules estimées à 400 millions de dollars par mois, note l’organisation.

Parallèlement à la sortie de la FCM, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a demandé au gouvernement fédéral de collaborer avec les provinces afin d’offrir un appui financier direct et immédiat aux municipalités.

Selon le SCFP, les municipalités partout au pays veillent à ce que les services publics essentiels soient offerts malgré la pandémie de la COVID-19. Toutefois, ajoute l’instance syndicale, elles font face à des défis fiscaux majeurs, qui compromettent leur capacité de continuer à fournir ces services.

« Nous savons à quel point ces services sont importants pour aider nos communautés à traverser cette période de pandémie », a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

« Les Canadiens comptent sur leurs gouvernements municipaux afin d’assurer la salubrité et la propreté de l’eau potable, le fonctionnement des transports en commun afin que nos employés de la santé puissent se rendre au travail, les déplacements des secouristes, et bien plus encore. Nous ne pouvons pas nous permettre de les laisser tomber. Ils ont besoin d’un soutien financier direct, et ils en ont besoin dès maintenant. »

« Les Canadiens ne peuvent pas se passer de ces services, mais les municipalités peinent à les maintenir. Les municipalités ne devraient pas avoir à se débrouiller seules. Elles ont besoin du soutien financier des gouvernements fédéral et provinciaux immédiatement », a ajouté le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury.

Pour éviter un gouffre financier, la FCM demande de fournir des fonds de fonctionnement d’urgence d’au moins 10 milliards de dollars. De ce montant, au moins 7,6 milliards de dollars devraient être versés en affectations directes aux municipalités, tandis que 2,4 milliards de dollars seraient versés en plus aux municipalités qui exploitent des réseaux de transport collectif, suggère la FCM.

De plus, le transfert de base devrait être bonifié pour les municipalités confrontées à la tâche énorme d’assurer l’isolement et le bien-être des populations vulnérables.

« Ces fonds d’urgence pour les municipalités doivent être la prochaine mesure pour soutenir les Canadiens durant cette pandémie », a déclaré Bill Karsten, président de la FCM.

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Une ville intelligente, ce n’est pas seulement de la technologie

BLOGUE. Quand on pense au concept de ville intelligente, on a souvent en tête des projets technologiques.

Expérience citoyen : il faut se parler !

BLOGUE. L’un des piliers de l’expérience citoyen, c’est le dialogue. « Il faut entendre le citoyen, que sa voix...

À la une

L'«optionalité» ou l'art de se ménager de nombreuses options

BLOGUE INVITÉ. Une entreprise qui jouit d’une excellente santé financière a sensiblement plus d’options devant elle.

Fraude: Tony Accurso et quatre entreprises écopent d’amendes totalisant 4,2M$

Mis à jour à 11:54 | lesaffaires.com

Tony Accurso et 4 entreprises auxquelles il était associé devront rembourser 4,2M$ au trésor public.

Action collective autorisée contre Desjardins

La cause porte sur des pertes de rendement à la suite de la crise financière de 2008.