Le vaccin de J&J pourrait bientôt avoir l'approbation d'Ottawa

Publié le 04/03/2021 à 15:44

Le vaccin de J&J pourrait bientôt avoir l'approbation d'Ottawa

Publié le 04/03/2021 à 15:44

Par AFP

« L’examen de la demande de Johnson & Johnson se déroule très bien» a dit la principale conseillère médicale. (Photo: 123RF)

Le Canada annoncera d’ici environ une semaine s’il donne son feu vert au déploiement d’un quatrième vaccin contre la COVID-19, celui du groupe américain Johnson & Johnson, a indiqué jeudi une haute responsable du ministère de la Santé.

« L’examen de la demande de Johnson & Johnson se déroule très bien, ça progresse et nous nous attendons à ce qu’il soit complété et qu’il y ait une décision dans les prochains jours. Je dirais d’ici environ les sept prochains jours », a dit Supriya Sharma, principale conseillère médicale du ministère, lors d’une conférence de presse.

Le Canada a précommandé jusqu’à 38 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson, soit un nombre équivalant à la population totale du pays.

Ce vaccin présente deux avantages importants en matière logistique : il ne s’administre qu’en une seule dose et peut être stocké à des températures de réfrigérateur.

Les trois vaccins autorisés à ce jour au Canada sont ceux d’AstraZeneca, de Pfizer/BioNTech et de Moderna.

Le vaccin de Johnson & Johnson a obtenu samedi aux États-Unis une autorisation d’utilisation en urgence pour les adultes de 18 ans et plus. 

Ses essais cliniques ont montré une efficacité de 72 % contre la maladie aux États-Unis, et même de 85,9 % contre les formes graves de la COVID-19.

L’Agence européenne des médicaments a annoncé de son côté qu’elle se réunirait le 11 mars pour décider de son déploiement au sein de l’Union européenne.

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.