Malgré un financement en R-D parmi les plus généreux, le Canada et le Québec innovent très peu

Publié le 04/02/2012 à 00:00, mis à jour le 10/09/2012 à 13:53

Malgré un financement en R-D parmi les plus généreux, le Canada et le Québec innovent très peu

Publié le 04/02/2012 à 00:00, mis à jour le 10/09/2012 à 13:53

Nos gouvernements fédéral et provincial financent la R-D de façon indirecte en accordant des crédits fiscaux. Au Québec, ceux-ci représentent même 95 % du financement public total.

Bien que le Canada soit parmi les pays de l'OCDE les plus généreux en matière de financement public de la R-D, sa capacité d'innover fait piètre figure sur le plan international. À un point tel que le Conference Board lui a attribué la note «D» dans son bulletin sur l'innovation en 2010. Les performances du Québec à ce chapitre ne sont pas plus reluisantes.

Dans le cadre de notre étude sur l'efficacité de la R-D à l'échelle canadienne et québécoise, nous avons constaté que le gouvernement canadien consacre l'équivalent de 0,24 % de son PIB à la R-D, ce qui le place au deuxième rang des pays de l'OCDE les plus généreux. En dépit de cette aide considérable, le pays dépose peu de brevets : en vertu du Traité de coopération en matière de brevets, le Canada n'a effectué que 75 demandes de brevet par million d'habitants en 2008 ; cette faible performance le relègue au 18e rang parmi les 22 pays étudiés.

Une contre-performance

Le Québec affiche des résultats très similaires. En 2007, le gouvernement provincial a consacré l'équivalent de 0,26 % de son PIB à la R-D et n'a enregistré que 83 demandes de brevet par million d'habitants.

Comment expliquer cette contre-performance ? En examinant la situation de plus près, on constate que le Canada et le Québec font bande à part en matière de financement public de la R-D. Alors que les pays les plus innovateurs (Suède, Finlande, Islande, etc.) soutiennent la R-D uniquement par du financement public direct (subventions, prêts, etc.), nos gouvernements fédéral et provincial le font de façon indirecte en accordant des crédits fiscaux. Au Québec, ceux-ci représentent même 95 % du financement public total.

Par ailleurs, si nos gouvernements misaient davantage sur des projets de recherche situés en amont du processus de R-D, voire de la recherche expérimentale, ils obtiendraient de bien meilleurs résultats. Les entreprises seraient ainsi incitées à poursuivre d'elles-mêmes la recherche appliquée.

Le financement public nuit à la R-D

De manière générale, les cinq pays les plus généreux en matière de financement public de la R-D (Corée du Sud, Canada, États-Unis, Belgique, France) affichent une efficacité inférieure à la moyenne des pays membres étudiés. À l'inverse, les champions en matière de dépôts de demandes de brevet (Suède, Suisse et Finlande) consacrent une plus faible proportion de leur PIB au financement public de la R-D. C'est le secteur privé qui prend le relais.

L'efficacité du financement public suit une courbe en U renversé : elle s'accroît jusqu'à un certain niveau pour ensuite retomber. Il y aurait donc un effet d'éviction, puisque les fonds publics se substitueraient aux fonds privés. Face à un tel constat, il nous paraît essentiel que les décideurs publics des deux niveaux de gouvernement réévaluent leurs programmes d'aide à l'innovation, afin de maximiser l'effet de ceux-ci sur la productivité.

Professeur titulaire à l’Institut d’économie appliquée de HEC Montréal, Robert Gagné est directeur du Centre sur la productivité et la prospérité. Créé en 2009, ce Centre se consacre à la recherche sur la productivité et la prospérité en ayant comme principaux objets d’étude le Québec et le Canada. www.hec.ca/cpp.

Pour en savoir plus : La performance québécoise en innovation, de Robert Gagné et Pierre-Olivier Lachance.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Les entrepreneurs, ces héros

Édition du 21 Septembre 2019 | Marine Thomas

ÉDITO. It’s lonely at the top. Qu’on le veuille ou non, la dynamique change lorsqu’on grimpe les ...

Pour une intervention sensée en santé mentale

Édition du 21 Septembre 2019 | Simon Lord

DROIT DES AFFAIRES. Une des fortes tendances en matière de relations de travail cette année est celle des cas...

Catherine Dagenais, la première femme à la tête de la SAQ

18/09/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «N’hésitez pas à vous lancer, à dire à vos supérieurs ce que vous voulez apprendre», dit Mme Dagenais.