Tendances MBA : intelligence artificielle, entrepreneuriat, voyages


Édition du 27 Janvier 2018

Tendances MBA : intelligence artificielle, entrepreneuriat, voyages


Édition du 27 Janvier 2018

«L’expérience internationale est très prisée par nos étudiants au ­MBA, souligne ­André ­Gascon, directeur des programmes ­de MBA de l’Université Laval. Toutefois, 60 % de nos étudiants sont à temps partiel et ne peuvent pas partir longtemps.»

Les universités peaufinent sans cesse leurs programmes de MBA pour enrichir l'expérience des étudiants et leur fournir des compétences recherchées sur le marché de l'emploi. Voici quelques exemples.

IA et mégadonnées

Aider les start-up du secteur de la science des données à créer de la valeur financière : voilà le nouveau défi que peuvent désormais relever les étudiants au MBA de HEC Montréal. Deux cours optionnels leur permettent en effet d'accompagner dans leur développement les 25 jeunes pousses sélectionnées pour faire partie de la première cohorte du Creative Destruction Lab Montréal, créé en collaboration avec l'école de gestion Rotman de l'Université de Toronto. « Cet accélérateur est une occasion unique pour les étudiants de travailler de près avec des start-up en intelligence artificielle et des anges investisseurs, dit Louis Hébert, directeur du programme de MBA de HEC Montréal. Ceux qui le souhaitent peuvent aussi faire partie de notre nouvelle communauté de pratique sur les mégadonnées. Aujourd'hui, les gestionnaires se doivent de comprendre les enjeux organisationnels, stratégiques et sociaux des mégadonnées. »

Pas d'idée pour entreprendre ?

À la suite du succès de l'an dernier, l'École des sciences de la gestion de l'UQAM reconduit sa collaboration avec l'École de technologie supérieure, où des étudiants au MBA pour cadres s'allient à des ingénieurs pour travailler sur un projet entrepreneurial.

« Certains souhaitent créer une entreprise, mais n'ont pas d'idée d'affaires, explique Guy Cucumel, directeur du MBA pour cadres de l'UQAM. Le parcours optionnel "Entreprendre sans idée" mise sur la complémentarité entre les gestionnaires et les ingénieurs pour d'abord faire émerger des idées, puis pour travailler concrètement à la réalisation de l'une d'elles. Les équipes testent aussi leur innovation auprès d'investisseurs, un peu comme dans l'émission Dans l'oeil du dragon. »

Vincent Émond est l'un de ceux qui ont participé au projet pilote. « Ça a été le clou de mon MBA », lance celui qui verra peut-être naître une entreprise d'Internet des objets de son association avec les ingénieurs Rachid Bekhti et Alexandre Bernier. Le trio a utilisé la méthode basée sur la résolution de problèmes pour imaginer diverses applications à une puce qui détecte les mouvements, conçue par les deux ingénieurs. « On travaille sur une brosse à dents intelligente qui permettrait aux enfants de progresser dans un jeu virtuel quand ils se brossent bien les dents », résume M. Émond.

Immersion à l'étranger

Grâce à son partenariat avec cinq universités françaises, l'Université Laval offre certains MBA qui permettent d'obtenir un double diplôme. Avec l'ajout prochain de deux autres universités européennes, l'une en Angleterre et l'autre en Pologne, ce cheminement sera aussi offert complètement en anglais aux étudiants des MBA en finance et en gestion internationale.

Dans d'autres MBA, il est possible d'étudier une session ou plus dans des universités partout dans le monde avec lesquelles l'Université Laval a des ententes. Des sessions d'été de deux à six semaines sont aussi proposées, en Chine, en Norvège ou ailleurs.

À l'avenir, l'établissement d'enseignement entend toutefois miser davantage sur la formule des courts séjours. « L'expérience internationale est très prisée par nos étudiants au MBA, souligne André Gascon, directeur des programmes de MBA. Toutefois, 60 % de nos étudiants sont à temps partiel et ne peuvent pas partir longtemps. Pour le profil Finance, nous venons donc de lancer une immersion d'une semaine aux Pays-Bas qui procure trois crédits. D'autres séjours semblables sont en préparation. »

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.