Commerce électronique: entrepreneurs en ligne recherchés!

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Commerce électronique: entrepreneurs en ligne recherchés!

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Adapter l'infrastructure logistique


Si les mentalités évoluent et que la transmission des connaissances en matière de commerce électronique se fait lentement mais sûrement, il reste cependant un obstacle important à surmonter pour le commerce de produits en ligne : créer une infrastructure de livraison efficace et surtout abordable pour les petits acteurs.


«Les entreprises comme UPS, FedEx ou même Postes Canada existent d'abord pour livrer des colis d'affaires, dans un contexte d'affaires», souligne le consultant en technologie numérique Farid Mheir. Selon lui, elles fonctionnent moins bien quand il s'agit pour une entreprise de distribuer des colis à des particuliers, qui ne sont pas nécessairement à la maison pendant les heures de livraison. «Si on vous laisse une note disant que vous devez aller chercher la télévision achetée en ligne dans un centre de distribution d'une compagnie de transport, parce que vous étiez absent lors de la livraison, aussi bien l'acheter en magasin !»


Dans le numéro du 18 octobre de Les Affaires, le directeur, stratégie et développement du cybercommerce de Postes Canada, Marc Smith, tenait un discours qui allait à l'opposé de celui de M. Mheir.


«On va livrer chez tous les Canadiens, là où ils habitent, tous les jours, ce que nos concurrents ne peuvent pas faire. De plus, notre réseau de bureaux de poste permet d'offrir une livraison plus convenable que celle proposée par nos concurrents. Enfin, l'an dernier, on a lancé un service qui permet au consommateur de choisir de se faire livrer son colis au bureau de poste de son choix lorsqu'il achète auprès de certains marchands en ligne», expliquait M. Smith.


D'ailleurs, il rappelait que Postes Canada est en train de changer ses processus et son infrastructure technologique dans ses centres de distribution pour être capable de livrer un plus grand volume de colis.


Farid Mheir souligne que «le fait de ne pas avoir un système de livraison optimal, à faible coût, représente un grand obstacle pour les petits commerçants, qui ne bénéficient pas d'ententes avec des transporteurs comparables à celles de leurs plus grands concurrents».


Mais là aussi les mentalités évoluent. Postes Canada, notamment, met au point des services répondant aux besoins des petits commerçants électroniques. L'environnement devient donc plus favorable à ce type d'entrepreneurs. Seront-ils au rendez-vous ?


À lire aussi :
Des fournisseurs qui facilitent la vente sur Internet
Ce n'est pas tout de vendre, il faut livrer !
Le défi de faire connaître des produits de niche
Commercer en ligne en quatre étapes


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les Québécois ont dépensé 8,5 milliards $ en ligne en 2016

22/03/2017 | Denis Lalonde

On ignore toutefois quelle proportion de ce montant est dépensée à l'extérieur de la province.

Commerce électronique: les Québécois demeurent infidèles

10/03/2015 | Martin Jolicoeur

Seulement 25% des sommes dépensées en ligne au Québec le sont sur des sites d'entreprises québécoises.

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.