Commerce électronique: entrepreneurs en ligne recherchés!

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Commerce électronique: entrepreneurs en ligne recherchés!

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Changer les mentalités


«Les entrepreneurs voient le potentiel de ce marché, que ce soit dans le commerce d'entreprise à entreprise, d'entreprise à clients ou le commerce de détail, mais ils hésitent à se lancer en affaires», constate Mathieu Halle, président du Regroupement des commerçants électroniques du Québec (RCEQ).


Les exemples de réussite ne manquent pourtant pas. Il cite notamment Bonlook, une entreprise de vente de lunettes en ligne qui a connu un beau succès à l'extérieur du Québec, à Beyond the Rack et à Frank & Oak, dans le domaine de la mode, ou encore, à PMCtire, qui vend des pneus et des jantes de roue via Internet. «Ce qu'il faut, c'est trouver des modèles d'entreprise originaux, mettant à profit l'immense potentiel du commerce en ligne», conclut-il.


Cédric Fontaine est un consultant spécialisé dans le commerce électronique. Il en fait lui-même avec Terroirs Québec, une épicerie fine sur le Web. Selon lui, les hésitations des entrepreneurs proviennent de vraies difficultés, comme la livraison, mais également de fausses perceptions. «Pendant longtemps, le commerce en ligne a paru compliqué, parce qu'il fallait trimer dur pour faire un bon site et que les solutions de paiement efficaces et bon marché étaient rares», note-t-il.


La situation a changé. L'arrivée de Desjardins, par exemple, qui offre une solution clés en main aux PME pour le commerce sur Internet, tout comme la création de PayPal, ont facilité le paiement en ligne. Des solutions telles queWordPress, Magento, Prestashop et Shopify et des services d'entreprises québécoises comme panierdachat.ca ou votresite.ca ont grandement simplifié la création d'une plateforme transactionnelle, laquelle peut parfois se réaliser en quelques heures. Cette nouvelle réalité continue pourtant à échapper à nombre d'entrepreneurs, qui voient encore le commerce en ligne comme une énorme tracasserie.


À lire aussi :
Des fournisseurs qui facilitent la vente sur Internet
Ce n'est pas tout de vendre, il faut livrer !
Le défi de faire connaître des produits de niche
Commercer en ligne en quatre étapes



image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les Québécois ont dépensé 8,5 milliards $ en ligne en 2016

22/03/2017 | Denis Lalonde

On ignore toutefois quelle proportion de ce montant est dépensée à l'extérieur de la province.

Commerce électronique: les Québécois demeurent infidèles

10/03/2015 | Martin Jolicoeur

Seulement 25% des sommes dépensées en ligne au Québec le sont sur des sites d'entreprises québécoises.

À la une

Énergies fossiles: prudence avec les «actifs échoués»

BALADO - La Banque du Canada met en garde les investisseurs dans sa dernière Revue du système financier - 2019.

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...

C2 Montréal: le chef Marcus Samuelsson parle de santé mentale

BLOGUE. À 23 ans, il fut le plus jeune chef couronné de 3 étoiles. Il vient d'ouvrir son premier restaurant à Montréal.