Boralex émerge lentement de l’ombre

Offert par les affaires.com

Publié le 12/11/2015 à 08:00

Boralex émerge lentement de l’ombre

Offert par les affaires.com

Publié le 12/11/2015 à 08:00

Par Dominique Beauchamp

Parmi les plus petits producteurs d’énergie renouvelable, la Québécoise Boralex émerge lentement de l’ombre.

Cliquez ici pour consulter le dossier Comment investir dans les services publics

Comme l’indique Bill Cabel, analyste chez Desjardins Marché des capitaux, il faut une croissance régulière des flux de trésorerie et des dividendes pour gagner en stature dans l’industrie.

La filiale de la papetière Cascades a versé un premier dividende à la fin de 2014, mais ne l’a pas augmenté depuis.

Or, après avoir racheté et converti une débenture convertible, elle pourrait augmenter son dividende de 5 %, d’ici six mois, croit M. Cabel. 

La société peut l’envisager puisque le dividende actuel de 0,13 $ par trimestre représente seulement 48 % des flux de trésorerie prévus en 2016, explique Rupert Merer, de Financière Banque Nationale.

Le versement de dividendes croissants mettrait encore plus de l’avant le fait que son bénéfice d’exploitation croît plus rapidement que celui des autres petits producteurs d’énergie renouvelable.

Boralex vise un bénéfice d’exploitation de 250 millions de dollars en 2017, ce qui représente une croissance annuelle composée de 20 % entre 2014 et 2018. Il s’agit du taux le plus élevé de ses semblables, précise M. Merer.

« La société a fait un bon travail pour améliorer son portefeuille de projets au cours des dernières années. Son acquisition éolienne en France à la fin de 2014 a notamment accru sa capacité installée de 25 % », fait valoir M. Cabel.

L’entreprise vise une croissance annuelle de 10 % de sa capacité installée, d’ici 2020. Ce nouveau parcours pourrait attirer de nouveaux investisseurs et relever l’évaluation de son action qui est encore 20 % inférieure à celle de ses semblables, en raison de la petite taille de l’entreprise, précise Ben Pham, analyste chez BMO Marchés des capitaux.

La conversion récente d’une de ses débentures convertibles a aussi accru de 56 % le nombre d’actions en circulation libre, ce qui facilitera la négociation du titre.

À court terme, quatre projets éoliens en construction augmenteront sa capacité installée de 15 %, précise M. Merer.

La société dispose aussi de 150 M$ pour financer d’autres projets d’expansion au cours des trois prochaines années, notamment en France, au Danemark et à Niagara (Ontario) notamment.

Boralex est le titre favori de M. Pham parmi les plus petits producteurs parce qu’il offre une rare combinaison de valeur et de croissance. Son cours cible de 18 $ fait miroiter un gain de 28 % d’ici un an. Reste à voir si les turbulences boursières ne tiendront pas encore les investisseurs à l’écart de Boralex parce qu’ils préfèreront se réfugier dans les producteurs à plus grande capitalisation.

Boralex, BLX

Cours au 10 nov. 2015 : 13,69 $

Valeur boursière : 887 M$

Dividende : 3,8 %

Gain en 2015 : + 6,5 %

Cours-cible moyen : 17,07 $

Gain potentiel : 24,7 %

Cliquez ici pour consulter le dossier Comment investir dans les services publics


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

«Pas question» d'impliquer le gouvernement dans GNL Québec, dit Legault

Le projet de GNL Québec semble être en difficulté, selon les informations du « Devoir ».

Le Bureau de la concurrence du Canada enquête sur Amazon

Mis à jour à 13:28 | La Presse Canadienne

Elle mettra l’accent sur un «potentiel abus de position dominante», a indiqué vendredi l’organisme fédéral dans un commu

Hausse record des ventes des fabricants en juin, selon Statistique Canada

L’augmentation a été alimentée par le secteur des véhicules automobiles et des pièces de véhicules automobiles.