Cirque du Soleil: une méthode plus intuitive

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Avril 2015

Cirque du Soleil: une méthode plus intuitive

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Avril 2015

slide-image

Karilee Fuglem The Weight of Light, 2012

Plastique, fil de pêche, acier inoxydable

Karilee Fuglem The Weight of Light, 2012
slide-image

Simon Bilodeau, Ce que l’on ne voit pas qui nous touche : plateforme #2, 2014

Acrylique sur bois

Simon Bilodeau, Ce que l’on ne voit pas qui nous touche : plateforme #2, 2014
slide-image

Myriam Yates, Rehearsal, 2013

Vidéo, 6 min. 3 sec.

Myriam Yates, Rehearsal, 2013
slide-image

Adad Hannah, Six Russians Eating Ice Cream, 2011

Vidéo, 4 min. 27 sec.

Adad Hannah, Six Russians Eating Ice Cream, 2011
Par Dominique Froment

Faut-il s'étonner qu'une entreprise comme le Cirque du Soleil, dont le fonds de commerce est la créativité, ait pour sa collection d'oeuvres d'art une méthode plus intuitive que celle d'une institution financière ?

Cliquez ici pour consulter le dossier «Comment investir dans l'art»

Un exemple de la dynamique particulière qui rythme la gestion de la collection du Cirque est son comité de sélection des oeuvres, constitué de huit employés dont les noms sont tirés au hasard (parmi ceux que la chose intéresse, évidemment !). Les mandats de tous les membres sont renouvelés chaque année.

«Le but de la collection est de stimuler la créativité de nos employés, notamment en leur permettant de rencontrer des artistes et en organisant des activités, comme la visite de galeries d'art visuel», dit Sylvie François, chef des collections, action culturelle, au siège social du Cirque, dans le quartier montréalais de Saint-Michel.

Les volumineux dossiers d'oeuvres à présenter aux membres du comité pour les convaincre de les acheter ne semblent pas non plus faire partie du processus de sélection. «On peut dire qu'on fonctionne beaucoup par coup de coeur», explique Mme François.

La démarche privilégiée par le Cirque consiste à organiser chaque année deux ou trois expositions à l'intérieur des murs de son siège social. Chacune de ces expositions est réservée à un artiste qui y présente une trentaine d'oeuvres. L'événement, au cours duquel l'artiste va rencontrer les employés et leur faire part de sa démarche artistique, dure six semaines. Au terme de l'exposition, le comité de sélection achète une des oeuvres exposées.

«Nous voulons vraiment que notre collection serve d'outils de créativité pour nos employés», tient à préciser Mme François.

Dès la création du Cirque du Soleil, en 1984, ses dirigeants ont fait l'acquisition de quelques oeuvres d'art. Mais ce n'est vraiment que lorsque la société a fait construire son siège social sur le site de l'ancienne carrière Miron, en 1997, que cette collection a pris son envol.

Cliquez ici pour consulter le dossier «Comment investir dans l'art»

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Vers la création d'un troisième parti à Washington?

15/01/2021 | François Normand

ANALYSE — L'histoire américaine est parsemée de tiers partis ou de candidats indépendants lors des présidentielles.

Étude WOW 2020: les champions de l'expérience client en temps de pandémie

15/01/2021 | Kévin Deniau

ÉTUDE WOW 2020. Les Aliments M&M et Simons arrivent en tête de liste.

#Onestouvert, un mot-clic au secours des restaurateurs

15/01/2021 | Catherine Charron

L'expression «est venue d’un franchisé à bout de souffle qui voulait juste faire entendre qu’il était ouvert »