Alain Poirier, l'engagé: diablement curieux

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2020

Alain Poirier, l'engagé: diablement curieux

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Novembre 2020

Par Philippe Jean Poirier

« J’ai développé mes aptitudes de leadership au fil des occasions. Je carbure à l’innovation et à la créativité ; je veux toujours faire différent», selon ­Alain Poirier, PDG de Soleno. (Photo: courtoisie)

CHAPEAU LES PDG! L’arme secrète d’Alain ­Poirier, en tant qu’entrepreneur et dirigeant, est un élément tout simple, presque désarmant : sa curiosité. Au bout d’une heure d’entrevue, c’est le mot qui est revenu le plus souvent pour expliquer son succès et celui de ­Soleno, le fabricant de tuyauterie pour la maîtrise des eaux pluviales qu’il dirige depuis 30 ans.

Cette curiosité et sa soif d’apprendre lui ont d’abord permis de faire la transition d’opérateur de grue à président d’entreprise. À 26 ans, il répond à l’appel de ses frères et sœurs et prend la direction de l’entreprise familiale ­Sherbrooke ­Pipe ­Drainage, qui fabrique des produits de drainage agricole. Deux ans plus tard, il la fusionne avec ­Soleno et en devient président.

« J’ai développé mes aptitudes de leadership au fil des occasions, fait valoir ­Alain ­Poirier. Je carbure à l’innovation et à la créativité ; je veux toujours faire différent. »

Avant la fusion, ­Soleno avait déjà inscrit l’innovation dans son nom – « solen » signifie tuyau en latin et « no » renvoie à nouveau – et dans son procédé de fabrication, qui intégrait de faibles quantités de plastique recyclé. Y voyant une occasion d’affaires, le dirigeant n’a cessé d’augmenter la part de plastique recyclé dans ses tuyaux, faisant de ­Soleno un pionnier de l’économie circulaire au ­Québec.

En 30 ans, ­Alain ­Poirier a ainsi transformé la ­PME d’une quinzaine d’employés en un groupe industriel de 500 employés comptant sept usines – dont une de recyclage et une de textile – et deux centres de distribution. Soleno est présent aujourd’hui dans des secteurs aussi variés que les infrastructures, l’agriculture, la foresterie et la quincaillerie. « ­On est une entreprise curieuse », ­lance-t-il pour expliquer cette diversification.

 

Mettre l’épaule à la roue

Agiles à toutes les étapes de la pandémie, ­Alain ­Poirier et son équipe basée à ­Saint-Jean-­sur-Richelieu ont utilisé leur usine du ­Nouveau-Brunswick pour desservir leur clientèle durant le confinement. Ils ont aussi mis leur expertise textile au service d’un comité de fabrication de blouses médicales. Le tout en assurant le démarrage d’une ligne de production automatisée dans leur usine textile de ­Laval et en faisant l’acquisition de l’entreprise ­Bluewater ­Pipes, qui leur ouvre le marché ontarien.

Le comité de sages de ­Les ­Affaires décrit ­Alain ­Poirier comme « un ­PDG singulier avec des valeurs environnementales et de diversité mis en pratique chaque jour ». En 2013, ­Soleno est par exemple devenu partenaire d’une entreprise de recyclage mauricienne qui emploie des personnes ayant des limitations fonctionnelles, le groupe ­RCM, alors en difficultés financières. « ­Nous avons pu sécuriser 200 emplois pour des gens à limitations fonctionnelles, dont 66 à l’intérieur de ­Soleno ­Recyclage », affirme fièrement le principal intéressé.

Sur le même sujet

Voici un indice que le PDG travaillera pour ses actionnaires

23/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ.La réponse est claire: qu’ils soient eux-mêmes propriétaires d’un nombre substantiel d’actions.

Bev Goodman, nouvelle PDG de Ford Motors Canada

Elle était plus récemment directrice des communications marketing.

À la une

Les entreprises doivent se préparer à l’indépendance de l’Écosse

14/05/2021 |

ANALYSE. La victoire des indépendantistes le 6 mai et le Brexit favorisent une victoire du «oui» lors d'un référendum.

Charl-Pol: loin des grosses mains de Jos Tremblay

14/05/2021 | Emmanuel Martinez

L’entreprise Charl-Pol, de Saguenay, a cent ans.

CPQ: la pandémie n'a pas gommé la pénurie de main-d'oeuvre

Mis à jour le 12/04/2021 | Catherine Charron

L'immigration est la solution que souhaitent privilégier les entreprises sondées.