Ressource City, un futur centre de recyclage international

Publié le 18/11/2015 à 00:01

Ressource City, un futur centre de recyclage international

Publié le 18/11/2015 à 00:01

Par

Reiling, une entreprise allemande spécialisée dans le recyclage du verre, s’est implantée au cœur de la communauté danoise de Næstved, dans une ancienne usine de fabrication de papier.

SOMMAIRE DU DOSSIER


Par Thomas Færgeman, Politiken (Danemark)


DÉVELOPPEMENT URBAIN – Vu de l’extérieur, le bâtiment ressemble à un édifice du début de la révolution industrielle britannique. Mais à l’intérieur se trouve l’une des usines de tri du verre les plus sophistiquées ; tellement sophistiquée que le dirigeant allemand est peu disposé à nous laisser prendre des photos de son usine en gros plan, craignant que ses concurrents ne puissent en découvrir les secrets commerciaux.


La concurrence est féroce entre les entreprises de recyclage de verre. La capacité à dégager un bénéfice dépend de l’efficacité et du niveau technologique de la production, le tout accompagné d’un certain sens des affaires.


« Les usines européennes modernes de fabrication de verre ont été rénovées afin de recycler le verre usagé et elles en sont ravies, car cela est nettement moins cher que les nouvelles matières premières. Le verre usagé permet de réduire les dépenses énergétiques de 30 à 40 % », explique Kim Lykke, chef de service chez Reiling Glass Recycling Danmark, membre du groupe allemand Reiling.


Rude concurrence pour le verre usagé


« Il en résulte une concurrence féroce pour obtenir du verre usagé au meilleur prix, et un tri du verre correctement effectué peut rapporter beaucoup d’argent », explique K. Lykke.


Ce dernier est chargé de l’achat du verre usagé pour le compte de l’entreprise et a constaté un changement radical du marché. Le verre usagé est désormais beaucoup plus cher. Même les bouteilles de vin jetées dans les conteneurs du Danemark sont devenues des produits très prisés.


Reiling a décidé de s’implanter au cœur de la communauté danoise de Næstved, dans une ancienne usine de fabrication de papier, Maglemølle, en activité depuis les années 1930 et jusqu’à 2012, date à laquelle les dernières activités ont été démantelées. La zone est située près du port et du canal de Næstved avec un accès direct à la mer Baltique et à la ceinture verte européenne.


De nombreux bâtiments devraient être préservés même si plusieurs d’entre eux sont en ruine. Il a été difficile de trouver les moyens pour préserver les bâtiments, et c’est pourquoi les autorités locales tentent d’encourager de nouvelles entreprises à s’installer.


Sur ce point, Kim Lykke est ravi : « Nous devons féliciter la municipalité de Næstved qui a été tellement conciliante, efficace et serviable quand nous sommes venus frapper à leur porte. Ils veulent devenir la Mecque du recyclage, » dit-il.


Créer une grappe industrielle


Kim Lykke a mis du temps avant de convaincre les dirigeants de Reiling de s’installer à Næstved. Aujourd’hui l’entreprise y emploie 35 personnes.


« Mes collègues allemands n’étaient pas convaincus. Ils ne pensaient pas qu’une entreprise comme la nôtre ait le droit de s’installer au centre d’une ville. Cela n’aurait jamais été possible en Allemagne. Mais la municipalité de Næstved a fait preuve d’une grande compréhension et nous avons pu commencer à produire rapidement », explique Kim Lykke.


L’usine de Reiling tourne 24 heures sur 24 du lundi au vendredi, mais elle est destinée à fonctionner également le week-end.


« Historiquement, nous avons toujours eu une zone industrielle à Maglemølle, et chaque habitant a au moins un membre de sa famille qui a travaillé dans l’usine de fabrication de papier, dit Sara Vergo, chef de projet pour Ressource City, le nom de l’entreprise créée en association avec la zone industrielle de Maglemølle. Avoir des entreprises industrielles situées à proximité du port fait partie de l’ADN de cette ville », précise-t-elle.


L’objectif est d’attirer des entreprises qui recyclent mutuellement leurs matières pour, à terme, créer 100 nouveaux emplois et attirer au moins 10 entreprises de recyclage au cours des prochaines années dans l’espoir d’engendrer un effet boule de neige.


« Ressource City correspond bien à Maglemølle. On peut recréer la zone industrielle en investissant les bâtiments de l’ancienne usine tout en respectant, bien sûr, l’environnement. Située en plein cœur de Næstved et avec un accès direct au port, cette zone est parfaite pour le commerce et pour les visiteurs habituels, » précise Sara Vergo.


Juste à côté de Reiling, le Ragn-Sells suédois est lui aussi spécialisé dans le recyclage et la réutilisation. Ragn-Sells reçoit les déchets des autres entreprises industrielles, mais également des conteneurs en provenance de sites de récupération des déchets situés dans tout le Danemark.


L’un des conteneurs est rempli de vieilles portes et fenêtres. Et Ragn-Sells a conclu un marché avec Reiling lui permettant d’obtenir le verre des fenêtres. « Nous brisons les fenêtres et les portes et procédons à un tri préliminaire des matériaux en bois et en métal. Reiling reprend ensuite le verre transparent pour l’utiliser dans sa production », explique Mads Nissen, contremaître à l’usine Ragn-Sells à Næstved.


« C’est ce type de recyclage que nous souhaitons encourager avec Ressource City » souligne Sara Vergo.


Appui des organismes publics


Ressource City travaille actuellement à la mise en place d’un bureau central chargé d’attirer et de soutenir les entreprises. En attendant, les employés sont basés dans une ancienne caserne à proximité.


Le conseil municipal de Næstved est conscient du fort potentiel de ce projet et l’a financé à hauteur de 3 millions de couronnes danoises (0,6 M$ CA). Cet argent est destiné au recrutement des employés pour le bureau central, au développement stratégique et à la mise en place de structures permanentes au sein de Kraftcentralen, l’ancienne centrale électrique qui alimentait l’usine de fabrication de papier en électricité et en chauffage.


Par ailleurs, l’Agence nationale pour la protection de l’environnement a financé Ressource City à hauteur de 3,5 millions de couronnes danoises (0,7 M$ CA). Cet argent est destiné à alimenter l’innovation et la création d’emplois en se concentrant sur l’entrepreneuriat.


« Nous sommes bien déterminés à recruter et à soutenir les entreprises qui souhaitent faire partie du projet. Nous voulons offrir aux entreprises une évaluation professionnelle afin de détecter s’il existe un potentiel de conservation des ressources. Ce contrôle sera gratuit », précise Sara Vergo.


De nombreuses villes cherchent à attirer des scientifiques, des cadres techniques et autres spécialistes des hautes technologies. Pourquoi Næstved prend-elle cette direction ?


« Tout d’abord, le recyclage, c’est souvent de la haute technologie si on considère le système de tri de Reiling, basé sur la couleur. Ensuite, nous sommes convaincus qu’à l’avenir, la croissance rapide de la population fera augmenter le prix des matières et donc la demande par la même occasion, la rendant finalement beaucoup plus rentable qu’elle ne l’est aujourd’hui, » explique-t-elle.


Le bureau central de Ressource City proposera des services de conseil et de soutien pour le développement de l’économie verte, des locaux communs et un atelier doté de machines modernes pour contribuer au développement de nouveaux prototypes.


La surface au sol totale de Maglemølle est de 60 000 m² répartis sur 79 bâtiments, ce qui laisse encore beaucoup d’espace de développement.


SOMMAIRE DU DOSSIER


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Metro prend le plein contrôle de Première Moisson

25/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après les Coutu, au tour de la famille Colpron-Fiset de céder les rênes de Première Moisson.

Dans la classe moyenne? Voici pourquoi tu t'appauvris

25/04/2019 | François Normand

BALADO - La classe moyenne a glissé de 64 à 61% de la population de l'OCDE depuis 40 ans. Au Canada, c'est 58%.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

25/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.