GravityLight : Convertir la pierre en lumière

Publié le 18/11/2015 à 00:01

GravityLight : Convertir la pierre en lumière

Publié le 18/11/2015 à 00:01

Par

En plus de la GravityLight, l’équipe de Jim Reeves a créé la SatLight, une série de lampes fixables qui peuvent être branchées à la source GravityLight pour créer d’autres points de lumière dans une pièce.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Par Claire Barnes, Sparknews

ÉNERGIES RENOUVELABLES – Pour les plus pauvres qui vivent sur cette planète, le sol sur lequel ils vivent est parfois la seule chose qu’ils possèdent. Mais deux ingénieurs de Londres ont eu une idée géniale et ont transformé la terre et les pierres en quelque chose de précieux : la lumière.

Ce projet a commencé il y a environ six ans lorsque l’association caritative SolarAid a chargé Jim Reeves et Martin Riddiford de concevoir une source de lumière bon marché et à énergie solaire et ainsi créer une solution de remplacement au pétrole.

De 1,3 à 3 milliards de personnes utilisent des lampes au pétrole pour s’éclairer, même si celles-ci ont des effets potentiellement mortels. La Banque Mondiale estime que 780 millions de femmes et d’enfants dans le monde inhalent un volume de fumée émanant des lampes à pétrole qui équivaut à une consommation de deux paquets de cigarettes par jour ! Les fumées peuvent causer des infections oculaires et des cataractes, et des lampes renversées sont souvent à l’origine de brûlures et d’incendies. Par ailleurs, le coût du pétrole constitue un cercle vicieux d’appauvrissement, car le combustible engloutit jusqu’à 30 % du revenu de certains foyers.

En échangeant des idées de solutions de remplacement à base d’énergie solaire, les deux ingénieurs ont été aux prises avec l’inévitabilité des piles, celles-ci représentant une solution aussi onéreuse qu’inefficace. Et pourtant : quel autre moyen existe-t-il de faire durer l’énergie solaire toute la nuit ?

Ils se sont alors souvenus que la gravité, contrairement à la lumière du soleil, est disponible en tout temps.

« Nous avons eu une idée vraiment intéressante, a déclaré Jim Reeves, qui nous permettrait d’éliminer le coût des piles et des appareils de charge électroniques. » Ils ont créé un dispositif constitué d’un sac rempli d’une dizaine de kilos de pierres ou de sable, attaché à une corde avec un contrepoids. En descendant lentement, le sac transforme l’énergie potentielle en énergie cinétique et propulse un pignon moteur et un rouage en polymère, ce qui produit alors suffisamment d’électricité pour allumer une ampoule LED pendant une durée allant jusqu’à 30 minutes. Une fois que le sac atteint le sol, il est tout simplement remonté pour que le processus puisse se répéter.

« Quand vous êtes persuadé d’avoir les moyens de changer les choses à ce point, vous ne pouvez laisser tomber avant d’être arrivé à destination. » – Jim Reeves, GravityLight

Sociofinancement : une réussite fulgurante

En 2013, ils ont lancé une campagne de sociofinancement afin de prendre en charge les coûts de fabrication d’échantillons du produit en vue d’une distribution de lampes pour des essais en Inde et en Afrique. Ils visaient un total de 55 000 $, mais en moins de 40 jours cet objectif a presque été multiplié par huit. À mi-parcours de la campagne, Bill Gates a tweeté à ce sujet et qualifié la GravityLight d’« innovation plutôt géniale ».

Cette injection de liquidités inespérée leur a permis de rapidement poursuivre leur programme.

En 2014, ils ont testé la lampe au sein de plus de 1 300 familles hors-réseau dans 27 pays. Plus de 90 % d’entre elles a déclaré préférer utiliser une GravityLight plutôt qu’une lampe alimentée au pétrole. « Nous avons eu une validation de principe de notre idée », a déclaré Caroline Angus, la directrice commerciale de l’entreprise.

Ils ont également reçu de nombreux commentaires de la part des utilisateurs, qu’ils ont intégré dans leur concept pour mettre au point une version nettement améliorée. « Nous avons connu des histoires de certains enfants se servant des sacs comme balançoire », a précisé Mme Angus. D’ailleurs, a ajouté Jim Reeves, la GL02, la deuxième version de la GravityLight, « a été testée pour supporter l’ajout imprévu d’un enfant de 8 ans. » Avec la GL01, l’utilisateur devait se pencher et ramasser un poids considérable, puis le remonter relativement haut. Désormais, les entrepreneurs ont créé un système de levage que même les enfants peuvent utiliser.

La nouvelle version permet aux lumières de rester allumées tout le temps tandis qu’auparavant, elles s’éteignaient le temps que quelqu’un remonte le sac à nouveau. L’entreprise a également créé les SatLights, une série de lampes fixables qui peuvent être branchées à la source GravityLight pour créer d’autres points de lumière dans une pièce.

Un investissement amorti  en quelques semaines

Avec un prix de détail de 20 $, la GL02 pourrait paraître assez chère pour les plus pauvres, mais les concepteurs affirment que le prix est amorti en quelques semaines grâce aux économies réalisées sur le pétrole. Ils prévoient une baisse du prix avec le temps.

Les entrepreneurs ont également découvert que leur marché potentiel dépassait 1,3 milliards ou plus de personnes démunies dépendantes du pétrole. La population qui n’avait plus accès à l’électricité à la suite de l’ouragan Sandy à New York, qui s’est abattu en octobre 2012, voulait avoir une GravityLight, et c’est aussi le souhait des personnes des organismes de secours. Il y a même eu des demandes de la part d’un éco-gîte.

L’intérêt suscité a contribué à développer la stratégie commerciale de l’entreprise. En 2013, elle a créé Deciwatt, une entreprise sociale qui développe des solutions d’énergie propre hors-réseau pour des clients comme les ONG ou les détaillants des pays riches répondant aux besoins des amateurs d’activités de plein air. Une partie des bénéfices de Deciwatt est reversée à la Fondation GravityLight, créée il y a un an pour soutenir la mission d’éliminer les lampes à pétrole et lutter contre la pauvreté.

Jim Reeves a déclaré souhaiter aller plus loin en créant un produit non seulement écologique, mais aussi fabriqué selon des modalités durables. En septembre, GravityLight a conclu une deuxième campagne de sociofinancement, récoltant cette fois près de 300 000 $ pour subventionner une opération d’assemblage de la GL02 au Kenya, l’un des marchés cibles, dans des usines où on embauche de la main-d’œuvre locale. L’objectif de Jim Reeves est de fonder une entreprise financièrement autonome en l’espace de trois ans. « Il semble évident que le moyen le plus rapide pour qu’un produit prenne de l’ampleur et atterrisse dans les mains de tous ceux qui en ont besoin est de le transformer en gagne-pain pour quelqu’un. »

L’entreprise a pour ambition de pénétrer le marché local au printemps 2016 grâce à la GL02 made-in-Kenya. L’objectif de la GravityLight d’ici cinq ans est d’améliorer la qualité de vie de 1,25 million de personnes. « Quand vous êtes persuadé d’avoir les moyens de changer les choses à ce point, a déclaré Jim Reeves, vous ne pouvez laisser tomber avant d’être arrivé à destination. »

À voir sur le Web :
www.sparknews.com/en/video/gravitylight-power-gravity-light-developing-countries

SOMMAIRE DU DOSSIER

À suivre dans cette section


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Découvrez la nouvelle formule de Les Affaires!

21/01/2020 | Les Affaires

Consultez le fruit de nos réflexions sur qui nous sommes et ce que nous voulons offrir à nos chers lecteurs.

Nouvelle année, nouvelle formule

Édition du 22 Janvier 2020 | Marine Thomas

BILLET. Nous commençons 2020 sous le signe de la nouveauté, puisque le journal sort désormais 14 fois par année.

Investir en 2020

Édition du 22 Janvier 2020 | Stéphane Rolland

OÙ INVESTIR EN 2020. Que nous réserve la Bourse en 2020? Le marché haussier peut encore s'étirer, selon nos experts.