COP24 - Des logements abordables à partir de plastiques recyclés

Publié le 09/12/2018 à 11:45

COP24 - Des logements abordables à partir de plastiques recyclés

Publié le 09/12/2018 à 11:45

Par

Trois ans après l’adoption de l’Accord de Paris, les gouvernements du monde se réunissent du 3 au 14 décembre en Pologne, dans l’espoir de combler le fossé entre l’ambition et l’engagement pour la lutte contre les changements climatiques. Or, la participation des entreprises et des investisseurs est primordiale pour atteindre ces objectifs. 

À l’occasion de la COP24, Les Affaires, en partenariat avec Solutions & Co, s’associe à des médias économiques du monde entier dans un projet unique de journalisme d’impact afin de vous présenter des solutions d’affaires mises en place aux quatre coins du globe pour accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone et qui représentent de réelles occasions commerciales.

Par Elizabeth López Argueta, El Economista

La production de plastique a connu une croissance exponentielle depuis son invention. Selon l’étude Production, utilisation et devenir de tous les plastiques jamais fabriqués, publiée en 2017 dans la revue Science Advances, 8,3 milliards de tonnes ont été produites dans le monde depuis les 65 dernières années, soit l’équivalent de 10 000 tours Eiffel ou de 35 000 Empire State Building.

Le problème, c’est que seulement 9% de tous les déchets plastiques sont recyclés tandis que le reste finit dans la nature. Chaque année, huit millions de tonnes de plastique terminent dans l’océan, un chiffre qui pourrait atteindre 500 millions d’ici 2020 si la situation ne s’améliore pas.

Au Mexique, la consommation de PET s’élève à 722 000 tonnes par an. Le pays est le premier consommateur mondial d’eau en bouteille, et le deuxième en ce qui concerne les sodas, d’après les chiffres de la Commission de l’environnement de la Chambre des députés mexicaine.

Mais selon l’ONG environnementale Ecoce, le pays a toutefois une longueur d’avance en matière de recyclage : la collecte et le traitement de PET sont passés de 6 à 58 % au cours des 15 dernières années, devançant le Brésil (42%), le Canada (40%) et les États-Unis (31%). La culture du recyclage norvégienne reste en tête avec un taux de 95 %.

Le progrès s’explique par une croissante sensibilisation à l’impact du PET sur l’environnement, qui encourage les citoyens à agir. Au Mexique, Carlos González, le PDG d’EcoDom, en est un exemple.

Une maison de plastique recyclé

Son entreprise, basée à Xicotepec de Juárez, dans l'État de Puebla, transforme les déchets plastiques en matériaux de construction afin de proposer aux familles à faible revenu des logements abordables.

Carlos González a grandi dans les montagnes près de Puebla, l’une des régions les plus défavorisées du pays, cernée par la pauvreté, un manque d’accès à des logements décents et la pollution du plastique. C’est en 2012 qu’il conçoit et crée son modèle d’affaires.

« Nous souhaitons débarrasser le Mexique et le monde du plastique en exploitant toutes ses potentialités pour la construction. Il ne se biodégrade pas, ne craint pas l’humidité, ni d’être mangé par les mites », indique l’entrepreneur.

Sa société recycle principalement du PET, mais également du polyéthylène haute densité (PE-HD), du polypropylène et de l’acrylonitrile butadiène styrène (ABS), matériaux que l’on retrouve généralement dans la composition des seaux, des jouets ou des sacs abîmés.

Carlos González achète ces matériaux au kilo auprès de petites entreprises ou de collecteurs indépendants avec lesquels l’entreprise travaille régulièrement.

EcoDom organise également des opérations de collecte de déchets dans l’État de Puebla, pendant lesquelles des volontaires se joignent aux employés de l’entreprise afin de récupérer les plastiques auprès de ménages ou d’entreprises.

« Nous sélectionnons les plastiques et nous les broyons selon un procédé industriel qui les transforme en flocons.

Ces derniers sont ensuite placés dans un moule, fondus et, une fois à l’état de plasma, ils sont acheminés vers une presse qui leur applique une pression afin de produire la matière première de nos produits », explique Carlos González.

La construction d’un mur, par exemple, requiert de six kilos de plastique et coûte entre 50 et 60 pesos mexicains, soit près de 3 dollars.

EcoDom tire ses revenus de la vente de matériaux de construction dérivés du plastique, tels que des murs de soutènement, du carrelage, des mezzanines et des toits thermiques, mais également de la construction et de la vente de propriétés à des familles à faible revenu.

Des habitations abordables

Environ 10 % des bénéfices de l’entreprise sont destinés à financer des actions sociales. Grâce à ces fonds, l’entreprise peut vendre des maisons de 42 mètres carrés, en partie subventionnées, pour 5 000 pesos (265 dollars) ou bien des chambres individuelles pour 1 000 pesos.

Les acquéreurs ont l’option de payer par leur travail plutôt qu’avec de l’argent.

« Nos maisons coûtent moins cher que celles entièrement réalisées en béton», explique le PDG d’EcoDom. « L’un des avantages de notre système, c’est que ce matériau est deux fois plus résistant que les matériaux de construction traditionnels, ce qui accélère la phase de construction et permet d’économiser jusqu’à 25 % du coût total. Les matériaux de construction traditionnels résistent à 2,5 kilos par centimètre carré, alors que les nôtres peuvent supporter jusqu’à 5,3 kilos par centimètre carré. »

En 2017, l’entreprise a également commencé à offrir des maisons à des familles. Jusqu’à présent, elle a vendu deux maisons, elle en a offert cinq ainsi que trois chambres à coucher.

De nos jours, elle négocie les termes d’un accord avec l’Université Cuauhtémoc de Puebla afin de faire don de cinq maisons supplémentaires.

Carlos González a démarré ce projet seul avant d’être aidé par Eily Cristell Velázquez, qui est désormais son associée. Aujourd’hui, EcoDom possède trois actionnaires supplémentaires.

Jusqu’à présent, ils ont investi plus de huit millions de pesos et ont réussi à susciter l’intérêt d’entreprises en Inde, au Canada, en France, au Brésil, en Afrique du Sud, au Guatemala et en République dominicaine.

Un accord avec le gouvernement de cette dernière est en cours de négociation pour tenter de lutter contre la pollution plastique au large des côtes de Saint-Domingue, largement médiatisée en début 2018.

González se dit fier du progrès de sa société et envisage d’élargir son champ d’intervention grâce à un système de franchise.

En décembre, l’entreprise se joindra à la société de construction mexicaine Haras afin de construire 250 maisons à Puebla, dont EcoDom fournira les matériaux nécessaires et l’expertise pour en construire au moins la moitié.

 

Cliquez ici pour consulter le dossier «Changements climatiques 2018».

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Ne retirez pas trop vite la cotisation faite au REER de votre conjoint

Le délai à respecter est le passage de trois 31 décembre ou deux années civiles complètes.

L'Apple Watch va sauver des vies jusqu'au Canada

BLOGUE. Approuvés par Santé Canada, l’alerte d’arythmie cardiaque et l’ECG d’Apple débarquent au pays cette semaine.

Hausse du prix des maisons dans une majorité de régions

BLOGUE. La MRC de la Matawinie se distingue, et on trouve de belles surprises au Saguenay.