COP24 - Des bisons contre la fonte du pergélisol de Sibérie

Publié le 11/12/2018 à 09:06

COP24 - Des bisons contre la fonte du pergélisol de Sibérie

Publié le 11/12/2018 à 09:06

Par
Des bisons sur la neige

[Photo: courtoisie]

Trois ans après l’adoption de l’Accord de Paris, les gouvernements du monde se réunissent du 3 au 14 décembre en Pologne, dans l’espoir de combler le fossé entre l’ambition et l’engagement pour la lutte contre les changements climatiques. Or, la participation des entreprises et des investisseurs est primordiale pour atteindre ces objectifs. 


À l’occasion de la COP24, Les Affaires, en partenariat avec Solutions & Co, s’associe à des médias économiques du monde entier dans un projet unique de journalisme d’impact afin de vous présenter des solutions d’affaires mises en place aux quatre coins du globe pour accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone et qui représentent de réelles occasions commerciales.


 Par Angelina Davydova, Kommersant


 La fonte du pergélisol est à la fois cause et conséquence du changement climatique. Au fur et à mesure que les températures mondiales augmentent, la fonte des terres gelées en Sibérie libère du méthane, un puissant gaz à effet de serre enfoui dans le sol, intensifiant le changement climatique qui aggrave le dégel du pergélisol.


Mais une équipe de scientifiques russes a une idée originale pour mettre fin à ce cercle vicieux. Ils prévoient restaurer l’écosystème de l’âge de glace en réintroduisant la toundra (steppes arctiques) et de grands animaux comme des yacks, des bisons et même des mammouths.


Selon le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publié en octobre dernier, la hausse des températures mondiales de 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels provoquera la fonte de 4,8 millions de mètres carrés de pergélisol ; un chiffre qui pourrait atteindre les 6,6 millions de mètres carrés si le réchauffement atteint les 2°C.


Aujourd’hui, le pergélisol recouvre une surface terrestre de 23 millions de mètres carrés, notamment en Sibérie, en Alaska, dans l’archipel arctique canadien et dans quelques autres régions montagneuses, soit un quart de l’hémisphère nord de la planète.


La plupart de ces terres glacées se trouvent en Russie, représentant 50 à 60 % du territoire national selon les saisons.


Mais d’après un rapport récent du ministère russe de l’Environnement et des Ressources naturelles, la Russie se réchauffe plus rapidement que la plupart des régions du globe.


Entre 1976 et 2017, les températures y ont augmenté en moyenne de 0,45°C par an, contre 0,18°C dans le reste du monde.


La Russie en ressent déjà les répercussions


Un groupe de chercheurs de l’Université George-Washington, du Département d’hydrométéorologie de l’Université de Saint-Pétersbourg et de l’Institut de cryosphère terrestre de Moscou, estime que ces changements ont entraîné le réchauffement et le recul, jusqu’à 100 km au nord, du pergélisol russe.


Ils expliquent également qu’une hausse d’un seul degré de la température moyenne planétaire entraînerait la fonte d’une partie du pergélisol d’une surface similaire à celle de la Mongolie ou du Groenland.


La dégradation du pergélisol a déjà eu un impact sur des maisons et d’autres infrastructures de l’Arctique russe et, selon les scientifiques, coûte plusieurs milliards de dollars par an ; l’entretien annuel des pipelines seulement s’élève à plus de 1,5 milliard de dollars.


« Nous devons avouer que nous allons perdre un certain pourcentage du pergélisol. Dans la plupart des endroits, les zones terrestres gelées vont devenir moins profondes et les périodes de dégel vont se rallonger, y compris la fonte temporaire du mollisol [partie superficielle du sol] en été », affirme Alexey Kokorin, directeur du programme Climat et Énergie de WWF Russie.


L’une des solutions, explique-t-il, serait de s’adapter à ces nouvelles conditions météorologiques en renforçant ou en remplaçant l’infrastructure existante.


Retourner à l'âge de glace


Mais Nikita Zimov, un scientifique russe de 35 ans, a une autre idée.


Il habite depuis son enfance avec sa famille dans une station de recherche scientifique au nord-est de la République de Sakha, au-dessus du cercle arctique.


Après des études à l’Université d'État de Novossibirsk, il est retourné à la station pour y travailler. Avec l’aide de son père Sergey Zimov, il a eu l’idée de recréer l’écosystème de l’Arctique avant l’apparition des premiers hommes, quand les steppes de la toundra étaient des zones extrêmement fertiles.


« Nous essayons de réintroduire de grands animaux, dont la présence stimulerait la pousse de l’herbe, permettant d’absorber le CO2 contenu dans l’atmosphère et de le stocker dans le sol », explique-t-il.


« Ces animaux piétineraient également la neige, ce qui la rendrait plus dense et lui permettrait de mieux geler durant l’hiver, empêchant ainsi la fonte du pergélisol. »


Une maison sur l'eau

[Photo: courtoisie]


Cela rendrait la couleur des prairies plus claire que celle de l’écosystème actuel, composé de petits arbustes et de marécages, limitant l’effet albédo (selon lequel les surfaces de couleur sombre absorbent plus de rayonnement solaire alors que les zones plus claires les réfléchissent et les renvoient dans l’atmosphère).


En 1996, son père avait lancé ce projet dans le parc du Pléistocène, une réserve de 144 kilomètres carrés près de la station de recherche et à 150 kilomètres de l’océan Arctique.


Le parc héberge actuellement plus de 100 animaux, qui vivent dans une zone protégée de 20 kilomètres carrés, dont des yacks, des moutons, des rennes, des chevaux iakoute, des vaches de Kalmoukie, des bisons d’Europe et des boeufs musqués.


Sergey Zimov souligne qu’ils souhaitaient importer d’Alaska des bisons d’Amérique du Nord (qui habitaient auparavant en Sibérie), mais le parc n’a pu leur trouver un moyen de transport abordable.


Ils essaient actuellement de localiser d’autres bisons d’Amérique du Nord vivant en Russie.


En 2013, Sergey Zimov avait rencontré George Church, un chercheur de l’Université de Harvard.


L’équipe de scientifiques qu’il dirigeait essayait alors de ressusciter les mammouths laineux, en implantant des fragments de leur ADN, retrouvés dans la glace de l’Arctique, dans le génome d’éléphants d’Asie.


Si cette idée voit le jour, les Zimov espèrent que le premier mammouth vivra dans le parc du Pléistocène.


Jusqu’ici, les créateurs du parc financent leur projet grâce à leurs propres fonds et à des campagnes de sociofinancement.


« J’ai observé les effets du réchauffement climatique sur le parc, surtout ces trois dernières années », assure Nikita Zimov.


« Avec notre initiative, nous essayons de signaler que nous pouvons potentiellement stopper ou ralentir ce processus, tout en montrant au monde entier comment la mettre en pratique. Nous espérons, une fois que ça aura marché, pouvoir la reproduire dans d’autres régions nordiques de la planète. »


Cliquez ici pour consulter le dossier «Changements climatiques 2018».


 


 





À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Première: des étudiants de McGill deviennent investisseurs d'impact

23/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le Montreal Social Value Fund permettra à des étudiants d'expérimenter l'investissement d'Impact local.

Dans quelles villes le prix des propriétés a le plus crû?

23/04/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En 10 ans, le prix des maisons a augmenté davantage dans certaines villes du Québec. Lesquelles?

Le PDG d'Aldo veut prouver qu'il n'est pas que «le fils du patron»

23/04/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «Je veux prouver que je suis vraiment digne de ce poste; je ne veux laisser aucun doute.»