Saguenay: Après le bleuet, la camerise

Publié le 19/05/2016 à 09:50

Saguenay: Après le bleuet, la camerise

Publié le 19/05/2016 à 09:50

La camerise, ce petit fruit aux grandes propriétés antioxydantes, est l’une des vedettes montantes du secteur de l’agriculture nordique au Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’an dernier, quelque 300 000 des 350 000 nouveaux camérisiers plantés dans la province l’ont été dans la région.

Pour faciliter la mise en marché, cinq producteurs ont créé en 2011 l’entreprise Boréalis Nature Fruit. « Les petits producteurs ont de la difficulté à vendre leur récolte à des conditionneurs, car leur volume est insuffisant, explique André Gagnon, président de Boréalis. Nous achetons leurs fruits et nous les revendons à l’Usine de congélation de Saint-Bruno qui, elle, les vend à des transformateurs du Québec, du Canada et du Japon ».

L’an dernier, Boréalis a livré 10 400 kilos de camerises à l’usine. « D’ici 5 ans, nous atteindrons le million de livres, soit environ 450 000 kilos, car les plants sont plus matures et produisent davantage », prévoit M. Gagnon, qui est aussi président du conseil d’administration de Camerise Québec, l’association qui regroupe les producteurs de camerises. Sa vision ? Créer au Saguenay-Lac-Saint-Jean une industrie de la camerise à l’image de celle du bleuet.

CES GENS QUI FONT UNE RÉGION

Série 2 de 3. Certains entrepreneurs ont un impact important sur leur région en contribuant à revitaliser son économie. Portraits de ces catalyseurs d'énergie locale.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...