Cannabis: la distribution, un défi additionnel

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

Cannabis: la distribution, un défi additionnel

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

[Photo: 123RF]

Les producteurs de cannabis québécois se préparent à livrer leur marchandise, mais la distribution représente toujours un défi : incertitudes, manque d'informations, préparation difficile.

Le premier enjeu pour eux est d'obtenir la licence de vente, qui est différente de la licence de production. «Cela peut prendre de trois mois à un an et demi», dit Yan Dignard, le président d'Agro-Biotech. Il attendait la sienne pour la mi-septembre.

Sauf que la Société québécoise du cannabis (SQDC), la seule société du Québec à laquelle les producteurs pourront vendre leur cannabis, n'a pas invité les entreprises qui n'avaient pas leur licence à participer aux appels d'offres, qui ont eu lieu il y a quelques mois. En conséquence, au moment d'écrire ces lignes à la fin de l'été, le seul fournisseur québécois de la SQDC était Hexo. «Notre défi, sur le marché du Québec, est donc de faire notre place à la SQDC, explique M. Dignard. C'est un enjeu important.»

En attente de lignes directrices

Agro-Biotech a déjà commencé à communiquer avec la société d'État et dit constater une bonne ouverture, même si elle se bute toujours à la question de la licence de vente. «C'est difficile pour eux d'aller de l'avant et de nous donner de l'information sur leur mode de fonctionnement, dit M. Dignard. Les informations arrivent au compte-gouttes. C'est dommage parce que cela ne nous permet pas de nous préparer.»

Il aimerait par exemple connaître les besoins de la SQDC et les prix auxquels elle serait prête à acheter, dans le but d'élaborer son budget, de planifier sa production, et de décider la proportion de celle-ci à allouer au secteur du cannabis récréatif par rapport au secteur médical. L'entreprise dit comprendre que la société d'État ne puisse pas s'engager contractuellement, mais aimerait au moins que celle-ci mette à sa disposition des lignes directrices relatives à ce qu'elle recherche et demande de ses fournisseurs.

«C'est une lacune, déplore Yan Dignard. Nous aimerions simplement savoir si nous perdons notre temps ou si nous devons chercher ailleurs. Savoir que leur plan d'affaires prévoit un prix en dessous du nôtre, nous pourrions corriger le tir. Mais pour l'instant, on spécule.»

Pour l'instant, la distribution dans le secteur du cannabis médical continuera de fonctionner de la même manière : les patients achèteront directement du producteur.

L'Association québécoise des pharmaciens propriétaires demandait toutefois l'hiver dernier que la distribution du cannabis thérapeutique soit confiée aux pharmaciens, essentiellement pour protéger le consommateur. M. Dignard, d'Agro-Biotech, estime pour sa part que les producteurs connaissent pour le moment mieux les différentes variétés de cannabis que les pharmaciens, et sont donc mieux placés pour conseiller les patients, même s'il croit, au final, qu'il «y a de la place pour tout le monde» sur le marché.

Marc St-Arnaud, le président de Green Joy, estime pour sa part que la distribution par les pharmacies pourrait même lui rendre la vie plus facile d'un point de vue logistique.

«Plutôt que d'avoir 300, 5 000 ou 20 000 patients à gérer, nous n'aurions qu'un nombre restreint de pharmacies, dit-il. Mais, au final, que ce soit nous ou les pharmacies qui s'occupent de la distribution, l'essentiel pour nous est que le produit soit accessible pour le patient.»

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «CANNABIS: SURMONTER LES OBSTACLES»

À la une

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»

Faites le choix d'améliorer la qualité de votre portefeuille

09/04/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi ne pas choisir nos investissements boursiers selon des critères de sélection?

Créer de la valeur grâce à la responsabilité sociale et environnementale

Mis à jour le 08/04/2021 | lesaffaires.com

LIVRE BLANC. Les pratiques responsables sont loin d’être uniquement l’apanage des grandes entreprises.