Un chef d'orchestre pour la réalisation de la Maison symphonique

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:28

Un chef d'orchestre pour la réalisation de la Maison symphonique

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:28

C'est SNC-Lavalin qui a réalisé la Maison synphonique en formule PPP. "C'est notre première salle de concert, un projet rare dont on se souvient toute la vie", dit Charles Chebl. [Photo : Rachel Côté]

Lors du concert inaugural de la Maison symphonique, le 7 septembre dernier, l'émotion était vive chez une quarantaine d'ingénieurs et de professionnels de SNC- Lavalin. "Nous y sommes arrivés !" se disait Charles Chebl, vice-président principal, groupe des bâtiments, pendant que le maestro Kent Nagano et les musiciens de l'Orchestre symphonique de Montréal inauguraient la nouvelle salle avec la Neuvième de Beethoven.


SNC-Lavalin a réalisé la Maison symphonique dans le cadre d'un partenariat public-privé (PPP) avec le gouvernement du Québec, le premier du genre dans le domaine culturel au Québec. Pour accomplir ce contrat de 259 millions de dollars, elle a créé une filiale, le Groupe immobilier Ovation, dont elle est l'unique actionnaire. Cette filiale a agi comme gestionnaire de projet et a confié la conception et la construction du projet à SNC-Lavalin. Pour le volet architectural, elle a retenu les services des firmes Ædifica, de Montréal, et Diamond and Schmitt Architects, de Toronto.


Un échéancier serré


Vingt-sept mois. C'est le délai donné par Québec à la firme de génie-conseil et de construction pour sortir de terre cette salle de concert attendue depuis 20 ans. Un échéancier relativement court, compte tenu de l'ampleur du projet et des défis techniques liés à l'acoustique. D'une part, il fallait isoler la salle de sorte que les bruits extérieurs et ceux émanant du bâtiment soient imperceptibles à l'oreille humaine. D'autre part, il fallait obtenir une diffusion optimale de la musique afin que les spectateurs aient l'impression d'en être enveloppés.


Pour cela, SNC-Lavalin a appliqué les paramètres définis par les acousticiens d'Artec, une firme de New York dont les services ont été requis par Québec : nombre de sièges et leur disposition, volumétrie de la salle, dimension de la scène, installation de réflecteurs acoustiques au plafond, etc. Mais elle a aussi engagé son propre acousticien.


"La forme de la salle, les courbes des balcons, les matériaux, tous les éléments architecturaux ainsi que ceux qui sont relatifs à la ventilation, à l'électricité et à la mécanique ont un impact sur la diffusion et la pureté du son", souligne Charles Chebl, rencontré dans la salle de concert alors que des ouvriers s'affairaient à la finition. Un exemple : les surfaces de bois qui habillent la salle sont parfois lisses, parfois texturées, afin de mieux propager les différentes fréquences sonores.


Le son : une priorité


La Maison symphonique est conçue selon un concept de "boîte dans la boîte". Ainsi, l'auditorium est détaché du reste de la structure du bâtiment et repose sur des appuis en caoutchouc et en acier. Ces appuis, mis au point par les ingénieurs de SNC-Lavalin, absorbent les vibrations du métro et les bruits extérieurs.


Des réflecteurs acoustiques, au plafond, servent à mieux distribuer le son. Ceux qui se situent au-dessus de la scène sont mobiles afin de maximiser la qualité sonore selon les genres musicaux. Cette particularité a toutefois rendu impossible la pose de gicleurs d'incendie. La solution ? Un système d'évacuation de la fumée pour cette zone seulement.


La ventilation s'effectue silencieusement à l'aide de sorties d'air à très basse pression installées sous chacun des 1 900 sièges. Quant à l'air vicié, les ingénieurs ont conçu un système de "tube digestif" permettant à l'air de circuler en sourdine avant d'être évacué. Même les luminaires sont silencieux.


Ajustements nécessaires


L'acoustique est-elle à la hauteur des attentes ? C'est ce qu'on verra à l'usage. Les musiciens et les spectateurs des premiers concerts ont semblé enchantés, mais des ajustements seront néanmoins nécessaires. "Il faut habituellement d'un à deux ans pour maximiser le potentiel sonore d'une salle", précise Charles Chebl.


Chose certaine, la Maison symphonique figurera parmi les réalisations marquantes de SNC-Lavalin. "C'est notre première salle de concert, un projet rare dont on se souvient toute la vie", dit Charles Chebl.



image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.