Partager l'expertise en structures de bois

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 07/10/2011 à 08:59

Partager l'expertise en structures de bois

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 07/10/2011 à 08:59

Arches structurales du stade de soccer du parc Chauveau à Québec. [Photo : CEBOIS]

Le bois a un nouvel allié. Il s'agit du Regroupement des ingénieurs en structures de bois (RISBois), qui a vu le jour au début de l'été. "On veut démontrer aux donneurs d'ouvrages souhaitant faire appel au bois pour la construction de leurs bâtiments que les ingénieurs spécialisés en bois sont au rendez-vous et que la connaissance et la compétence technique existent au Québec", dit Stéphane Rivest, président de RISBois.

Érik Deschamps, 26 ans, ingénieur en structures chez Cima +, fait partie de la quinzaine de membres qui se sont joints à RISBois. Il estime qu'il existe un besoin de communication entre les acteurs. "En tant que concepteur, je recherche une interaction avec des fabricants. Le regroupement nous permettra d'établir certaines normes et une façon de faire mieux établie", explique-t-il.

Des professionnels qui ne se connaissent pas

Encore méconnu, le nouveau regroupement suscite tout de même l'intérêt, note Caroline Frenette, ingénieure et conseillère technique chez Cecobois, le Centre d'expertise sur la construction commerciale en bois, qui prévoit l'ajout d'une quarantaine de membres au cours de l'automne.

"Certains ingénieurs en structures de bois travaillent dans des bureaux de génie-conseil, d'autres dans des entreprises de fabrication. Ces deux groupes ne se connaissent pas beaucoup. L'idée est de créer un regroupement où ils peuvent se rencontrer, échanger sur leur expérience et les problématiques auxquelles ils font face, et trouver des solutions", dit Mme Frenette.

Une plateforme sur le Web pour faciliter les échanges devrait être offerte cet automne. Des rencontres avec séminaires seront éventuellement organisées.

Ces échanges pourraient stimuler la créativité dans l'utilisation du bois de structure, croit M. Rivest. "On veut amener les gens à utiliser le bois d'ingénierie, dont le bois lamellé-collé et le bois lamellé-croisé, pour réaliser des choses innovantes."

Première association vouée au bois au Québec, le RISBois pourrait bénéficier de l'expérience de son grand frère européen, Ingénierie Bois Construction (IBC), qui existe depuis une quinzaine d'années. "On vit les mêmes problèmes, notamment celui de convaincre les professionnels que ce matériau est bon et durable", dit M. Rivest.

L'Europe possède deux universités spécialisées dans la formation des ingénieurs en bois. Une expérience dont pourrait s'inspirer le Québec, qui n'offre pas encore ce type de formation. "Des cours d'introduction au bois de structure existent dans la province, mais ce n'est pas suffisant pour construire des bâtiments", dit M. Rivest. Les choses changent. Des formations dans ce domaine sont offertes par Cecobois. Depuis 2007, le centre a reçu au-delà de 500 inscriptions pour ses cours sur le bois.

UQACL'Université du Québec à Chicoutimi travaille à mettre en place une formation sur les structures de bois pour les ingénieurs. Elle offrira sous peu des séminaires et, par la suite, un programme de baccalauréat.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Un groupe de défense des voyageurs aériens s'adresse à la Cour suprême

La Cour fédérale avait rejeté la tentative du groupe d'obliger l'OTC à supprimer une déclaration sur les remboursements.

L'UE enquête sur l'acquisition de Fitbit par Google

13:48 | AFP

Ce rachat pourrait «renforcer encore la position de Google sur les marchés de la publicité en ligne».

Soyez propriétaire et non locataire de votre succès

Il y a 41 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Que penser de la saga TikTok aux États-Unis? Est-ce un règlement de compte «écono-égo-politique»?