Jimmy Boulianne simplifie la vie des gamers

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:48

Jimmy Boulianne simplifie la vie des gamers

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:48

Au service Uplay, chez Ubisoft, Jimmy Boulianne supervise une cinquantaine d'ingénieurs, de graphistes, de concepteurs de jeux vidéo et de programmeurs. [Photo : Rachel Côté]

Jimmy Boulianne a toujours aimé les jeux vidéo. Le directeur technique d'Uplay chez Ubisoft s'y est initié à huit ans, avec un ordinateur des années 1980 : le Commodore VIC-20. "L'industrie des jeux vidéo m'attirait depuis longtemps, car elle m'offrait la possibilité de travailler davantage sur les logiciels, une autre spécialité de ma branche."

Cet ingénieur électrique de 36 ans travaillait dans les télécommunications jusqu'au début des années 2000. Après la chute brutale des Nortel, Alcatel et autres, il a décidé de changer de secteur. Embauché chez Ubisoft comme architecte technique en 2003, il supervise depuis 2010 une cinquantaine d'ingénieurs, de graphistes, de concepteurs et de programmeurs en tant que directeur technique d'Uplay.

Plateforme communautaire créée en 2009, Uplay permet aux amateurs d'Assassin's Creed 2 ou de Tom Clancy's Splinter Cell Conviction de discuter avec d'autres joueurs, d'acheter des accessoires de jeu ou d'accéder à des astuces. Uplay est offert dans une trentaine de jeux et accessible sur le Web ou par les jeux eux-mêmes.

La mise en oeuvre de cette plateforme est plus complexe qu'il n'y paraît. "Connecter des millions de joueurs qui utilisent la Xbox, la PS3 ou l'iPhone est tout un défi", dit Jimmy. Par exemple, Uplay ne doit pas surchauffer ni tomber en panne, même si le nombre de joueurs croît de manière exponentielle.

Des solutions simples

"Mon objectif est de développer des solutions ingénieuses, c'est-à-dire à la fois simples et capables de choses extraordinaires", explique Jimmy Boulianne. "Si la solution logicielle est trop complexe, elle risque d'être sous-exploitée par les programmeurs, parce qu'ils n'auront pas tous la capacité ou la motivation de l'utiliser." Bref, outre la technique, il doit considérer aussi la main-d'oeuvre dont il dispose, les échéanciers à respecter et les besoins du joueur.

Un autre de ses défis consiste à s'assurer que les différentes équipes avancent dans la même direction. "On peut perdre des gens en chemin, même si la destination finale est claire, parce que chaque équipe travaille en parallèle sur des éléments qui seront intégrés par la suite", dit-il.

Jimmy Boulianne a travaillé quelques années dans une firme de génie-conseil avant d'être embauché par Ubisoft. "C'est moins mon travail qui a changé que mon niveau de responsabilité", dit l'ingénieur électrique. "Lorsque je commettais une erreur en tant que consultant, je risquais de me retrouver avec un procès sur les bras. Comme salarié, j'ai plus de latitude pour apprendre de mes erreurs et m'améliorer."

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.