Hatch dopée par les pays émergents

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:50

Hatch dopée par les pays émergents

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:50

Guy LeClair, de Hatch

Le génie se vend bien et la société canadienne Hatch en est la preuve. Présente dans quatre continents sur cinq, forte de 9 000 employés, cette firme de services d'ingénierie s'apprête à créer 200 emplois au Québec.

Le site Internet de Hatch parle de lui-même. Proposé en anglais, français, espagnol, portugais et... chinois, il s'adresse à tous les clients - actuels et potentiels - de tous les continents où l'entreprise est présente et aux pays où elle veut s'implanter.

La firme, spécialisée dans la gestion de projets dans le domaine minier, métallurgique, des infrastructures et de l'électricité, prévoit en effet développer ses activités en Russie et en Chine dans les prochains mois.

Vague de fond

"On connaît une expansion comme jamais auparavant", affirme Guy LeClair, directeur du groupe minéraux industriels. "La demande en infrastructures et en ressources minérales des pays émergents est très forte. C'est une vague de fond depuis 7 à 8 ans", ajoute-t-il.

Une vague sur laquelle surfe Hatch, créée en 1955 en Ontario et qui compte un siège à Montréal depuis une trentaine d'années. "Les sociétés font de moins en moins l'ingénierie à l'interne. La gestion de projet n'étant pas leur "core business", elles la délèguent à des entreprises spécialisées", explique Guy LeClair. Des firmes comme Hatch.

À tel point que le carnet de commandes de la société canadienne, qui est détenue entièrement par ses employés, est plein et que la croissance prévue pour 2012 est excellente. La preuve : le siège montréalais, qui a déjà augmenté ses effectifs de 50 % au cours des deux dernières années, envisage de créer 200 emplois supplémentaires en 2012. Actuellement, il compte déjà 900 employés.

"Au Québec, ce qui nous porte, ce sont surtout les projets miniers métallurgiques", signale Guy LeClair. Les trois axes d'activité de la société sont les minéraux industriels (phosphate et potasse, notamment en Saskatchewan, et dioxyde de titane), les métaux légers (aluminium, magnésium) et l'énergie. "Comme nous avons plusieurs champs de compétences, nous concevons la mine pour un client en même temps que nous construisons les routes d'accès et que nous lui apportons l'énergie dont il a besoin", précise le directeur, qui y travaille depuis 22 ans.

Plusieurs clients

Hatch a de prestigieux clients et partenaires, comme RioTinto Alcan, Alcoa, ou encore, le conglomérat chinois QSLG. Elle participe notamment à la construction de la fonderie d'aluminium sur le modèle AP60 au Saguenay, "l'aluminerie du futur", selon le spécialiste.

Il y a 18 mois, Hatch a aussi conclu un contrat avec le sidérurgiste ArcelorMittal pour l'aider à prendre de l'expansion sur la Côte-Nord. Sur le plan énergétique, autre fer de lance de Hatch, qui compte des spécialistes de pointe dans ce secteur, l'entreprise prévoit une forte croissance dans le secteur de l'énergie éolienne. Des projets d'hydroélectricité sont aussi en cours en Amérique du Sud, où le bureau de Santiago, au Chili, compte 1100 personnes.

Bref, "la croissance a été soutenue en 2011 et on prévoit la même chose en 2012", note Guy LeClair. Et les 200 nouveaux employés à Montréal sont attendus dans des locaux nouvellement loués à cet effet à la Place Ville-Marie.

Emplois Le siège montréalais de Hatch, qui a déjà augmenté ses effectifs de 50 % au cours des deux dernières années, envisage de créer 200 emplois supplémentaires en 2012.

À la une

Pourquoi Taïwan est crucial pour votre entreprise

13/08/2022 | François Normand

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.