Objectif: réduire la facture de carburant


Édition du 12 Avril 2014

Objectif: réduire la facture de carburant


Édition du 12 Avril 2014

Photo: Shutterstock

La crise de 2008 a laissé des traces sur le budget des entreprises. Elles aspirent plus que jamais à réduire leur facture à la pompe. Si l'essence équipe encore 82,2 % du parc automobile du pays, les énergies de substitution (électrique, propane, gaz naturel) commencent à se développer. En 2013, les véhicules hybrides électriques ou au gaz représentaient seulement 2,6 % des véhicules sur le marché. Le principal frein au développement de ces véhicules dans les parcs auto ? Un prix d'achat encore élevé et un réseau de distribution encore limité. Mais les choses pourraient bientôt changer, notamment du côté des constructeurs qui multiplient les innovations...

«L'essence est devenue l'une des principales préoccupations des entreprises. Le carburant peut représenter jusqu'à 30 % des dépenses d'un parc auto», résume Sébastien Blondin, vice-président de l'Est du Canada pour le gestionnaire de parc Element Fleet Management, qui gère près de 112 000 véhicules au pays.

«Les entreprises cherchent à diminuer leurs coûts en choisissant des véhicules plus petits, dont les frais d'entretien sont minimes et qui consomment moins», affirme Benoit Lebeau, directeur des ventes commerciales de Ford pour l'Est du Canada. Une préoccupation prise au sérieux par le constructeur, pour qui le marché des flottes commerciales représente 8 400 véhicules, soit le quart de ses ventes au Canada. C'est pourquoi Ford prévoit installer son moteur EcoBoost sur près de 90 % des véhicules de son parc d'ici l'an prochain. Développée il y a quatre ans, cette technologie utilisant un turbocompresseur permet de réduire les émissions de CO2 de 15 % et la consommation d'essence de 20 %. «Cela donne les performances d'un V8 à un véhicule possédant le rendement écoénergétique d'un V6», précise M. Lebeau, qui rappelle que les constructeurs doivent faire leur part pour réduire la consommation des véhicules. Un pari qui commence à s'avérer payant puisque, l'an dernier, plusieurs clients commerciaux ont opté pour les véhicules hybrides. «Depuis trois ans, nous avons aussi lancé plusieurs véhicules hybrides et une Focus entièrement électrique. Ces deux segments ont connu une croissance de 500 %», affirme-t-il.

L'ascension des véhicules hybrides

Petit à petit, les constructeurs gagnent en expertise sur les modèles hybrides. «Comme nous en sommes à la troisième génération, nous sommes capables de diminuer les coûts. Par conséquent, une C-max hybride coûte par exemple 3 000 à 3 500 $ de plus que le prix de base», souligne Benoit Lebeau. Pour une Fusion hybride, il faudra débourser 29 999 $ au total, comparativement à 24 599 $ pour un modèle classique. Alors que le plus grand véhicule hybride reste le C-max, Ford songe à élargir sa gamme en mettant au point d'autres versions. Grâce aux primes offertes par le gouvernement québécois, qui vont de 500 $ pour un véhicule hybride à 8 000 $ pour un modèle électrique ou hybride branchables, le marché québécois représente 50 % des ventes de véhicules hybrides et électriques chez Ford.

Pour Rodrigue Michaud, directeur régional des ventes chez ARI Fleet (160 000 véhicules au pays, dont 65 000 au Québec et dans les Maritimes), ces véhicules s'abreuvant aux sources d'énergie nouvelles ont la cote, mais restent coûteux. «La plupart d'entre elles encouragent ce type de développement mais font des études, en commandant une ou deux voitures pour faire leurs propres tests», résume-t-il. Pour lui, le gros défi se manifestera au cours des prochaines années : «Le gouvernement Obama a publié un décret qui oblige les manufacturiers à atteindre des objectifs de réduction de consommation d'essence de 3,5 % à partir de 2017, en visant l'atteinte, pour 2025, d'une moyenne de 23 km au litre. C'est un gros défi, et il va encore falloir faire des recherches pour améliorer les moteurs et réduire le poids des véhicules», estime-t-il. Or, l'utilisation de matériaux composites «plus légers et plus coûteux» pourrait faire augmenter le prix des véhicules.

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

Bourse: les gagnants et les perdants du 29 mai

Mis à jour il y a 25 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes