«Nous devons passer d'une bonne valeur à une valeur sûre» - Steve Kelleher, président de Hyundai Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Janvier 2014

«Nous devons passer d'une bonne valeur à une valeur sûre» - Steve Kelleher, président de Hyundai Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Janvier 2014

«Nous devons passer d'une bonne valeur à une valeur sûre» - Steve Kelleher, président de Hyundai Canada

Les véhicules coréens Hyundai ont beau trôner au sommet des palmarès des ventes dans presque toutes les catégories, le constructeur se trouve face à un enjeu important : changer la réputation de Hyundai, ou du moins la perception de la marque.

En fait, bien que les derniers mois de 2013 aient été plus difficiles - la société a enregistré une baisse des ventes de 7,1 % en décembre -, les résultats annuels sont impressionnants : une hausse de près de 1 %, avec 137 100 unités vendues.

Président de Hyundai Canada depuis la fin des années 90, Steve Kelleher attendait ce moment depuis plusieurs années, même s'il est conscient que rien n'est gagné. Car il a connu le meilleur avec Hyundai, mais aussi le pire.

À son arrivée en 1986, le constructeur coréen sortait de sa période faste. Qui ne se souvient pas des célèbres Pony, vendues à des dizaines de milliers d'exemplaires ? Les lendemains ont été moins joyeux, la Pony ayant une fiabilité toute relative et une forte tendance à la rouille, ce qui a entraîné la chute des ventes et la disparition du modèle.

Lorsqu'il prend les commandes de l'entreprise, Steve Kelleher se lance dans une opération de consolidation qui, au tournant des années 2000 et un peu plus tard, lui a permis de mettre en oeuvre les mesures à l'origine de la réussite actuelle. Il réduit le personnel, analyse la pertinence des modèles selon les ventes et visite chaque concessionnaire pour rétablir les ponts.

Rebâtir la confiance

«J'ai rebâti une relation de confiance avec notre réseau de concessionnaires. C'est cette confiance qui, de 2002 à 2004, nous a permis de redorer totalement l'image de la société.»

De la confiance, il en fallait. Steve Kelleher avait beau affirmer haut et fort que l'avenir s'annonçait prometteur, les concessionnaires ont dû faire un véritable acte de foi et investir des centaines de milliers de dollars dans la réfection de leur concession, alors que les nouveaux produits n'étaient pas encore disponibles ou annoncés. Tout cela à partir d'une simple conférence du président, qui avait visité les centres de recherche coréens et connaissait ce qui se préparait. Grâce à de nouveaux véhicules et à de nouvelles concessions, les voitures Hyundai ont recommencé à se vendre.

Mais c'est au tournant de la crise économique de 2008 que Hyundai a véritablement pris son envol. Avec des voitures au design inspiré de la philosophie «Fluidic sculpture» ainsi baptisée pour exprimer le sens du mouvement voulu par les designers, la marque coréenne est soudain devenue plus inspirante du point de vue esthétique.

Tandis que les concurrents américains luttaient contre la faillite et que les concurrents japonais jouaient de prudence, Steve Kelleher a plutôt choisi de doubler la mise, en augmentant les budgets de marketing et les offres promotionnelles. Le résultat a été immédiat. Les ventes ont grimpé du simple au double en moins de 3 ans.

Pas question pour autant de marquer une pause. «Nous en sommes maintenant à un autre stade de notre développement. Nos produits sont au milieu de leur cycle de vie, certains subissent cette année des changements mineurs, mais nous devons pousser plus loin», affirme le pdg.

Il faut maintenant donner aux consommateurs une nouvelle expérience client. «Notre croissance passe d'abord par une meilleure vision de la société. Nous devons passer d'une bonne valeur, à une valeur sûre (from value to valuable).»

Pour atteindre cet objectif, le constructeur mise sur une approche des marchés différente. «Nous avons atteint un certain niveau de confiance, qu'il faut maintenir et même élever. La seule façon d'y arriver est de soigner notre clientèle, en modifiant notre service pour le personnaliser davantage et en préservant les relations avec les concessionnaires», estime Steve Kelleher.

Les 3 modèles les plus vendus au Canada

Santa Fe 29 220

Elantra. 53 760

Accent 18 884

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».