Le titre de Boralex ne semble pas prêt de s'envoler

Publié le 08/03/2024 à 11:00

Le titre de Boralex ne semble pas prêt de s'envoler

Publié le 08/03/2024 à 11:00

Par Jean Gagnon

(Photo: 123RF)

La BOUSSOLE BOURSIÈRE est une rubrique qui traite d’un événement marquant et de son effet sur le marché boursier en s’appuyant sur l’analyse d’experts. Cette analyse pourra être autant fondamentale que technique.


(Illustration: Camille Charbonneau)

 

Les analystes fondamentaux ont de bons mots pour Boralex, mais l’image que projette le graphique du titre de l’entreprise raconte une tout autre histoire.

Le secteur de la production d’énergies renouvelables peine depuis quelques années à récompenser les investisseurs qui misent sur une tendance lourde pour l’avenir.

La société québécoise Boralex (BLX, 30,13$), active dans l’éolien, le solaire, l’hydroélectrique et le thermique au Canada et en France, ne fait pas exception à la règle. En Bourse, la valeur de l’action de Boralex a fondu de 50% depuis son sommet atteint il y a 3 ans, en janvier 2021.

Pourtant ses récents résultats financiers étaient bons. Rupert Merer, analyste à la Financière Banque Nationale, qualifie les résultats du 4e trimestre 2023 «d’excellente conclusion pour une année solide dans son ensemble».

Les revenus de Boralex pour cette dernière période de trois mois ont totalisé 345 millions de dollars (M$), alors que l’analyste prévoyait 310M$. De même, les bénéfices avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de 229M$ surpassaient les attentes de l’analyste qui tablait sur 205M$, cet écart provenant principalement de ses activités en France.

Comme attribut supplémentaire, Rupert Merer cite le fait que la société termine le trimestre avec des liquidités disponibles de 550M$ ce qui la place en excellente position pour financer sa croissance future. Son cours cible pour le titre est de 41 $.

Brent Stadler, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins, abonde dans le même sens. Il indique pour sa part que la mise à jour de la production par la direction inspire confiance quant à l’habilité de Boralex de développer sa croissance organique dans tous ses principaux secteurs, et de profiter des grandes enchères récurrentes adjugées à des rendements historiquement élevés.

L’analyste estime que Boralex est une première de classe parmi les producteurs d’énergie renouvelable, compte tenu de son succès à gérer les vents contraires et à profiter de vents de dos lorsqu’ils se présentent. Il fixe son cours cible pour les 12 prochains mois à 44 $.

Ben Pham, analyste à BMO Marchés des capitaux, signale quant à lui que le quatrième trimestre de 2023 illustre bien comment les tendances quant à la production d’énergies renouvelables s’améliorent et que la croissance du carnet de commandes de l’entreprise se poursuit avec trois nouveaux projets totalisant 162 mégawatts. Il estime de plus que son bilan financier est à la fois solide et conservateur, ce qui le justifie de hausser quelque peu son cours cible sur un an, qui passe de 36$ à 37$.

 

Mais que dit le graphique?

Depuis janvier 2021, le titre a fluctué à l’intérieur d’un corridor descendant (lignes pointillées), et depuis un an il n’a donné aucun signe qu’il pouvait prendre son envol, preuve d’un quelconque désaveu des investisseurs, explique Monica Rizk, analyste technique senior pour les publications Phases & Cycles.

 

 

Ce qui n’aide pas non plus à susciter leur confiance, c’est que le titre est incapable depuis un an de se maintenir au-dessus de sa moyenne mobile de 200 jours (ligne grise). Celle-ci est le reflet de sa tendance à long terme, et elle tend définitivement vers le bas.

« Tant que le cours de l’action ne se retrouvera pas solidement au-dessus du niveau de 35 $, on ne pourra pas prétendre qu’une tendance à la hausse est en train de s’installer », dit l’analyste technique.

 

Sur le même sujet

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.

Boralex affiche un bénéfice net en hausse de 62% au T1 de 2024

Cela s'explique notamment à l'augmentation de la production des parcs éoliens en Amérique du Nord.

À la une

Ottawa prévoit présenter un projet de loi sur les gains en capital avant l’été

Il y a 45 minutes | La Presse Canadienne

Le budget fédéral présenté en avril propose de rendre imposables les deux tiers des gains en capital.

Le télétravail permet une «résilience» face aux crises à venir

Mis à jour il y a 25 minutes | Katia Tobar

POUR OU CONTRE LE TÉLÉTRAVAIL. «Trouver un équilibre entre les limites de l’organisation et les besoins des employés.»

L’art d’être plus efficace

EXPERT INVITÉ. «J’ai décidé de ne plus subir la technologie et de l’utiliser, sous mes conditions.»