Les assureurs misent sur les applications mobiles


Édition du 12 Octobre 2022

Les assureurs misent sur les applications mobiles


Édition du 12 Octobre 2022

Chez Sun Life, l’assistante virtuelle se nomme Ella. (Photo: 123RF)

ASSURANCES ET RETRAITES. Les applications mobiles prennent une place de plus en plus importante dans la relation entre les adhérents et leur régime d’assurances et de rente collectives. En plus de faciliter les réclamations, elles servent d’outils de communication et de dialogue.

Les assureurs travaillent depuis une bonne vingtaine d’années avec des sites Web et ont ajouté plus récemment des applications mobiles. Elles continuent de les perfectionner. « Les outils numériques représentent des atouts incontournables pour créer un environnement propice à une utilisation responsable des assurances collectives », souligne Louis Nault, directeur des groupes publics et parapublics, assurance pour les groupes et les entreprises chez Desjardins Assurances.

En mars 2021, Desjardins lançait son application mobile Omni, qui fusionne les applications Réclamation 360° et Votre Parcours. Les employés peuvent s’en servir pour soumettre rapidement leurs réclamations de soins de santé, effectuer toutes leurs transactions d’épargne-retraite et accéder à des outils et ressources directement sur leur appareil mobile. L’application va au-delà des simples cotisations au régime de rentes et des réclamations d’assurance. On peut l’utiliser pour s’inscrire à des webinaires abordant des questions de budget ou d’investissement ou bien encore accéder à des services de télémédecine.

La guide virtuelle Penny accompagne les utilisateurs d’Omni afin de rendre la navigation plus conviviale. « L’application a été lancée en mode agile, donc nous y ajoutons des fonctions au fur et à mesure, précise Louis Nault. Par exemple, nous y grefferons bientôt notre simulateur de coût des médicaments, déjà disponible sur notre site Web. »

Desjardins innove aussi du côté de l’engagement des employés avec les régimes de retraite, grâce à son module E3nergie, qui aide les employeurs à adapter leur stratégie de communication avec un moteur d’analyse comportementale. Celui-ci catégorise l’intérêt, la motivation et les connaissances des participants. L’application fournit également un tableau de bord de leur engagement et permet de suivre leurs progrès. L’employeur peut donc mieux personnaliser ses communications sur les sujets liés à l’épargne-retraite.

 

Une première du côté de Sun Life 

Sun Life tente en outre d’aider les employés à maximiser l’utilisation de leurs régimes collectifs, notamment du côté de l’épargne-retraite. « L’application MAX Révision leur envoie des rappels périodiques pour les inviter à profiter pleinement de leur régime », illustre Jean-Michel Lavoie, vice-président aux stratégies et développement du marché, régimes collectifs de retraite de Sun Life. Les conseils portent sur des sujets variés, comme l’augmentation du niveau de cotisation, l’ajout d’un nouveau produit, le choix des actifs financiers ou encore la désignation de bénéficiaires. Notons que chez Sun Life, l’assistante virtuelle se nomme Ella. C’est par elle que ces notifications sont transmises.

En septembre 2021, Sun Life annonçait qu’elle devenait la première à mettre en place l’outil numérique de Conquest Planning sur toutes ses plateformes de services d’assurance et de gestion de patrimoine. Cette application utilise des capacités d’intelligence artificielle pour appuyer les adhérents dans l’établissement, la modification et le suivi de leurs objectifs personnels. Les participants accèdent à des scénarios prévisionnels, qui leur permettent de mieux comprendre les conséquences de leurs décisions à long terme, en plus de recevoir des stratégies personnalisées en fonction de leurs objectifs.

« Cet outil vise à aider les gens à épargner et à planifier leurs finances, mais aussi à décaisser leur épargne une fois qu’ils seront à la retraite, indique Jean-Michel Lavoie. C’est une étape cruciale, car la manière de décaisser a une grosse incidence sur la fiscalité des retraités. Il est essentiel de personnaliser les stratégies à ce moment-là. »

Grâce à l’application, ils peuvent aussi entrer en contact avec un consultant en chair et en os, qui pourra les accompagner dans leur exercice de planification financière. Du côté de l’assurance collective, Sun Life mise sur Lumino Santé où il est possible d’obtenir un rendez-vous rapide avec un professionnel de la santé. L’application propose des conseils et des articles de professionnels sur des sujets liés à la santé physique et mentale. 

Desjardins et Sun Life ne sont pas les seuls à innover. Beneva, par exemple, s’est associée l’an dernier avec l’entreprise technologique MedHelper dans un projet pilote : l’application mobile MédAide. Ce projet s’adresse aux assurés aux prises avec des problèmes de santé tels le diabète, l’hypertension, l’hypercholestérolémie ou la santé mentale, ainsi qu’à ceux qui consomment plusieurs médicaments. 

MédAide vise à favoriser leur prise des médicaments et le suivi du traitement. L’utilisateur pourra planifier ses dosages, établir des rappels, dresser l’inventaire de ses médicaments et savoir quand renouveler sa prescription. Un type d’initiative qui risque bien de se multiplier chez les assureurs les prochaines années.

Sur le même sujet

L'assurance vie est-elle un bon véhicule de placement?

03/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. «Il convient d'être prudent lorsque quelqu'un suggère l'assurance vie comme moyen d'épargner.»

5 aspects à surveiller pour l'achat d'une première maison

29/03/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Cette décision va bien au-delà de simplement investir dans une propriété.

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?