L'assurance-médicaments coûterait 11,2G$ en 2024-2025

Publié le 12/10/2023 à 16:30

L'assurance-médicaments coûterait 11,2G$ en 2024-2025

Publié le 12/10/2023 à 16:30

Par La Presse Canadienne

Le DPB estime que les économies réalisées sur les dépenses en médicaments s’élèveront à 1,4G$ en 2024-2025, et que ce chiffre passera à 2,2G$ d’ici 2027-2028. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Le directeur parlementaire du budget (DPB) affirme qu’un régime d’assurance-médicaments universel à payeur unique coûterait aux gouvernements fédéral et provincial 11,2 milliards de dollars (G$) la première année, et 13,4G$ dans cinq ans.

Le rapport du DPB, publié jeudi, fournit une estimation du coût d’un programme d’assurance-médicaments entre 2024-2025 et 2027-2028.

Il calcule le coût différentiel du programme, en tenant compte des dépenses actuelles des gouvernements dans les régimes publics d’assurance-médicaments, ainsi que des revenus qui seraient générés par le co-paiement d’un régime d’assurance-médicaments.

Les libéraux ont promis de déposer un projet de loi sur l’assurance-médicaments cet automne, dans le cadre de l’accord de soutien et de confiance que le gouvernement a conclu avec le Nouveau Parti démocratique.

Le rapport conclut qu’un régime d’assurance-médicaments universel à payeur unique entraînerait des économies à l’échelle de l’ensemble de l’économie, même s’il estime que l’utilisation de médicaments sur ordonnance augmenterait de 13,5%.

En effet, le rapport suppose que la mise en œuvre d’un régime universel à payeur unique permettrait de meilleures négociations sur les prix, ce qui entraînerait une baisse du prix des médicaments.

Le DPB estime que les économies réalisées sur les dépenses en médicaments s’élèveront à 1,4G$ en 2024-2025, et que ce chiffre passera à 2,2G$ d’ici 2027-2028.

Le rapport examine également d’autres régimes de couverture, alors que le gouvernement fédéral continue de travailler sur la forme que pourrait prendre un programme d’assurance-médicaments.

Un plan qui ne couvrirait que les médicaments en cas de catastrophe, terme utilisé pour décrire les médicaments coûteux qui pourraient entraîner des difficultés financières, coûterait aux gouvernements 400 millions de dollars supplémentaires la première année, et 2G$ sur cinq ans.

Un plan couvrant uniquement les médicaments essentiels, c’est-à-dire les médicaments répondant aux besoins prioritaires d’une population en matière de santé, coûterait plutôt 2,4G$ supplémentaires la première année, et 12,1G$ sur cinq ans.

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Beneva: dans l'assurance, une occasion à saisir

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

SPÉCIAL 300. L'IA est bien installée depuis une bonne quinzaine d'années à Beneva.

Des prestations de santé partiellement satisfaisantes

14/05/2024 | Avantages

Les prestations de santé offertes par les employeurs ne répondent pas aux besoins de plus de 50% des employés.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.