Que vaut la conception d'un bâtiment ?

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

Que vaut la conception d'un bâtiment ?

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

La conception d’un bâtiment peut mener à une augmentation de la productivité, une hausse du nombre de demandes d’emplois et une baisse de l’absentéisme. Sur notre photo, la bibliothèque de Drummondville, par Chevalier Morales architectes. [Photo: Chevalier Morales architectes]

L'architecture remonte peut-être à l'Antiquité, mais elle ne redoute pas demain pour autant. Non seulement est-elle aujourd'hui en pleine transformation numérique, mais les architectes affirment aussi qu'elle est plus pertinente que jamais pour créer de la valeur et répondre aux enjeux contemporains. Portrait d'un secteur qui continue de se redéfinir.

Jolie seulement, l'architecture de qualité ? Pas exactement, répondent les architectes, qui attribuent à cette notion non seulement la création d'une valeur culturelle, mais aussi économique et sociale. Pour eux, une conception adéquate peut réduire l'absentéisme au bureau, améliorer l'attrait touristique d'une région, différencier un projet immobilier ou soutenir le développement durable.

Pour qu'un projet architectural ait de la valeur, le rapport qualité-prix doit être avantageux, estime Jacques White, le directeur de l'École d'architecture de l'Université Laval. «Sauf que dans le cadre de nos projets d'architecture, en Amérique du Nord, nous avons une vision à court terme, dit-il. Nous pensons d'abord au prix, rarement à la qualité. Nous demandons combien ça coûte, mais nous réfléchissons rarement à ce que ça vaut.»

Les dimensions environnementale, sociale, culturelle, expérientielle et esthétique d'un projet, par exemple, sont encore, selon lui, trop souvent évacuées des débats. Et les projets en souffrent. Car selon M. White, le succès d'un projet à moyen et à long terme - le succès économique, notamment - est lié à la qualité, donc à la valeur.

Le succès de la Cité du Multimédia, par exemple, est lié au désir de l'architecte et du gestionnaire de projet, Clément Demers, d'opter pour la qualité, un attribut qu'ils croyaient essentiel pour faire d'un projet un bon investissement, raconte M. White. «M. Demers répétait à qui voulait l'entendre qu'au Québec, on est "trop pauvre pour construire cheap."«

Des preuves...

Les architectes ont-ils des preuves pour soutenir l'idée que de payer un peu plus rapporte beaucoup plus ?

M. White admet que les architectes et autres chercheurs n'en sont qu'à l'âge de pierre de leurs capacités à quantifier la valeur ajoutée des projets d'architecture de qualité. «Mais nous avons quelques indices», dit-il. Le directeur explique que différentes études postoccupationnelles qui visent à mesurer la satisfaction des usagers d'immeubles ont ainsi révélé, dans le cas de bâtiments logeant des entreprises, que la conception peut mener, par exemple, à une augmentation de la productivité, une hausse du nombre de demandes d'emploi, une baisse d'absentéisme, une réduction du stress et une augmentation du nombre d'interactions entre les personnes.

L'étude intitulée «Community Wellbeing : A Framework for the Design Professions» publiée en juillet dernier par le Conference Board du Canada recensait un projet de recherche ayant montré que les entreprises qui certifiaient leurs bureaux LEED voyaient leurs employés s'absenter moins souvent et travailler 39 heures de plus par année. La raison ? Une réduction des réactions allergiques et du stress : les bâtiments certifiés LEED ont souvent une meilleure exposition à la lumière du jour et une meilleure qualité de l'air.

Les lieux publics profitent aussi d'une meilleure architecture, affirme M. White. «Les musées et bibliothèques, par exemple, lorsqu'on les rénove et surtout que l'on fait appel aux concours d'architecture pour choisir un projet, connaissent souvent une hausse de fréquentation et une augmentation de la durée des visites.»

La bibliothèque Monique-Corriveau, de Québec, par exemple, est montrée par l'industrie comme étant un succès extraordinaire à cet égard. Un an après avoir été déménagée dans une ancienne église réhabilitée au look moderne et avoir ainsi triplé sa surface, elle a vu son nombre de visiteurs doubler, son nombre d'abonnés augmenter de 30 % et son nombre de prêts de livres augmenter d'autant.

... mais peu au Québec

Marie-Josée Lacroix, la commissaire au design du Bureau du design de la Ville de Montréal, note qu'il manque cruellement de données au Québec pour démontrer la valeur économique de la bonne architecture. «Les Britanniques, eux, ont par contre déjà produit plusieurs études sur ce sujet.»

Dans un article scientifique publié en 2016, l'économiste Gabriel M. Ahlfeldt, du département de géographie et d'environnement de la London School of Economics, a par exemple étudié le lien entre la qualité architecturale et la valeur des propriétés. Sa conclusion : la valeur des propriétés situées à l'intérieur des secteurs bénéficiant d'un statut de protection patrimoniale - ceux où l'architecture est distinctive - est selon ses calculs jusqu'à 18,6 % plus élevée que celle des autres maisons.

Au Canada, le professeur de psychologie Colin Ellard, de l'Université de Waterloo, commence pour sa part à débroussailler la question. Il a récemment démontré que la façade des bâtiments influence positivement ou négativement les humeurs des passants selon que celle-ci est intéressante et complexe ou simple et monotone.

Prises dans leur ensemble, soutient Jacques White, ces études et analyses forment selon lui une preuve convaincante de la valeur d'une architecture de qualité.

«Pour l'instant, au Québec, nous ne sommes pas encore très conscients de l'influence de la bonne architecture sur nos vies, dit-il. Peut-être que c'est justement parce que nous n'avons pas encore la chance de côtoyer quotidiennement, comme en Europe, une abondance de projets architecturaux de qualité.»

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «ARCHITECTURE 2018»

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Chevalier Morales Architectes : une relève qui mise sur la qualité

Édition du 27 Octobre 2018 |

Connue grâce aux concours, récompensée pour la qualité. C'est ainsi que l'on pourrait résumer le cheminement de ...

L'oratoire Saint-Joseph fait peau neuve

07/06/2018 | Romeo Mocafico

Le jury du concours organisé par l’Oratoire a dévoilé l’équipe prochainement en charge de l’aménagement du dôme.

OPINION La gouvernance au coeur du Code des professions
Édition du 14 Octobre 2017 | Marie Lyan
Les possibilités d'une île
Édition du 08 Juillet 2017 | Simon Lord
Le legs de l'oratoire Saint-Joseph
Édition du 08 Juillet 2017 | Claudine Hébert

À la une

Négos avec Air Canada: l'action de Transat continue à prendre de l'altitude

La période de négociations exclusives entre Transat A.T. et Air Canada se termine ce soir.

Forte hausse des revenus publicitaires chez Corus

Corus Entertainment (CJR-B) a dévoilé mercredi des revenus de 458 M$, en hausse de 4% au cours du 3e trimestre

Bourse: encore des aubaines malgré les sommets historiques

BALADO GESTIONNAIRES EN ACTION. Même si les indices américains sont à des sommets, on peut encore trouver des aubaines.