Architecture: le design actif pour favoriser la santé

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

Architecture: le design actif pour favoriser la santé

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Octobre 2018

Les firmes d’architecture et de design devraient tenter de convaincre les promoteurs et les décideurs locaux d’aller de l’avant avec le design actif. Sur notre photo, la place Valois, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. [Photo : Mélanie Dusseault]

La conception des bâtiments et des villes influe directement sur le mode de vie et, donc, sur la santé des gens qui y habitent. Pourquoi donc ne pas les penser de manière à favoriser le développement de bonnes habitudes ? C'est le principe derrière le design actif, une discipline de plus en plus populaire parmi les architectes.


Au cours des dernières années, un constat s'est imposé voulant qu'il faut de nouveau inciter les gens à marcher, à prendre leur vélo et à emprunter les escaliers, note Sylvain Lefebvre, un professeur au département de géographie de l'UQAM qui documente la question du design actif depuis 2012.


«La question qui se pose, dans ce contexte, est la suivante : existe-t-il, dans le cadre bâti, des éléments qui incitent les gens à être actifs ? Beaucoup de recherches ont été réalisées, et il s'avère que oui, plusieurs facteurs incitent les gens à bouger.»


Dans un contexte urbain, il peut s'agir d'élargir les trottoirs dans les quartiers résidentiels, d'interdire certaines rues aux voitures ou de rendre les traversées piétonnes plus sécuritaires. Dans le contexte d'un bâtiment, il peut s'agir simplement de mieux localiser les escaliers et de les embellir en les peignant, en y installant des affiches ou en améliorant l'éclairage, ou encore d'installer des douches et des casiers pour inciter les gens à prendre leur vélo.


Un bureau indépendant


Pour favoriser le développement du design actif dans la métropole, Sylvain Lefebvre aimerait que Montréal se dote d'un Bureau de design actif, comme l'a fait New York en créant son Center for Active Design. Ce bureau, fondé en 2012, a pour mission de soutenir et d'informer les décideurs. Il publie aussi de la recherche, offre du soutien technique ainsi que des outils numériques, et met à la disposition du grand public des lignes directrices et autres études de cas.


Un tel bureau à Montréal permettrait notamment de faire un suivi plus rigoureux des différentes mesures mises en place.


«La Ville fait déjà un bon travail, dit M. Lefebvre. Elle organise des colloques, rédige des guides et pilote une politique du sport et du plein air. Ce que permettrait un tel bureau serait de faire des évaluations plus indépendantes, de mieux comprendre pourquoi les mesures fonctionnent ou pas.»


Quel est le rôle des firmes d'architecture et de design dans tout ça ? Selon M. Lefebvre, celles-ci devraient, constatant que de nombreux projets de design actif sont des réussites, tenter de convaincre les promoteurs et décideurs locaux d'aller de l'avant avec le design actif. Elles doivent aider à la prise de conscience et encourager le dialogue.


«Les firmes ont une expertise et un savoir-faire dans ce domaine-là, souligne M. Lefebvre. Alors nous sommes en droit de nous attendre à ce qu'elles encouragent les bonnes pratiques en design actif.»


Projets municipaux


Pour ses projets de nouveaux bâtiments, la Ville de Montréal exige souvent que les firmes soient familières avec les principes de design actif, explique Pierre-Étienne Gendron-Landry, conseiller en aménagement et chef d'équipe à la direction des transports de la Ville de Montréal. «Pour les nouveaux bâtiments, nous cherchons toujours les accréditations LEED Or ou Argent, qui intègrent plusieurs principes inspirés largement du design actif.»


Sophie Paquin, urbaniste et professeure au Département d'études urbaines et touristiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), note cependant que les firmes sont la plupart du temps confrontées au défi des coûts. Selon elle, elles disposent de peu de marge de manoeuvre et doivent fréquemment composer avec des budgets limités, entre autres parce que les projets sont attribués le plus souvent au plus bas soumissionnaire.


Elle aimerait donc voir la Ville laisser une plus grande marge de manoeuvre budgétaire aux cabinets avec lesquels elle travaille pour leur permettre d'innover. «Les firmes ont un grand rôle à jouer pour trouver des solutions, mais il faut que la commande soit claire et qu'on leur donne une certaine latitude.»


Encourager la connaissance


Si, pour mieux savoir ce qui fonctionne ou pas en matière de design actif, Mme Paquin suggère de laisser aux firmes la possibilité d'explorer de nouvelles voies, elle croit aussi qu'il est crucial d'évaluer les résultats des différents projets. «Une tâche qui devrait revenir aux universitaires», croit-elle.


Les universités devraient aussi mieux intégrer les principes de design actif dans leurs programmes, puisque ces connaissances n'y sont pas encore complètement intégrées, selon ce qu'elle observe.


«Les étudiants n'ont pas tous été sensibilisés à cette question au même degré», dit-elle. À son avis, peut-être faudrait-il donc également faire de la formation continue. Devrait-il y avoir des cours obligatoires dans les ordres professionnels ? De la formation dans les firmes ?


«Peut-être, répond Mme Paquin. Une chose est sûre, tous les acteurs doivent participer. On doit s'assurer que les nouveaux enjeux sont compris de tous.»


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «ARCHITECTURE 2018»

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

22/05/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...

Notre planche de salut? La technologie et... l'amour!

23/05/2018 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est ce qu'a expliqué avec brio, ce matin, le designer brésilien Guto Requena à C2 Montréal...

OPINION Des ingénieurs à la rescousse du développement de produit
Édition du 10 Mars 2018 | Yan Barcelo
Des ingénieurs au coeur du design
Édition du 10 Mars 2018 | Yan Barcelo
La discipline du multidisciplinaire
Édition du 10 Mars 2018 | Yan Barcelo

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

Il y a 59 minutes | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour il y a 6 minutes | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.