G20 YEA 2023: bâtir un monde meilleur

Publié le 31/08/2023 à 16:50

G20 YEA 2023: bâtir un monde meilleur

Publié le 31/08/2023 à 16:50

Par lesaffaires.com

«Le défi principal de notre génération d’entrepreneurs est notre responsabilité de bâtir un monde meilleur», selon Andrew D’Amours. (Photo: courtoisie)

L’Alliance des jeunes entrepreneur.es du G20 (G20 YEA) est un rendez-vous annuel qui se déroule à la veille du Sommet des leaders. L’édition 2023 a permis de rassembler «des centaines des meilleurs jeunes entrepreneur.es à travers le monde afin d’établir et de faire avancer l’entrepreneuriat de la jeunesse comme moteur de croissance économique, d’innovation, et de changements sociaux», selon Futurpreneur Canada. L’organisme est un des membres fondateurs de l’événement, créant un réseau mondial de plus de 500 000 jeunes entrepreneurs.

Chacun des membres de la délégation québécoise a accepté de répondre à un questionnaire fourni par Les Affaires au sujet de leur expérience lors du Sommet en Inde.

Voici la série de portraits des 10 jeunes entrepreneurs de la délégation québécoise du G20 YEA.

Nom: Andrew D’Amours

Âge: 33 ans

Entreprise: Flytrippers

Domaine d’activité: Site de voyages

 

Pour vous, que représente le thème de cette année «Hum» (mot hindi pour «nous») et comment l’appliquez-vous dans votre entreprise?

Selon moi, «Hum» représente le fait que le monde entier est plus interconnecté que jamais. C’est la mission même de notre entreprise d’aider les Canadiens à aller voir le monde pour devenir plus ouverts d’esprit, élargir ses horizons et voir à quel point on est tous des humains qui veulent pas mal les mêmes choses. Ça ne se fait pas en restant chez soi ça, il n’y a pas d’autre moyen que de sortir et d’aller découvrir le monde.

 

Qu’avez-vous appris du savoir-faire indien en matière entrepreneuriale pendant votre séjour?

En discutant avec de nombreux délégués indiens et en écoutant les conférenciers locaux, j’ai trouvé inspirant de voir à quel point ils sont débrouillards. Je trouve que ça illustre bien quelque chose que tous les entrepreneurs devraient savoir, c’est-à-dire qu’il ne faut jamais attendre la perfection et il faut seulement agir. Les conditions et les infrastructures indiennes ne sont définitivement pas parfaites, mais la communauté entrepreneuriale passe par-dessus les obstacles en passant à l’action.

 

Selon vous, quels seront les enjeux principaux spécifiques à votre génération d’entrepreneurs?

À mon avis, les gouvernements et l’État ne parviennent tout simplement pas à résoudre les problèmes de la société. L’enjeu principal de notre génération d’entrepreneurs est notre responsabilité de bâtir un monde meilleur. Plus que jamais, cette lourde tâche incombe aux individus et ça rend le projet entrepreneurial plus grand que juste soi-même ou son entreprise.

 

Que pensez-vous avoir amené à la cohorte de Futurpreneur 2023?

J’essaie de toujours partager mes expériences, que ce soient mes implications dans le monde des startups et de l’entrepreneuriat ou bien mes nombreuses interactions avec différentes cultures à travers mes voyages. La clé selon moi est de toujours fournir et offrir de la valeur aux autres pour les aider à être des meilleurs humains. On peut tous le faire grâce à notre bagage et notre vécu unique.

 

Quel sujet discuté lors de votre participation au G20 YEA 2023 a-t-il le plus attiré votre attention et pourquoi?

La mondialisation et la disparition des frontières grâce à la technologie. Ça n’a jamais été aussi facile de faire disparaître ces barrières et je crois sincèrement qu’il n’y a rien de plus important pour n’importe quel individu que de sortir de sa zone de confort et explorer la richesse culturelle de chaque pays.

Sur le même sujet

La compétitivité du Canada dépend d'une implication constante avec la Chine

COURRIER DES LECTEURS. «Nous espérons que nos gouvernements reprendront le dialogue.»

Quatre leçons d’affaires à retenir de l'empire portugais

EXPERT INVITÉ. Un bestseller de l'historien britannique Roger Crowley peut être une source d'inspiration pour les PDG.

À la une

L’économie et l’électricité plombent les résultats de Montréal International

Mis à jour il y a 4 minutes | Dominique Talbot

Selon le PDG, le ralentissement économique à l’échelle internationale a eu des impacts importants sur les résultats.

Montréal International rapporte une baisse de 23% des investissements internationaux

Mis à jour il y a 24 minutes | La Presse Canadienne

L'organisme Montréal International a accompagné 87 projets pour un total de 2,74 milliards de dollars en 2023.

Mistral, désormais soutenu par Microsoft, lance une IA conversationnelle

Mis à jour il y a 53 minutes | AFP

Le groupe français valorisé à quelque 2 milliards de dollars vante des performances comparables à celle de GPT-4