France: 16 patrons réclament un nouvel impôt sur les riches

Publié le 23/08/2011 à 09:45, mis à jour le 23/08/2011 à 11:21

France: 16 patrons réclament un nouvel impôt sur les riches

Publié le 23/08/2011 à 09:45, mis à jour le 23/08/2011 à 11:21

Par AFP

[Photo : Bloomberg]

Seize patrons d'entreprises françaises et très grandes fortunes ont signé un texte demandant "l’instauration d’une +contribution exceptionnelle+ qui toucherait les contribuables français les plus favorisés" afin de réduire le déficit budgétaire de la France.

"Nous sommes conscients d'avoir pleinement bénéficié d'un modèle français et d'un environnement européen auxquels nous sommes attachés et que nous souhaitons contribuer à préserver", écrivent-ils dans cet appel publié sur le site du Nouvel Observateur et dans son édition à paraître jeudi.

"Au moment où le gouvernement demande à tous un effort de solidarité, il nous semble nécessaire d'y contribuer", ajoutent-il.

Cet appel est signé par Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, Antoine Frérot, DG de Véolia Environnement, Denis Hennequin, PDG d'Accor, Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac, Maurice Lévy, PDG de Publicis, Christophe de Margerie, PDG de Total, Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale, Jean Peyrelevade, président de Leonardo France, Franck Riboud, PDG de Danone, Stéphane Richard, PDG d'Orange, Louis Schweitzer, président de Volvo et de AstraZeneca, Marc Simoncini, président de Meetic, Jean-Cyril Spinetta, président d'Air France-KLM et président du Conseil de surveillance d'Areva, et Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot-Citroën.

Claude Perdriel, président du Conseil de surveillance du Nouvel Observateur et Liliane Bettencourt, actionnaire de L'Oréal, y ont également apposé leur signature.

Ils précisent que cette contribution devrait être calculée "dans des proportions raisonnables" afin d'éviter "les effets économiques indésirables tels que la fuite des capitaux ou l'accroissement de l'évasion fiscale". Il ne s'agit pas d'une "solution en soi: elle doit s'inscrire dans un effort plus global de réforme, tant sur les dépenses que sur les recettes", selon eux.

Maurice Lévy, qui est également président de l'Association française des entreprises privées (Afep), avait été le premier en France à se dire favorable à une "contribution exceptionnelle" des plus hauts revenus, en écho à un appel de l'investisseur milliardaire Warren Buffett aux Etats-Unis à la mi-août.

Pierre Bergé, ancien dirigeant de la maison Saint-Laurent, et Geoffroy Roux de Bézieux, le PDG de Virgin Mobile, avaient suivi quelques jours plus tard.

D'autres patrons n'ont pas souhaité signer le texte du Nouvel Observateur, mais ne se déclarent pas pour autant hostiles à un effort fiscal supplémentaire, précise l'hebdomadaire.

Ils estiment néanmoins que cette mesure devra s'accompagner d'efforts supplémentaires, comme la restauration de la compétitivité de la France ou la réduction des dépenses publiques. Il s'agit de Claude Bébéar, président de l'Institut Montaigne, Henri de Castries, PDG d'Axa, Henri Lachmann, président du Conseil de surveillance de Schneider Electric, Michel Pébereau, président de BNP Paribas.

Bertrand Puech et Patrick Thomas, de Hermès, insistent quant à eux sur la création de valeur.

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.