Il invente le téléphone intelligent transparent

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

Il invente le téléphone intelligent transparent

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

Jérôme Lapointe a toujours été fasciné par la vision. Le chercheur de 33 ans a consacré son projet de maîtrise à Polytechnique Montréal à développer un oeil artificiel muni d'une pupille qui varie selon la luminosité. Depuis trois ans, le doctorant en génie physique met au point des dispositifs invisibles à l'oeil nu. Une première mondiale qui attire les plus grands fabricants de téléphones et de tablettes intelligents.

Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 

«Comprendre la physique me fait vibrer, dit-il. J'ai toujours rêvé de créer des télévisions transparentes. La première étape, c'était de réussir à fabriquer des dispositifs invisibles, et c'est dans la vitre d'un téléphone qu'on a pu le faire.»

Avec son directeur de thèse Raman Kashyap, Jérôme Lapointe a développé une méthode pour graver des guides d'ondes à l'intérieur du verre protecteur de téléphones intelligents. Comme les fibres optiques qui acheminent l'information à nos maisons, ces conduits microscopiques guident la lumière dans la vitre, la rendant fonctionnelle.

Cette découverte ouvre la porte à de nombreuses applications. Par exemple, on pourrait y déposer une goutte de sang pour mesurer son taux de glycémie.

(Photo: Jérôme Lapointe)

Pour les géants du multimédia, dont certains ont déjà approché le diplômé en génie, l'invention permettrait d'exploiter l'espace perdu dans les vitres. Mais, prévient-il, «je ne pense pas qu'on puisse la commercialiser de si tôt». Les dispositifs sont peut-être prêts, mais encore faut-il les intégrer aux téléphones.

Sa thèse tirant à sa fin, Jérôme Lapointe compte démarrer bientôt son entreprise, Pi-Phone, avec l'aide d'une subvention de 125 000 $ du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

En collaboration avec Univalor, il consacrera la première année de son activité au développement d'un prototype fonctionnel sur un cellulaire, pour peut-être, un jour, commercialiser son invention.

Le champion de l'optique contribue ainsi à l'important bassin d'entreprises-laboratoires, qu'il surnomme la Photonics River, un clin d'oeil au fleuve Saint-Laurent. «Je crois qu'un jour, nous serons reconnus comme la Silicon Valley de la photonique !»

Ce qu'il rêve de changer : «Faire fonctionner davantage d'appareils grâce à la lumière. Chaque année, de plus en plus d'éléments électriques sont convertis à la lumière, comme les fibres optiques. C'est beaucoup plus environnemental, et on peut transmettre plus d'information, plus rapidement.»

Jérôme Lapointe (33 ans)

Génie physique, concentration optique-photonique

Polytechnique Montréal

Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

L’État reprend (enfin) sa place dans l’économie

27/02/2021 | François Normand

ANALYSE — La crise a discrédité le discours des partisans du laissez-faire et du néolibéralisme tous azimuts.

Comprendre l'impact d'une hausse des taux d'intérêt

26/02/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’évaluation de tout actif financier est tributaire des taux d'intérêt.

Le G20 relance le chantier d'une taxation des géants du numérique

26/02/2021 | AFP

Washington renonce à une condition posée fin 2019 par l’administration Trump.