Électrifier les transports, la voie de l'avenir

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

Électrifier les transports, la voie de l'avenir

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

Avec un père vendeur de voitures et un frère mécanicien, Olivier Côté a hérité de la passion familiale pour l'automobile. Le jeune homme de 28 ans originaire de Lévis a commencé à s'intéresser sérieusement aux véhicules électriques après un DEC technique en génie mécanique. Il a ensuite approfondi ses connaissances en suivant un baccalauréat et une maîtrise à l'Université du Québec à Rimouski, qui offre un programme mixte en électromécanique. Au cours de ses études, il a enchaîné les projets. De la trottinette électrique aux véhicules convertis à l'huile végétale, Oliver Côté maîtrise les essais et erreurs.

Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 

Mais le projet qui lui tient le plus à coeur, c'est le système de traction électrique par moteur-roue. À l'université, il participe au projet Volt-Fast dans le cadre duquel il développe un véhicule tout terrain écologique en utilisant la mécanique et l'électricité. «Tout au long de mes études, j'ai cherché à créer des méthodes de production en série viables. Mais le commerce du petit véhicule est déjà saturé, déplore l'ingénieur. Il est donc difficile pour le Québec de se faire une place. Pourtant, c'est le système qui consomme le moins et qui, en mode économique, aurait la plus grande autonomie.»

Bien que le prix de la motorisation de ce genre de véhicule est de trois à quatre fois plus élevé que les modèles actuellement sur le marché, l'installation du moteur-roue permettrait de récupérer jusqu'à 80 % d'énergie lors des freinages, par rapport à 35 à 40 % pour les véhicules hybrides. «Mais il faut qu'il y ait une demande de l'industrie pour motiver les avancées dans le domaine», souligne Olivier Côté.

En octobre 2014, il rejoint les rangs du Centre national du transport avancé, à Laval. Depuis mars 2015, il oeuvre comme ingénieur junior chargé de projet à l'Institut du véhicule innovant, à Saint-Jérôme. Il travaille à la mise au point d'autobus scolaires 100 % électriques à faible coût pour Autobus Lion. Il aide également les entreprises à mettre au point des composants de véhicules et à les commercialiser. Même s'il a délaissé le moteur-roue, il n'en reste pas moins convaincu que l'électrification des transports représente l'avenir. «On a des choix de société à faire, et je suis dans le bon domaine pour trouver une solution en transport», dit-il.

Olivier Côté (28 ans)

Génie mécanique, spécialisation en systèmes électromécaniques

Université du Québec à Rimouski

Ce qu'il rêve de changer : «J'aimerais que le gouvernement s'implique davantage dans des projets qui misent sur l'électrification des transports. Mon rêve le plus fou, c'est qu'il y ait une volonté politique réelle et qu'on arrête de s'attarder aux projets de développement pétrolier.

Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Dermadry : même en pleine canicule, cette start-up montréalaise élimine la sueur excessive

Il y a 1 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. Plus sérieusement, Dermadry a la seule technologie homologuée pouvant traiter les cas de sudation excessive.

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».