Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires
Contenus partenaires

Aperçu des solutions au surendettement : du remaniement du budget à la faillite

Pierre Roy et Associés|Mis à jour le 12 juin 2024

Quand on parle de finances personnelles et de problèmes de surendettement, il existe une infinité de différents scénarios. Pour certaines personnes le défi est de taille : dettes d’impôts sur plusieurs années, de nombreuses cartes de crédit à leur limite, des paiements en retard sur l’hypothèque, alors que pour d’autres la situation est beaucoup moins critique. Le rôle du syndic autorisé en insolvabilité (SAI) est d’évaluer adéquatement la situation financière du client et d’expliquer les solutions appropriées au problème.

Comme notre tolérance au stress et à la pression des créanciers diffère d’une personne à l’autre, certaines personnes appellent à l’aide tôt alors que d’autres attendent d’être poussés à leur limite. Dans tous les cas, heureusement, il existe des solutions. Cependant, il est clair que le plus tôt que le problème est adressé, le plus d’options s’offrent à nous. Nous allons ici aborder rapidement plusieurs de ces solutions.

Niveau 1 : révision du budget. Il n’est pas rare de constater qu’une personne s’est endettée lentement sur plusieurs années sans même s’en rendre compte. Il suffit d’un léger débalancement du budget pour ajouter quelques centaines dollars de dettes par mois. Cela n’est pas difficile à faire : on met la différence sur la carte ou la marge de crédit. Comment savoir si c’est notre cas? Il n’existe pas de solution magique, il faut prendre le temps de faire un budget. Cette étape permettra de réaliser si on s’endette ou si on met de l’épargne de côté. Ensuite, une fois le budget établi, il est fortement recommandé de le valider contre ses vraies dépenses pendant quelques mois, car on oublie souvent des dépenses irrégulières dans la première version de son budget.

Pour vous aider, vous pouvez utiliser notre calculatrice de budget en ligne ou notre feuille de calcul (Excel ou PDF).

Niveau 2 : consolidation de dettes. Si votre niveau d’endettement n’est pas alarmant, mais que vos dettes sont très coûteuses (des taux d’intérêt de 19% sur vos cartes de crédit, par exemple), la consolidation de dettes pourrait être une bonne solution pour vous. Il est même possible, si vous avez une propriété (maison ou condo), d’obtenir une consolidation avec une marge de crédit hypothécaire. Cela vous permettra de grandement réduire les intérêts payés sur vos dettes et vous donnera aussi un calendrier de paiements fixe. Faites attention à ne pas abuser de cette solution et de vous réendetter sur vos cartes de crédit. On recommande d’abaisser votre limite de crédit à environ 1 000$ ou 2 000$ si vous optez pour la consolidation de dettes.

Niveau 3 : négocier avec vos créanciers. Beaucoup seraient surpris d’apprendre que les créanciers sont ouverts à la négociation. Si vous les appelez et leur expliquez votre situation, ils pourraient soit prolonger votre délai de paiement, ou encore, réduire le montant de votre dette. Si votre compte a été envoyé au recouvrement, votre capacité de négociation devrait être encore plus grande. Les agences de recouvrement ont passablement de marge de manœuvre sur le montant qu’elles espèrent récupérer.

Niveau 4 : proposition de consommateur.
Si vous créanciers ne sont pas ouverts à la négociation, ou si votre endettement est trop lourd, vous pouvez les amener à négocier quand même grâce à la proposition de consommateur. Il s’agit d’une solution permettant d’offrir un remboursement partiel des dettes sur une période allant jusqu’à 5 ans. Par exemple, si vous avez 50 000 $ de dettes sur des cartes de crédit et d’impôts impayés, vous pourriez offrir un remboursement de 30%, soit 15 000 $ sur 5 ans, soit 250 $ par mois. Le montant du remboursement est généralement déterminé selon ce que votre budget vous permet de faire ainsi que de la valeur de vos actifs. Cette option s’avère gagnante-gagnante, car le créancier touche une partie du montant dû et le particulier évite la faillite et conserve tous ses biens.

Niveau 5 : la faillite personnelle. Lorsque toutes les autres options ont été considérées, il faut parfois faire face à l’inévitable, soit la faillite personnelle. La faillite demeure l’option la plus rapide et efficace pour remettre le compteur à zéro. De plus, contrairement aux mythes populaires, déclarer faillite ne veut pas dire tout perdre. En fait, une majorité des biens personnels ne sont pas saisissables et les biens mis en garanties (une maison hypothéquée ou un véhicule financé) sont normalement conservés pourvu que les paiements continuent d’être effectués et qu’il n’y ait pas d’équité (c’est-à-dire de profit à faire sur une vente). Même les placements REER sont protégés, à l’exception des contributions des 12 derniers mois. L’objectif de la faillite et de permettre un nouveau départ aux gens honnêtes, mais malchanceux.

Pierre Roy & Associés offre des consultations sans frais et confidentielles. Prenez rendez-vous en ligne au www.pierreroy.com.

Les conseillers en réorganisation financière de Pierre Roy & Associés guident des milliers de Québécois chaque année vers une meilleure santé financière.