«Les entreprises ne font pas un bon travail avec le big data» - Claude G. Théoret, pdg de Nexalogy Environics

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Mai 2016

«Les entreprises ne font pas un bon travail avec le big data» - Claude G. Théoret, pdg de Nexalogy Environics

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Mai 2016

Par François Normand

Alexis Smirnov, directeur de la technologie de Nexalogy Environics et Claude G. Théoret, pdg et fondateur de Nexalogy Environics. [Photo : Jérôme Lavallée]

Comment le recours aux données massives (big data) peut-il aider concrètement une entreprise à croître ?

Claude G. Théoret - Elles permettent de comprendre le client. Les consommateurs laissent des traces sur les réseaux sociaux après avoir acheté des produits ou en adhérant à des programmes de fidélisation. On sait où ils consomment, et, si nous avons leur courriel, nous pouvons faire des corrélations entre toutes sortes de données les concernant.

Alexis Smirnov - Les données massives donnent aussi la possibilité de faire des économies d'échelle. C'est ce qui permet aux entreprises de survivre et de grossir dans un environnement où les marges bénéficiaires sont de plus en plus petites. Les sociétés qui maîtrisent ces données peuvent donc se contenter de marges inférieures par rapport à leurs concurrents qui ne les maîtrisent pas. Amazon en est un exemple.

Les entreprises québécoises utilisent-elles suffisamment les données massives ?

A.S. - En général, pas du tout ! Pourtant, elles peuvent saisir assez facilement ces occasions d'affaires en se servant des données qu'elles ont déjà, grâce aux technologies existantes, sans même recourir à des outils de pointe.

C.T. - Les entreprises ne font pas un bon travail actuellement. Cette situation tient principalement au manque de main-d'oeuvre pour traiter les données, selon une étude de McKinsey. Uniquement aux États-Unis, il manquera 1,5 million de travailleurs en 2018. Plusieurs sociétés ont investi dans les infrastructures technologiques, mais pas assez dans la main-d'oeuvre. Auparavant, les spécialistes en marketing ne manipulaient pas les données massives. Aujourd'hui, ils doivent impérativement savoir le faire.

Quel investissement une entreprise doit-elle faire pour maximiser l'utilisation des données massives ?

C.T. - Il faut dénicher les personnes qui aideront les entreprises dans l'achat des technologies. Aujourd'hui, l'offre est tellement diversifiée qu'il faut faire le bon choix avant d'investir des milliers, voire des millions de dollars. Or, la main-d'oeuvre qualifiée est la chose la plus difficile à trouver. Il n'y a pas de technique ou de baccalauréat dans ce domaine.

A.S. - Les entreprises doivent investir dans la formation de leurs employés afin d'avoir une expertise propre à leur industrie. Je ne conseille pas aux sociétés d'investir dans la quincaillerie pour gérer leurs données. Elles devraient plutôt utiliser des plateformes comme Google Cloud, Amazon Web Services ou Microsoft Azure.

CV

Claude G. Théoret, pdg et fondateur de Nexalogy Environics et Alexis Smirnov, directeur de la technologie de Nexalogy Environics.

Nexalogy Environics, de Montréal, met au point des systèmes d'analyse de données sociales qui permettent aux entreprises d'extraire de la valeur à partir des données présentes sur les réseaux sociaux.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

McGill veut former plus de professionnels en analyse des données

10/01/2018 | Denis Lalonde

L'Université McGill lance deux certificats de perfectionnement professionnel en science des données.

Utiliser les données, oui, mais pourquoi ?

Édition du 11 Novembre 2017 | Les Affaires

Les entreprises qui utilisent correctement leurs données peuvent en tirer de précieux avantages, soutient une étude ...

À la une

Ottawa donne le feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain

Le premier ministre Justin Trudeau donne un autre feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain.

Gare aux faux «influenceurs»

BLOGUE INVITÉ. Un peu comme pour le dopage dans le cyclisme, certains savaient, mais peu ont agi.

Financement participatif: Hardbacon veut obtenir 1,5M$

La start-up Hardbacon lance une campagne de financement participatif pouvant lui rapporter un montant maximal de 1,5M$.