Dollorama, la nouvelle élite du détail

Publié le 02/06/2011 à 17:00, mis à jour le 15/06/2011 à 14:42

Dollorama, la nouvelle élite du détail

Publié le 02/06/2011 à 17:00, mis à jour le 15/06/2011 à 14:42

Par Marie-Eve Fournier

Un dollar à la fois, Larry Rossy a réussi à bâtir un géant de la vente au détail qui n’a pas d’équivalent au Canada. Dans son créneau, Dollarama compte deux fois plus de magasins (652) que tous ses concurrents réunis ! Et la croissance se poursuit, à coups de 50 nouvelles adresses par an, toutes corporatives. Grâce à des stratégies efficaces, les résultats financiers de l’entreprise établie à Montréal ne cessent d’étonner.

Depuis cinq ans, ses ventes ont bondi de 60 % et ont atteint 1,4 milliard de dollars. Ses profits ont suivi la même courbe (+ 63 %) et frôlent désormais les 120 millions. Les analystes n’ont que de bons mots pour Dollarama depuis son entrée en Bourse en 2009. Ils soulignent l’excellence de son marchan-disage, de sa logistique et de son équipe de direction. Pour Keith Howlett, de Desjardins, le détaillant québécois fait partie de « l’élite des sociétés de détail en croissance »

Liens vers les autres profils:

Le moteur d'avenir de Pratt & Whitney

L'avenir du poisson grâce à Hydronov

Beyond the Rack: entre eBay et Winners

Premier Tech: conjuguer tourbe et technologie vertes

Exfo se trouve derrière la révolution des télécoms

CAE Santé donne vie a des mannequin high-tech

Atrium a de grandes ambitions

Une avenir «florissant» pour Bio K+

Enerkem permet de passer du déchet à la pompe

Sid Lee s'impose comme emblème de la créativité

Stingray digital: en avant la muisque

iWeb: dans les nuages

Les deux de Québec pour Frima

La ruée vers l'or bleu pour GLV


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bénéficiaires de la PCU, préparez-vous déjà à payer de l'impôt, disent des experts

« Mon premier conseil consisterait à rappeler aux gens que (la PCU) est un avantage imposable ».

À surveiller: Stingray, Lassonde et Financière CI

Que faire avec les titres de Stingray, Lassonde et Financière CI? Voici quelques recommandations d'analystes.

Le déficit commercial canadien croît plus que prévu en juin

10:48 | AFP

Malgré tout, les échanges commerciaux restent bien en dessous des niveaux de février.