Comment transformer un danger en occasion ?

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Mai 2015

Comment transformer un danger en occasion ?

Offert par Les Affaires


Édition du 30 Mai 2015

Par Olivier Schmouker

EXÉCUTION

Rebondir sur l'obstacle devenu tremplin

Une entreprise qui est justement en train de concrétiser un rêve, c'est Guru, la montréalaise qui n'a pas peur de se frotter aux géants des boissons énergisantes que sont Monster et Red Bull. Son équipe a en effet effectué de nombreuses recherches, qui l'ont amenée à saisir que l'avenir appartenait... aux eaux pétillantes biologiques !

«Cela fait déjà un moment que notre clientèle cible - les urbains qui mordent dans la vie à pleines dents - ne s'intéresse plus aux produits naturels. Elle veut à présent du bio. Et demain, elle refusera absolument tout ce qui est le moindrement artificiel. En conséquence, il nous fallait lui proposer au plus vite un produit qui devancerait ses besoins à venir», dit Carl Goyette, vice-président, ventes et marketing, de Guru.

Voilà pourquoi la PME a concocté dans le plus grand secret trois nouvelles boissons pétillantes biologiques à saveurs de grenade, de lime et de pamplemousse rouge. Toutes sont 100 % bios, sans sucre ni aucune calorie. Mis à part les arômes, elles ne contiennent que de l'eau, des bulles et 100 mg de caféine par canette, issue d'une infusion de thé vert, de ginseng, de guarana et d'échinacée (c'est de là que vient le côté énergisant de la boisson dénommée, pour l'instant en anglais, Organic Sparkling).

«Nous les commercialisons déjà aux États-Unis, histoire de prendre le pouls du marché. Je peux vous confier que les résultats sont si encourageants qu'on a décidé de les lancer sur le marché québécois dès cet été», dit Carl Goyette.

Le principal défi à relever ? Il tient au fait que le tout nouveau produit est en avance sur son temps. C'est que nombre de consommateurs ont encore une perception négative du bio («Ça goûte moins bon», «Ça coûte plus cher», etc.). «Le gros de nos ventes se fait dans les dépanneurs, qui ne sont pas réputés vendre des produits bons pour la santé. Et là, nous allons leur demander de faire un virage à 180 degrés. Mais c'est un virage santé qu'ils vont devoir faire, de toute façon.» Lors du dernier congrès U Carwacs de Toronto, qui réunit les gérants de stations-services, Brian Hannasch, le pdg de Couche-Tard, disait en allocution d'ouverture que l'industrie, pour redorer son blason, devait abandonner la malbouffe au profit des produits sains, raconte Carl Goyette pour appuyer son propos.

Le pari n'est pas gagné d'avance, mais au moins, il est lancé. Au lieu de baisser les bras à l'idée que les goûts de ses clients changeront au détriment de ses boissons actuelles, Guru a eu l'audace d'y voir une occasion en or de devancer la concurrence. Ce que Carl Goyette résume comme suit : «C'est très simple, si l'on se fige devant un obstacle, on finit toujours par se faire dépasser.»

1. Sommaire du dossier
2. Douter, analyser, puis foncer
3. Comment transformer un danger en occasion
4. La gestion des risques, un outil stratégique
5. 10 questions à poser à la direction
6. Douter... pour frapper encore plus fort
7. Conquérir le monde avec audace et rigueur
8. Utiliser le risque comme carburant
9. La géopolitique, cette négligée
10. Tout faire pour éviter la panne sèche
11. Votre entreprise est-elle assurée contre les pirates
12. Cyberattaques: L'ABC des bonnes pratiques
13. Toutes les brèves des 500

À suivre dans cette section

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

07/12/2019 | François Normand

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...