La crise des talents propulse Solutions Rideau

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Octobre 2016

La crise des talents propulse Solutions Rideau

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Octobre 2016

« Les entreprises comprennent de plus en plus que c’est avec la reconnaissance qu’elles obtiennent l’engagement de leurs employés », affirme Peter W. Hart, président de Rideau. [Photo : Jérôme Lavallée]

S'il faut en croire son patron, Solutions de reconnaissance Rideau a encore de belles années de progression devant elle.

«Les entreprises comprennent de plus en plus que c'est avec la reconnaissance qu'elles obtiennent l'engagement de leurs employés, affirme Peter W. Hart, président et chef de la direction. Et c'est aussi ce qui leur permet d'attirer et surtout de retenir les meilleurs.»

La PME montréalaise fondée en 1912 propose un large éventail de solutions de reconnaissance et de récompenses, y compris de la formation et des outils de communication.

À l'été 2015, en achetant pour 5,5 millions de dollars Birks Business, la division des services aux entreprises de Birks, Rideau a fait grossir son effectif de 25 employés (elle en compte maintenant 290). Mais elle a aussi gagné une nouvelle clientèle : les PME.

«La plupart des clients de Birks Business étaient de petites entreprises, alors que de notre côté on servait surtout les grandes, comme Intel, Boeing, RioTinto, Oracle, BMO et d'autres institutions financières, dit M. Hart. Avec l'acquisition, on a désormais un bassin de PME à qui on peut proposer nos divers programmes.»

La transaction permet aussi à Rideau d'ajouter les produits Birks à sa gamme de montres, de bijoux, d'épinglettes, de porte-clés, de casques d'écoute et d'autres produits offerts en récompense ou en cadeau. «On avait déjà de grandes marques, comme Bulova et Tissot, et maintenant on a Birks», se réjouit M. Hart.

De plus, son entreprise développe un nouveau créneau, celui des cadeaux d'entreprise offerts lors d'événements. «C'est quelque chose qu'on ne faisait pas avant d'acheter Birks Business», dit l'homme d'affaires.

Cela dit, la vente d'objets ne représente qu'une petite partie des revenus de Rideau. Ce qui fait sa renommée, ce sont ses programmes de reconnaissance (années de service, santé et sécurité, primes d'encouragement et de rendement, concours, etc.) et sa plateforme technologique qui permet aux entreprises de regrouper tous leurs programmes sous un portail personnalisé.

Récemment, une multinationale du divertissement s'est ajoutée à sa liste de clients. Une grosse prise. Rideau est tenue au secret quant à l'identité de celle-ci, mais pensez à une entreprise quasi centenaire et connue aux quatre coins de la planète...

Deux millions de personnes touchées

La croissance de Rideau est aussi dopée par le fait que certains clients étendent leurs programmes de reconnaissance à leurs installations de partout dans le monde. «De plus en plus, les grandes entreprises veulent gérer la reconnaissance globalement, dit M. Hart. Ce n'est pas seulement un enjeu nord-américain.»

Avec ses solutions de reconnaissance, la PME se targue de motiver et d'accroître la productivité de quelque deux millions de salariés dans plus de 90 pays.

Pour assurer sa croissance, elle mise beaucoup sur son nouveau programme Vistance, qui sert notamment à mesurer l'impact de la reconnaissance sur les indicateurs de performance de l'entreprise. Ce programme comprend aussi des modules d'apprentissage en ligne pour guider les gestionnaires dans l'expression de la reconnaissance aux employés.

Enfin, pour compléter son offre, Rideau veut acquérir ou prendre une participation dans une entreprise du domaine de la santé au travail. Elle a entamé des démarches en ce sens.

SOLUTIONS DE RECONNAISSANCE RIDEAU

Nombre d'employés : 290 

Rang au classement : 16e

Croissance 1 an : 45 %


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Quel est le plan B pour nos héros du système de santé?

Il y a 49 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est qu'ils sont plus fragiles que ce qu'on croit, selon une étude cosignée par un chercheur de McGill.

COVID-19: profiter de la crise pour se réinventer

Il y a 49 minutes | Denis Lalonde

«J'ai pris mes meilleures décisions en temps de crise», dit Marion Duchesne, PDG de Mediaclip.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Il y a 25 minutes | LesAffaires.com et AFP

L’espoir de voir l’Europe se diriger vers un possible pic du coronavirus redonnant de l’énergie.