Force d'attraction

Publié le 20/10/2012 à 00:00, mis à jour le 12/11/2012 à 09:24

Force d'attraction

Publié le 20/10/2012 à 00:00, mis à jour le 12/11/2012 à 09:24

L'argent ne fait pas le bonheur

En tête de liste des bonnes pratiques, donc, la souplesse. Certes, toute tâche doit être rémunérée à sa juste valeur. Cependant, les employeurs, les experts et les employés interrogés sont unanimes : l'argent ne fait pas le bonheur.

Dès l'élaboration de son plan d'affaires, le cofondateur de Frima Studio, Steve Couture, avait pour objectif de faire de l'entreprise «le lieu de travail le plus "le fun" du monde». Lorsque deux géants du jeu vidéo s'installent à Québec deux ans plus tard, c'est la panique. «L'un d'entre eux arborait une bannière "Nous recrutons" qui devait valoir à elle seule plus que notre loyer de l'époque ! J'avais l'impression qu'ils cherchaient à recruter mes employés ! Nous avons pensé augmenter les salaires, puis nous nous sommes dit que nous perdrions cette guerre de surenchère, que ce serait David contre Goliath. Nous avons plutôt développé des stratégies créatrices.» Au menu : paniers de fruits frais quotidiens, aires de jeux et de détente, passes d'autobus, systèmes de points cumulés à la performance échangeables contre des services en tout genre, cinq jours de congé maladie payables si non utilisés, trois semaines de vacances... À ces programmes s'ajoutent la conciliation travail-famille grâce aux horaires flexibles, mais aussi l'engagement et la consultation. Le volet Frimagination permet aux employés de proposer un projet aux décideurs. S'il est retenu, l'employé peut dégager du temps pour le réaliser. Si le projet est commercialisé, l'employé touchera des redevances sur le produit final. «Cette idée nous est venue pendant que nous nous demandions ce que nous pouvions offrir à nos employés que des géants ne pourraient pas leur proposer. Dans une grande organisation, ce genre de latitude est difficile à obtenir.»

Que vaudraient la flexibilité et l'incitation à s'engager sans un environnement de travail agréable ? La qualité de vie à l'emploi est un des éléments les plus recherchés par les employés. Chacun des 65 membres du personnel d'APN, une entreprise manufacturière de Québec qui fabrique des pièces de haute technologie pour les secteurs de l'aviation et de la Défense, peut voir la lumière du jour depuis son poste de travail. Les fenêtres comptent pour 60 % de la surface extérieure de l'immeuble. On y accorde une importance considérable à la propreté, et l'usine a été délibérément bâtie dans un boisé. «Nous avons parié sur l'investissement dans l'environnement de travail», explique le vice-président Yves Proteau. Le secteur d'activité n'étant pas des plus populaires auprès des jeunes, l'entreprise a compris qu'elle devrait se démarquer. Même approche chez CPM Solutions Mécaniques Avancées, une entreprise située à Châteauguay. Pour attirer une main-d'oeuvre qui se raréfie, les deux PME soignent leurs relations avec les écoles techniques, les cégeps et les universités, afin de se donner une bonne visibilité. Le fait de se faire connaître des établissements de formation et d'engager des stagiaires permet d'avoir accès à un bassin d'employés potentiels, pense Yves Proteau. CMP organise des visites industrielles pour les écoles et laisse à ses employés le soin de présenter eux-mêmes leur travail. Toujours chez CMP, la consultation du personnel a été une des clés qui a permis de trouver des méthodes de rétention. Machinerie et équipements à la fine pointe de la technologie, programme de génération d'idées associé à un système de récompenses qui favorise l'engagement et le sentiment d'appartenance, installation de sièges ergonomiques : autant de mesures qui découlent de souhaits exprimés par les employés et considérés par la direction. Comprendre les attentes et les besoins a aussi mené à une bonification de la politique de santé et sécurité au travail (SST). Tout le monde y gagne : les blessures sont moins fréquentes, ce qui représente une économie de 30 % en frais d'assurance, et une gestion allégée des congés de maladie pour la direction. Question de logique, selon Michel Labrecque, vice-président aux ressources humaines. «Qui voudrait rester dans une entreprise s'il n'y est pas bien traité ?»

Capital humain


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Votre chaîne d'approvisionnement peut-elle résister aux virus?

22/02/2020 | François Normand

ANALYSE - Les chaînes d'approvisionnement sont vulnérables. Voici trois stratégies pour réduire les risques de rupture.

Titans techno: un peu trop tôt pour parler de fièvre

BLOGUE. Les parallèles avec la bulle dot-com de 2000 se multiplient. Voici quelques repères.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

22/02/2020 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.